| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 9 septembre 2013

Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement

par Lorraine Camiré et Khedoudja Ait-Tahar, enseignantes membres de la FAE






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


« Islamophobie » ou « islamistophobie » ?
La charte des valeurs n’a été ni cachée ni utilisée à des fins électoralistes
Lettre ouverte à Françoise David sur la laïcité
Un islamisme "laïcophobe" très militant
Montrez-moi une lesbienne féministe voilée
Fatima Houda-Pepin : "Je suis libérale et fédéraliste et je suis contre le tchador à l’Assemblée nationale".
Un voile sur les yeux
Charte de la laïcité - Oser penser par soi-même
Non, Monsieur Parizeau
Sans complaisance : Le mythe Jacques Parizeau. La réalité Pauline Marois
Intégrisme islamiste - Le Québec n’est pas une île
Charte des valeurs québécoises - Voir plus loin que le bout du foulard
Lettre au Ministre Bernard Drainville - Le hidjab a quelque chose à voir avec l’inégalité hommes-femmes
Charte des valeurs québécoises - Ni parfaite ni diabolique
Le Conseil du statut de la femme doit pouvoir jouer son rôle dans le débat sur la laïcité
Lettre au ministre Bernard Drainville - Clair, net, définitif : une charte de la laïcité, point !
Lettre à Maria Mourani, députée - La laïcité inclusive ou l’aveuglement volontaire
"À Rome, on fait comme les Romains". Pourquoi pas au Québec ?
Je suis "pour" la laïcité proposée par le projet de Charte des valeurs québécoises
Charte des valeurs québécoises - Laïcité : quatre mises au point essentielles
Laïcité et pseudo-laïcité
La laïcité, enfin !
Le SFPQ réitère son appui pour un État laïque
Parce que nos valeurs, on y croit - Document d’orientation
La CSQ souhaite un débat ouvert et rassembleur sur le projet d’une Charte des valeurs
Pour une laïcité authentique et inclusive







M. Sylvain Mallette, président
Fédération autonome de l’enseignement (FAE)

Nous sommes professeures à l’école Joseph-François-Perrault, école multiculturelle du quartier St-Michel de Montréal. Quand nous lisons dans les journaux que la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) rejette l’interdiction des symboles religieux ostentatoires en s’opposant farouchement à ce que le gouvernement les interdise chez les enseignant-es, les cheveux nous dressent sur la tête ! Comment la FAE a-t-elle pu à son congrès de juin 2013 s’éloigner à ce point de sa base ?

Une démocratie tronquée

Nous pensons qu’il faut remettre en question le procédé de vote libre au congrès qui a reproduit les graves manques de la démocratie représentative que les syndicats reprochent souvent à nos élus politiques. La démocratie participative aurait été un bien meilleur processus « démocratique » : les délégué-es auraient au moins eu à respecter les mandats issus de la base. Comme chaque délégué-e pouvait alors voter comme bon lui semblait et non pas selon des mandats précis, notre syndicat a alors été entraîné dans les dérives du modèle de la démocratie représentative. Un enjeu aussi gros que le port des signes religieux ne pouvait qu’attirer au congrès un certain nombre de délégué-es qui avaient un autre agenda politique que celui de représenter le plus démocratiquement possible les enseignants et enseignantes de la base. Les délégué-es étaient alors susceptibles de subir toutes sortes d’autres influences que celle des gens qu’ils et elles sont supposé-es représenter.

On a vu le résultat. La volonté des membres telle qu’elle s’était manifestée dans la grande consultation qui a précédée n’a pas été respectée. C’est près de 78% des personnes sur 2000 répondant-es qui s’étaient prononcées contre les démonstrations d’appartenances religieuses. Que s’est-il passé au Congrès pour que vous arriviez à vous permettre d’affirmer que la FAE « s’oppose farouchement » ? Il s’agit là pour nous d’une manipulation de la réalité et d’une réelle désinformation. En tant qu’enseignantes syndiquées à la FAE, nous sommes en droit d’exiger des explications au sujet d’un enjeu de société aussi important que celui-là !

Quand on constate que la proposition adoptée lors du congrès de juin 2013 visant à ce que la FAE défende le droit acquis des personnes qui portent des vêtements et accessoires ayant une connotation religieuse ou culturelle a été acceptée à 113 voix contre 108, a-t-on le droit de conclure que la FAE a le devoir de s’opposer « farouchement » et « vigoureusement » à une interdiction du port de signes religieux par les employé-es de l’État ? Non ! De plus, M. Mallette, vos propos, qui laissent croire qu’il faille absolument respecter le droit aux signes religieux sinon ce sera une menace à l’emploi, ne reposent sur aucune étude sérieuse. À ce sujet, nous vous invitons plutôt à vous abreuver au Plan d’action des États généraux sur la situation des femmes immigrées et racisées produit par la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI). Dans ce document remarquable qui présente les nombreuses solutions pour favoriser l’intégration à l’emploi, il est important de remarquer qu’aucune demande d’accommodements religieux n’était apportée pour intégrer les femmes immigrantes et racisées.

L’urgence d’un référendum

Alors, nous nous adressons à vous, M. le président de notre syndicat. Vous devriez remettre les faits en perspective. Parler de résultats très serrés soit, mais certes pas d’une opposition farouche. Nous demandons que notre syndicat se prête le plus rapidement possible à un exercice de consultation plus représentatif pour connaître exactement l’opinion claire et précise de tous les membres. Il est urgent de procéder à un référendum auprès des membres sur le port de signes religieux chez les employé-es de l’État. Qui sommes nous, nous direz-vous, pour exiger cela ? Nous sommes la « base », celle que l’on bafoue depuis le début dans ce débat. Cette base sur laquelle on fait peser des insinuations de xénophobie et de fermeture à l’autre, alors que nous sommes tout simplement des Québécois et des Québécoises qui voulons continuer le processus de déconfessionnalisation amorcé avec la Révolution tranquille.

Avec la position adoptée au congrès au sujet du port de signes religieux ostentatoires et que vous voulez défendre « farouchement », on se retrouve devant un projet de société incohérent et qui menace la paix sociale. Un projet de société incohérent, car on ne peut affirmer la laïcité des institutions publiques tout en acceptant que ses employés puissent porter des signes religieux. En fait, cela ne fera que nourrir la xénophobie. Cela ne peut aucunement favoriser la paix sociale, car cela irrite ceux qui ont renoncé à leurs privilèges religieux et encouragera le profilage ethnico-religieux informel.

Pire encore, avec cette position nous oublions l’essentiel dans ce débat, à savoir que les vraies victimes sont, par exemple, les petites filles de 12 ans voilées ici au Québec. C’est à elles que nous pensons ! C’est vers elles que nous dirigeons notre compassion, pas vers des adultes qui mettent au premier plan leurs droits individuels sans penser aux répercussions que cela peut avoir sur nos enfants. Nous souhaitons que les intervenantes de première ligne que sont les enseignantes et les éducatrices puissent offrir à ces enfants, soumis aux dictats extrémistes, une soupape pour accueillir leur détresse le cas échéant ! Nous souhaitons que les femmes adultes du Québec qui subissent les pressions de leur milieu aient un espace où elles peuvent retirer les représentations ostentatoires de l’infériorisation de la femme. Pour les autres qui clament leur libre choix, nous disons d’arrêter de jouer aux victimes, car ce projet de loi sur la laïcité ne touchera ni l’espace public ni l’espace privé ! À ce que nous sachions les catholiques et les protestant-es continuent toujours d’avoir le droit de pratiquer leur religion ! Il en sera de même pour les autres communautés.

Pour toutes ces raisons, nous nous inscrivons en faux contre le recul que la FAE fait subir à la société québécoise ainsi qu’au mouvement d’émancipation des femmes ! Nous qui avons sorti les symboles religieux catholiques des écoles, nous qui avons consenti à abandonner nos privilèges constitutionnels en 1997 avec des commissions scolaires linguistiques et non fondées sur la religion, notamment pour permettre l’intégration et respecter la diversité ! Eh bien nous trouvons injuste cette conception d’une base qu’on accuse trop souvent d’être réactionnaire et frileuse.

Tout au contraire, nous nous identifions à un projet de société diversifiée, socle d’une société nouvelle qui a su aménager un espace commun neutre. Sur ce socle sera érigé un modèle exemplaire d’intégration et de respect des valeurs de toutes et de tous. Comme l’a si bien dit Yolande Geadah*, nous aurons tous droit à la différence, mais non à la différence des droits. En découvrant vos propos, M. Mallette, nous ne nous sentons pas du tout respectées dans ce processus dit « démocratique » ! Vous ne nous représentez pas ! Du moins, pas tant qu’un référendum sur le sujet du port de signes religieux ostentatoires dans les écoles ne soit organisé et que ses résultats nous révèlent les vraies positions des membres de notre syndicat ! Aurez-vous ce courage M. Malette ? Celui de respecter votre base !

* Yolande Geadah, Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits, VLB éditeur, Coll. Partis pris actuels, Essai, 2007, 96 pages.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 9 septembre 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lorraine Camiré et Khedoudja Ait-Tahar, enseignantes membres de la FAE



Plan-Liens Forum

  • Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    (1/7) 17 septembre 2013 , par Internaute

  • Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    (2/7) 10 septembre 2013 , par une sorcière comme les autres

  • Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    (3/7) 9 septembre 2013 , par Christine

  • Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    (4/7) 9 septembre 2013 , par Pascale

  • Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    (5/7) 9 septembre 2013 , par Felix Pinel

  • Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    (6/7) 9 septembre 2013 , par Crab2 Crab

  • Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    (7/7) 9 septembre 2013 , par Minona

    rép: Crab2 Crab




  • Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    17 septembre 2013 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Je vous félicite, je suis absolument D’acore avec tout. vous élaborez et expliquer le sujet avec une intelligence remarquable. très rassurent de savoir qu’il y a une femme comme vous pour défendre l’égalité des femmes. Merci beaucoup au nom des petite filles qui sont obligées de porter le voile.....

    Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    10 septembre 2013 , par une sorcière comme les autres   [retour au début des forums]

    Bravo et merci d’avoir remis les pendules à l’heure ! Ayant été enseignante par le passé, j’ai été déçue et quelque peu déconcertée par la prise de position de la FAE. Les balises proposées par le gouvernement ne sont effectivement que la suite logique du processus de déconfessionnalisation des commissions scolaires. Je suis heureuse de savoir que la plupart des enseignant-es sont favorables à l’interdiction des signes religieux ostentatoires en milieu scolaire. Qui M. Malette représente-t-il au juste ? Pourquoi tant de fougue à défendre des femmes qui pourraient choisir, comme elles l’ont fait en France et sans renier leur religion, de se plier aux règles de vie commune dans leur milieu de travail sans crier au martyre ?

    Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    9 septembre 2013 , par Christine   [retour au début des forums]

    Bonjour,

    J’appuie la Fédération des enseignants. Aucun signe religieux ostentatoires doit être accepté. Le meilleur moyen serait de faire voter tous les membres.

    Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    9 septembre 2013 , par Pascale   [retour au début des forums]

    Simplement MERCI Mmes les enseignantes d’être debout !

    Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    9 septembre 2013 , par Felix Pinel   [retour au début des forums]

    Merci pour ce texte, je pense exactement comme vous !

    Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    9 septembre 2013 , par Crab2 Crab   [retour au début des forums]

    Est-ce si difficile de voir l’humain autrement, qu’à travers le prisme des religions ?

    En France

    Face aux communautarismes, Vincent Peillon présente sa " charte de la laïcité "

    Comment peut-on prétendre réaffirmer la Laïcité sans rappeler qu’elle a été édulcorer tant par les droites que les gauches, pour des raisons bassement clientéliste, durant ces vingt dernières années ?

    Suite :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/09/le-deni-socialiste.html

    Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
    9 septembre 2013 , par Minona   [retour au début des forums]

    Si on interdisait les symboles religieux à l’école, les fillettes et adolescentes musulmanes contraintes par leurs parents de se voiler auraient enfin un endroit public mixte dans lequel elles peuvent se dévoiler sans risquer de représailles.

    Elles pourraient même développer une relation plus saine et plus confiante avec un corps enfin libéré du lourd climat de honte et de culpabilité d’une culture qui en fait un organe sexuel ambulant et une occasion de chute pour les hommes.

    Dans certaines familles musulmanes, les filles sont étroitement surveillées par leurs frères qui rapportent à leurs parents la moindre entorse à la tenue islamique. Quel endroit leur reste-t-il, hormis la maison, là où elles doivent remettre leur voile dès qu’entre un invité masculin, fusse-t-il un cousin germain ?

    Réflexion sur le voile :
    http://www.brisonslemythe.canalblog.com/archives/2013/05/17/26237687.html

    • Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
      11 septembre 2013 , par
      Crab2 Crab   [retour au début des forums]

      Inculquer la haine du corps aux filles caractérisait la religion catholique ;
      Il était admis (c’est ’’ heureusement ’’ toujours le cas à notre époque ) que l’homme puisse parler des femmes de sa vie, c’est, de nos jours, un peu mieux accepter que les femmes puissent évoquer les hommes de leur vie ( ...mais il y a encore du travail )
      Dans le ’’ monde musulman ’’ diaboliser le corps de la femme reste au minimum pour un musulman arabe, iranien, turc, indonésien une priorité
      Hypocrisie
      Les trois grâces et le voile islamique
      Lu dans un article de ’’ La Tribune de l’Art ’’ : les Trois Grâces de Cranach actuellement exposées au Louvre ont été censurées à Abou Dhabi
      Extrait de l’article
      « Au mois de novembre dernier, les quelques acheteurs du Monde à l’aéroport d’Abou Dhabi pouvaient constater avec surprise que l’appel à mécénat pour l’achat des Trois Grâces publié par le Louvre était vigoureusement barré de noir à l’emplacement des fesses, des sexes et des seins des trois indécentes jeunes femmes » Source : Arrêt sur image

      Suites :
      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/09/hypocrisie.html

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2013
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin