| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 19 septembre 2013

Prostitution et port de symboles religieux : des dossiers distincts

par Maria Mourani, députée d’Ahuntsic, criminologue et sociologue






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Hijab au travail - Condescendance et paternalisme à Radio-Canada
Le gouvernement Marois dans les pas de Stephen Harper
Encore quelques questions, Madame la Ministre à la Condition féminine







Réponse à la lettre de Michèle Sirois à la députée Maria Mourani.

Aux lectrices et lecteurs de Sisyphe

Je remercie Sisyphe de me donner l’opportunité de réagir au texte de Mme Sirois. Je me restreindrai sur les questions fondamentales.

En premier lieu, je considère les dispositions actuelles du Code criminel en matière de prostitution comme dépassées. Je pense qu’il est prévisible que certaines dispositions seront invalidées par la Cour suprême.

Par contre, en regard à la prostitution, une politique abolitionniste peut être développée dans le respect des lois canadiennes en matière de droit de la personne au Canada.

Je rappelle que, pour moi, une politique abolitionniste en matière de prostitution devrait comprendre autant un volet pénal, d’aide aux personnes prostituées et aux clients, ainsi qu’un volet prévention.

Pour ce qui est du volet pénal, cela reviendrait à décriminaliser la personne prostituée, pénaliser (avec une approche de gradation) le client et poursuivre la criminalisation des proxénètes.

Un gouvernement qui mettrait en place une telle politique, par prudence et avec un désir de rallier le plus vaste consensus, pourrait soumettre les éléments législatifs les plus importants de cette politique à la Cour suprême par le moyen d’un renvoi ou de plusieurs renvois.

C’est ce qu’a fait le gouvernement du Canada sur la question du mariage gai et cela a servi toute la population.

Mon engagement en faveur d’un projet abolitionniste en matière de prostitution se fonde sur le constat que le système prostitutionnel exploite en très grande majorité des femmes et que dans les pays où la prostitution a été légalisée, il y a eu une hausse marquée de la prostitution, particulièrement juvénile (lettre de 2007).

Cette vision va dans le sens de la défense des droits et ne vient nullement en contradiction quant à mon désaccord d’interdire le port de signes religieux à toutes et tous les employé-es de la fonction publique et parapublique, sauf évidement pour certains postes, tels que les policiers, les procureurs, les gardiens de prison, les juges et les avocats, qui soit dit en passant ont déjà des codes vestimentaires.

Maria Mourani, députée d’Ahuntsic
Criminologue et sociologue

Mis en ligne sur Sisyphe, le 19 septembre 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Maria Mourani, députée d’Ahuntsic, criminologue et sociologue



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin