| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 17 mai 2014

France - Projet de Loi sur la famille d’inspiration masculiniste encore plus d’asservissement pour les femmes et les enfants

par SOS Les Mamans






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pensions alimentaires : une étude farfelue remise au gouvernement
France - Quand le gouvernement se penche sur la "fraude" des mères !
L’emprise des écrans sur les enfants : la résistance s’organise
Une meilleure protection des conjointes de fait est devenue nécessaire
Union de fait et pension alimentaire - La Cour d’appel donne raison à Lola
La télé, complice de la pandémie d’obésité chez les enfants
Pensions alimentaires pour enfants - La Cour suprême donne raison à une étudiante monoparentale
Non à l’imposition d’une résidence alternée pour les enfants de parents séparés par défaut !
Protection juridique des conjointes de fait - Au-delà des 50 millions $, il y a les autres femmes
Ontario - La campagne "Un seul droit de la famille pour toutes les femmes"
Pensions alimentaires des enfants - La campagne continue auprès des député-es
Des idées reçues compromettent la sécurité des enfants lors des litiges de garde (Partie I)
Des idées reçues compromettent la sécurité des enfants lors des litiges de garde (Partie II)
La résidence alternée, une loi pour les adultes ?
Garde partagée ou résidence alternée : l’enfant d’abord
Autres textes de Jacques Brodeur sur Sisyphe
Un toutou, une p’tite poupée ou un bébé ?
Les enfants des femmes victimes de violence conjugale - mieux les connaître pour mieux les aider
Le Livre noir de la garde alternée
Courte-pointe d’un amour infini : Éloïse et Loïse
Punir les enfants pour les iniquités des pères
La DPJ et la chasse aux sorcières contre les mères
Les pères continuent à ne pas faire leur part
Mythes et faits sur la détresse "des" hommes
Une mère belge proteste contre un soutien ministériel à des masculinistes
Du calme, Dr Chicoine
« Lyne la pas fine » a son voyage
Des lunettes féministes au secours des enfants
Réforme des services de garde : Lettre d’une maman à la ministre Carole Théberge
Des mères privées de leurs enfants à cause des préjugés sexistes de la DPJ - suite
Un recul, un affront, un geste politique inacceptable
Garde des enfants - Les pères ont-ils raison de se plaindre ?
La garde alternée : au nom des femmes ?
Quand les pères se vengent
Garde partagée ou résidence alternée : l’enfant d’abord
La machine à broyer les solidarités
L’enfant, prétexte de toutes les dérives des pouvoirs ?
Mythes et réalités sur la garde des enfants et le droit de visite
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Un choix parental féministe et subversif : donner le nom de la mère
La paranoïa paternelle triomphera-t-elle ?
Mémoire au Comité fédéral, provincial et territorial sur le droit de la famille, sur la garde, le droit de visite et les pensions alimentaires pour les enfants
Un programme qui prive les enfants de leur mère
Les enfants du divorce ont besoin de notre protection
La « responsabilité parentale » tiendra-t-elle ses promesses ?
Les partisans des "droits des pères" veulent imposer la garde partagée obligatoire







Est-ce de la cécité, de la surdité, de l’inconscience ou un profond mépris pour les victimes de violences intra familiales ? Nous ne savons plus quoi penser des propositions législatives qui se penchent sur les familles séparées. Rappelons, avant toute chose, que ces familles s’accordent dans 80% des cas sur les modalités de l’après séparation avec des enfants. Pères et mres choisissent à 71% une résidence auprès de la mère, 12% auprès du père, et 17% de résidences alternées volontaires. Rappelons ici que 93 % des demandes des pères sont satisfaites. (1)

À qui s’adresse le projet de loi n°1856 (2), et par qui est-il influencé ?(3)

Rappelons aussi que, la toute dernière étude de la chancellerie qui porte sur les séparations parentales, indique qu’il n’y a « que » 10% de conflits parentaux (130 000 divorces nous dit la PPL = 13 000 dossiers).

Face à ces 10% de conflits il faut mettre en parallèle 200 000 femmes impactées par les violences intrafamiliales chaque année (physiques, sexuels, psychologiques, et économiques) et des enfants qui sont des victimes collatérales, donc autant victimes de ces violences. Il faut mettre en regard dans un contexte d’allégations de violences sexuelles, une pédo-criminalité qui est à 97% le fait d’agresseurs masculins.

Qui dès lors se retrouve le plus souvent dans la difficile position du parent « protecteur » et donc « opposant » ? Ces parents ne se retrouvent pas dans les 90% de parents qui se mettent d’accord sur l’après séparation.

Paradoxe de « l’égalité » parentale... à sens unique !

L’égalité parentale ne s’applique qu’aux femmes. En effet qui impose à un homme de s’occuper des enfants ? Personne. Aucune loi pour les abandons de famille (4) alors que dans ce texte on nous indique qu’un enfant sur 5 ne voit plus son père. La faute à qui ? Aux femmes ?

Qui va imposer aux hommes la résidence alternée, ou même la prise en charge des enfants le weekend et les vacances scolaires ?

Une femme qui s’y oppose verra donc le transfert de la résidence des enfants au père, mais l’inverse ? À qui transférer des enfants abandonnés

Une résidence partagée entre la mère et un foyer d’accueil ?

Objectif de cette proposition de loi pour la « famille » (voir annexes dans le PDF joint)

A. Contraindre les femmes à ne plus pouvoir circuler librement sur le territoire.
B. Contraindre les femmes à laisser leurs enfants à des parents agresseurs (pénalités financières pour chaque non représentation d’enfant - jusqu’à 10 000 euros- et toujours de la prison).
C. Contraindre les femmes à accepter le partage des aides de l’État et du quotient familial au titre des impôts.
D. Contraindre les femmes à accepter tous les rythmes d’alternance pour des enfants qu’elles ont portes, accouchés, parfois allaités, en brisant ce lien d’attachement sécure pour eux.
E. Rappeler aux mères leurs devoirs et oublier ceux des parents qui abandonnent leurs enfants.

PDF - 44 ko

Notes

1. Étude de la chancellerie - DACS-PEJC DEC 2013. Étude MINISTERE DE LA JUSTICE - DIRECTION DES AFFAIRES CIVILES ET DU SCEAU. La résidence des enfants de parents séparés. De la demande des parents à la décision du juge. ("Résidence des enfants après une séparation : 93% des demandes des pères en justice sont satisfaites".)
2. N° 1856 - Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 1er avril 2014. PROPOSITION DE LOI relative à l’autorité parentale et à l’intérêt de l’enfant.
3. « Une nouvelle proposition de loi d’inspiration masculiniste ». « Autorité parentale et "intérêt de l’enfant" : la proposition de loi qui donne envie de vomir ».
4. « La nouvelle loi Famille s’est construite sans qu’a aucun moment les familles abandonnées d’un des parents soient prises en compte ». Collectif Abandon de Famille - Tolérance Zéro.
L’Express

Mis en ligne sur Sisyphe, le 3 mai 2014


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

SOS Les Mamans



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2014
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin