| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 15 septembre 2013

"À Rome, on fait comme les Romains". Pourquoi pas au Québec ?

par François Piazza, écrivain






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


« Islamophobie » ou « islamistophobie » ?
La charte des valeurs n’a été ni cachée ni utilisée à des fins électoralistes
Lettre ouverte à Françoise David sur la laïcité
Un islamisme "laïcophobe" très militant
Montrez-moi une lesbienne féministe voilée
Fatima Houda-Pepin : "Je suis libérale et fédéraliste et je suis contre le tchador à l’Assemblée nationale".
Un voile sur les yeux
Charte de la laïcité - Oser penser par soi-même
Non, Monsieur Parizeau
Sans complaisance : Le mythe Jacques Parizeau. La réalité Pauline Marois
Intégrisme islamiste - Le Québec n’est pas une île
Charte des valeurs québécoises - Voir plus loin que le bout du foulard
Lettre au Ministre Bernard Drainville - Le hidjab a quelque chose à voir avec l’inégalité hommes-femmes
Charte des valeurs québécoises - Ni parfaite ni diabolique
Le Conseil du statut de la femme doit pouvoir jouer son rôle dans le débat sur la laïcité
Lettre au ministre Bernard Drainville - Clair, net, définitif : une charte de la laïcité, point !
Lettre à Maria Mourani, députée - La laïcité inclusive ou l’aveuglement volontaire
Je suis "pour" la laïcité proposée par le projet de Charte des valeurs québécoises
Charte des valeurs québécoises - Laïcité : quatre mises au point essentielles
Laïcité et pseudo-laïcité
La laïcité, enfin !
Le SFPQ réitère son appui pour un État laïque
Parce que nos valeurs, on y croit - Document d’orientation
La CSQ souhaite un débat ouvert et rassembleur sur le projet d’une Charte des valeurs
Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
Pour une laïcité authentique et inclusive







S’il est nécessaire, dans une démocratie, que tout un chacun donne son avis pour légaliser ce qui est légitime, encore faut-il s’entendre sur la signification des mots et des termes que l’on emploie, ce qui semble de moins en moins le cas dans ce débat sur la Charte des valeurs québécoises.

Cela devient un brouhaha dans lequel des voix, de plus en plus perchées sur les détails, deviennent des sirènes annonçant mille maux à venir, et cochon qui s’en dédit ! Peut-être serait-il bon de définir le cadre et les éléments du débat.

Nous sommes dans une démocratie : ce qui implique que les lois communes ont pour but de garantir les droits individuels, à la condition que le droit de l’un n’empiète pas sur celui de l’autre.

Par exemple, la laïcité qui impose la neutralité de l’État pour protéger les croyances de chaque citoyen et chaque citoyenne. Pour que ce concept soit crédible, il faut que ceux et celles qui le représentent affichent une neutralité ostensible.

Ce qui ne les empêche nullement de porter des signes discrets d’une appartenance en pendentif, main de Fatima, Croix du Saint-Esprit ou Livre de la loi. Au choix.

Prenons en exemples des faits précis : ne pas, au nom de sa foi, refuser d’obéir à un agent de police parce que c’est une femme (sic) ou l’examen médical d’une femme, sous prétexte que le docteur est un homme.

Le cas le plus cocasse que je connaisse est la mise à la porte de l’Hôpital juif d’un ambulancier parce qu’il mangeait un sandwich non « casher ». De petits riens qui font un tas tant qu’on ne légifèrera pas.

Cela s’applique également à l’éducation, dès la petite enfance.

La foi, quelle qu’elle soit, fait partie du domaine exclusif des parents et de leur intimité, l’État, pour respecter leur choix, se doit de n’en privilégier aucune.

Les parents doivent pouvoir, s’ils le désirent, envoyer leurs enfants dans une école religieuse ou privée, laquelle, pour obtenir un financement identique aux écoles publiques, devra enseigner les matières scolaires propres à l’année scolaire. Ce qui n’est pas toujours le cas, actuellement. Voir du coté d’Outremont...

En ces lieux, foi et religion ne font qu’un. Ce qui est faux dans l’espace public (ou étatique) peut être vrai dans l’espace intime de chacun.

Ce ne sont pas les croyances qui sont dangereuses mais les implications qui en découlent, selon les dogmes des religions. Or ceux-ci ne se discutent pas : pour un croyant zélé, ils s’appliquent. Point barre !

C’est le même pourtant qui réclamera une dérogation raisonnable et non négociable. Car « les libertés que nous vous réclamons au nom de vos principes, nous vous les refusons au nom des nôtres ». (Léon Blois)

Celles qui, au nom de leur foi, demandent la liberté de porter le voile en tout lieu, parce que c’est leur choix, savent-elles qu’au nom de leur foi dans certains pays, dont souvent elles sont issues, une femme doit porter ce voile pour ne pas être légalement punie ? Alors qu’ici, hors de leurs fonctions dans le service public, elles peuvent se voiler si l’envie leur en dit.

« À Rome, on fait comme les Romains ». Pourquoi pas au Québec aussi ?

Quant au patrimoine, c’est un ensemble inclusif de relais qui situent les origines et l’histoire d’une société : autant la croix du Mont-Royal que la petite église anglicane de Québec ou la faculté de théologie presbytérienne de l’Université McGill en font partie.

Le patrimoine, ce sont les survivants de l’oubli.

Peut-être que ce débat sur ces choix, un jour, en fera partie.

« Mais nous serons morts mon frère ».

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 septembre 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

François Piazza, écrivain



Plan-Liens Forum

  • "À Rome, on fait comme les Romains. Pourquoi pas au Québec ?" -Voici pourquoi.
    (1/1) 16 septembre 2013 , par Paul





  • "À Rome, on fait comme les Romains. Pourquoi pas au Québec ?" -Voici pourquoi.
    16 septembre 2013 , par Paul   [retour au début des forums]

    Bonjour,

    Il y a plusieurs idées différentes dans votre texte. Celle qui me fait tiquer est celle du titre, qu’on retrouve également à la fin.

    "À Rome, on fait comme les Romains". Pourquoi pas au Québec ?
    Cette façon de voir les communautés et les cultures est relativiste : rien n’est mieux rien n’est moins bon, il n’y a que des coutumes. Le reste de vos propos va toutefois dans le sens inverse : vous jugez, à juste titre, que certaines positions sont meilleures que d’autres.

    Pour voir où est le problème un exemple suffira. Imaginez un Français qui arrive ici il y a 50 ans et qui est contre le sexisme tant dans ses propos que dans ses autres comportements. Le Québec d’alors étant passablement sexiste, "À Rome on fait comme les Romains" ferait en sorte qu’on lui recommanderait d’adopter des comportements sexistes.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2013
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin