| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 20 juillet 2002

La Maison-Blanche « découvre » la situation des Afghanes et part en campagne

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


L’assassinat d’une femme afghane, Farkhunda
Talibans et Boko Haram - Même combat contre les droits humains
Afghanistan - "Pour les Afghanes, la situation n’a pas progressé", selon Carol Mann
Le Centre d’Enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes répond à Carol Mann
Soumettre à l’analyse critique la politisation de la religion : une responsabilité des féministes
"Femmes afghanes en guerre", un livre de Carol Mann
Afghanistan - Les pourparlers avec les talibans devraient tenir compte des mauvais traitements que ces derniers infligent aux femmes
Une journée d’études sur la situation des femmes en Afghanistan depuis la chute des Talibans
Protestation mondiale pour faire entendre raison à Amnistie Internationale
NEGAR – Soutien aux femmes d’Afghanistan s’oppose à la réinsertion des Talibans modérés au gouvernement
Les talibans sont déjà au pouvoir à Kaboul
L’appel de Kaboul par 200 organisations afghanes : pas de talibans au gouvernement
Femmes afghanes, un échec partagé par le gouvernement Karzaï et l’aide internationale
Droit coutumier et corruption : des obstacles aux droits des femmes afghanes
Élection en Afghanistan : le point de vue d’une étudiante en droit
Afghanistan - Troquer la sécurité des femmes chiites contre des votes
Les Talibans s’en prennent aux enfants
La mortalité maternelle en Afghanistan, un record mondial qui laisse indifférent
La crèche de l’université de Kaboul
Quelque 1,5 million de veuves afghanes dans la misère
Afghanistan - Une guerre contre les femmes
Afghanistan - Les dangereuses thèses de Christine Delphy (Afghana.org)
L’Afghanistan en proie à un double incendie
La scolarisation des filles en Afghanistan
Un constat désespéré de Sarajevo à Kaboul
Un projet de bibliothèque pour jeunes en Afghanistan
Je vous écris de Kaboul... Aidez Aïna !
Site NEGAR - Soutien aux femmes afghanes
Afghanistan 2005 : Journée internationale de la Femme
L’élection présidentielle du 9 octobre en Afghanistan intéresse les femmes
Le droit des femmes, un sujet très subversif en Afghanistan
Le Fonds pour les Droits des femmes en Afghanistan
Ni justice ni sécurité pour les femmes en Afghanistan
Le pouvoir des chefs de guerre met en péril la sécurité des femmes en Afghanistan
Des crimes contre l’humanité impunis
Restrictions et persécutions imposées aux femmes afghanes par les talibans
La résistance féministe afghane
L’avenir des femmes afghanes
Les femmes afghanes et l’ONU
Mary Robinson, Haut-commissaire de l’ONU, aimerait voir les femmes au pouvoir en Afghanistan
Des embûches sur le chemin de la liberté
Les femmes devraient être au pouvoir en Afghanistan
Lettre au premier ministre du Canada pour les femmes afghanes
Le ministère des Affaires étrangères du Canada répond à une lettre adressée au Premier ministre
Où est Ben Laden ?









À la mi-novembre, la Maison-Blanche a lancé une campagne en faveur des
droits des femmes et des enfants de l’Afghanistan.


C’est l’épouse du président américain, Laura Bush, qui a donné le coup d’envoi de cette campagne en prononçant une allocution à la place de son mari sur les ondes d’une station radio de Washington (1).


Mme Bush a donné des exemples des restrictions imposées par les talibans
aux droits des femmes et des filles, notamment l’interdiction de sortir de chez elles,
de travailler, d’aller à l’école et de recevoir des soins de santé. Elle a rappelé la
pauvreté dans laquelle vit la population afghane et soutenu que les musulmans à
travers le monde condamnent la cruauté des talibans. (Une condamnation qu’on n’a guère entendue, il faut l’avouer, au cours des cinq ans qu’ont régné ces barbares...


L’allocution de Mme Bush coïncide avec la publication d’un rapport du
Département d’État américain qui dénonce lui aussi, après le fait, « la guerre que les talibans font aux femmes » (2). Le vice-président Dick Cheney et d’autres porte-parole de l’administration Bush ont transmis tout au long de la semaine des messages dans le même sens. Le Secrétaire d’État, Colin Powell, est sans doute celui qui est allé le plus loin en déclarant devant des membres d’ONGs afghans et américains, des membres du Congrès, des leaders féministes et des ambassadeurs, que « la reconstruction de l’Afghanistan ne se fera pas sans les femmes. Les droits des femmes afghanes ne sont pas négociables. » (3)


En outre, le Congrès a approuvé un projet de loi qui autorise le président à
puiser dans le fond d’urgence créé après les attentats du 11 septembre, afin de
soutenir l’éducation et les soins de santé destinés aux femmes et aux enfants
afghans. On veut donner à cette campagne une portée internationale : Cherie Blair,
l’épouse du premier ministre britannique, transmet le même message en Angleterre. Cependant, l’administration Bush ne semble pas avoir sollicité la participation d’autres pays alliés, par exemple, la France, le Canada, l’Allemagne et la Suisse, à une telle initiative.


Paula Dobriansky, sous-secrétaire d’État aux Affaires générales, a déclaré lors d’une rencontre avec des représentantes de groupes féministes que l’administration Bush a une position ferme sur la nécessité que des femmes afghanes participent à la reconstruction et au futur gouvernement. Enfin, une conseillère du président, Karen P. Hugues, a précisé que l’administration Bush croit la paix et l’harmonie impossibles à réaliser si la moitié de la population est emprisonnée chez elle. L’éducation, des services de santé et des ressources financières adéquates constituent à ses yeux des facteurs indispensables à la stabilité d’un pays.

Surprise et réserve chez les féministes


Le blitz gouvernemental américain a surpris les milieux féministes qui hésitent à remettre publiquement en question ses motivations. Personne n’est évidemment contre l’amélioration du sort des femmes en Afghanistan et plusieurs groupes font d’ailleurs pression depuis cinq ans en faveur d’une telle intervention. Toutefois, pourquoi dénoncer le régime taliban maintenant, alors qu’il est tombé depuis plus d’une semaine ? La Maison-Blanche cherche-t-elle à atténuer les critiques, qui ont commencé de poindre aux États-Unis après une longue période d’anesthésie à saveur patriotique, en justifiant ses interventions par la nécessité de détruire les talibans, ces « méchants » qui persécutent les femmes ?


Selon les analystes, cette campagne s’adresse avant tout à la population
féminine américaine, d’où la prestation de la première dame du pays. Dès juillet
dernier, le Comité national du parti avait lancé une initiative pour « gagner les
femmes. » (4) Il faut dire que l’administration Bush n’a pas la cote auprès des
femmes et le New York Times rappelle que l’appui des femmes au Parti démocrate, lors de la dernière élection, a dépassé de 11% l’appui qu’elles ont accordé au Parti républicain. Les positions de la Maison-Blanche sur l’environnement et les baisses massives d’impôts n’ont pas amélioré non plus la cote du président Bush. La campagne en faveur des droits des Afghanes s’inscrit donc dans un plan d’ensemble et elle a le mérite de coller à l’actualité.


Karen P. Hugues, conseillère du président, a reconnu que cette campagne veut également donner de George W. Bush l’image d’un homme de compassion sensible aux droits de la personne (5). Le moment est bien choisi. L’administration Bush vient de faire adopter un décret, qualifié d’« infâme » par le New York Times (6). Ce décret donne au président le pouvoir de créer des tribunaux militaires afin de juger, à huis clos et sans appel, les étrangers soupçonnés de terrorisme. Le président Bush a reconnu son intention de passer outre les « principes de la loi et de la notion de preuve », fondements mêmes du système judiciaire des pays démocratiques. La critique commence à s’exprimer, aux États-Unis et ailleurs dans le monde, au sein des organisations de défense des droits.

Une réalité qui n'a jamais dérangé les États-Unis

La Maison-Blanche vient-elle de prendre conscience de la situation des
femmes afghanes sous le régime taliban ? Il est dommage que cette offensive tout
azimut survienne après l’écrasement d’un régime qui s’est illustré par ses crimes
contre l’humanité à grande échelle, allant jusqu’à la séquestration de la population
féminine. Il faut croire que le monde occidental est moins sensible à de tels crimes
qu’à des actes terroristes commis chez lui.


Les États-Unis ont soutenu les talibans jusqu’à ce que l’incident de la
destruction des bouddhas, le printemps dernier, rende cet appui plutôt gênant. On
sait également que l’administration américaine a négocié avec les talibans jusqu’en août dernier, sans que le sort des femmes afghanes n’ait semblé lui poser de problème de conscience.


Quelles que soient ses motivations, la campagne de la Maison-Blanche ne
peut toutefois nuire aux Afghanes qui ont pris d’ailleurs elles-mêmes la parole pour
revendiquer leur place dans toutes les sphères de la société.


Mais un sain scepticisme est de rigueur devant ces soudaines manifestations de compassion et de sensibilité à la dignité humaine. N’est-ce pas le même George W. Bush qui, aussitôt assermenté, a aboli purement et simplement un programme d’aide de 400 millions $ destiné aux femmes des pays en développement, sous le prétexte que de l’information sur l’avortement comme moyen de contraception faisait partie de ce programme ? (7)


Les bons sentiments exprimés par la Maison-Blanche se traduiront-ils en
gestes concrets ? On pourra juger de leur sincérité si les États-Unis pose comme
condition d’une aide économique et technique à la reconstruction en Afghanistan
l’engagement formel de respecter les droits fondamentaux de toute la population et
de partager le pouvoir avec des femmes.



(1) Washington Post, 17 novembre 2001. Texte intégral lu par Mme Bush.

(2) New York Times,18 novembre 2001. Pour lire le rapport : www.state.gov

(3) Feminist Daily News Wire, 20 novembre 2001

(4) Elisabeth Rumiller, New York Times, 19 novembre 2001

(5) Ibid.

(6) New York Times, 20 novembre 2001 et Courrier International, 22 novembre 2001

(7) Elisabeth Rumiller, New York Times, 19 novembre 2001

<BR
Plan du site


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • Agression et répression toutes deux justifiées par un discours pseudo-féministe
    (1/1) 18 novembre 2004 , par





  • Agression et répression toutes deux justifiées par un discours pseudo-féministe
    18 novembre 2004 , par   [retour au début des forums]

    J’étais à Carrefour Tiers-Monde quand une demande de soutien par pétition aux femmes afghanes nous a été proposée.
    Me référant au commentaire d’un jeune militant qui m’invitait à ne pas mentionner mon allégeance communiste en écrivant au gouvernement guatémaltèque pour dénoncer l’impunité des paramilitaires dans les génocides autochtones (que Clinton a laissé faire)parce que cela justifierait la répression sous le prétexte que le gouvernement en appellerait à l’intervention étrangère et "communiste", je me suis demandé si une décision de protester auprès des tallibans, défendue avec les autres femmes de Carrefour, n’entraînerait pas tout simplement encore plus de répression au nom de l’intégrisme musulman réagissant devant l’Occident chrétien.
    Quand j’ai vu Bush intervenir, j’ai eu le doute que cette campagne au nom du "salut" des femmes afghanes, ne serait qu’une justification de plus de l’agression étasunienne. Puis, peut-être pris au piège d’un chauvinisme caché sous des relents de paternalisme, je me suis demandé comment les femmes afghanes pourraient aspirer à l’émancipation dans un pays occupé militairement par des soldats soi-disants moins chauvins que leurs pendants afghans.
    Je ne suis pas encore sorti de cette position paradoxale et me demande si vous ne pourriez me démêler tout ça.
    Est-ce que le masculinisme peut se réfugier derrière toute une idéologie anticoloniale ou anti-impérialiste ? Est-ce que le paternalisme peut nous perturber à ce point que nous ne sommes plus en moyen de déployer des arguments progressistes sur la question des femmes autour du monde ? Il n’y a sûrement plus d’absolu, mais la complexité de certains problèmes ne risque-t-elle pas, si nous n’avons pas, largement diffusée, le point de vue des femmes féministes (à ce que je découvre, les femmes ne le sont pas toutes, comme les ouvrièr-e-s ne sont pas tout-e-s communistes)sur ces questions ?


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2002
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin