| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 25 mai 2014

Enfance violée

par Mélusine Vertelune






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


J’ai déposé mes ailes
Le réveil de la sacrifiée
Chemins de patience
Comme un cœur qui pleure
Elle marche
Mémoires de femmes
À Nadia Ajuman
Trop près pour que tu me voies
La magie de toi
Haïti - Des énergies positives existent encore
J’ai pas choisi
Dans la peau d’un Noir
Quatre chrysanthèmes
Tu es présente
Femmes-mères
Le coeur au centre
"Nous sommes tous des guerriers", de Sébastien Bec
Je crois en la femme
Envol et autres poèmes
Eux-elles et nous
Dans la Médina
Discernement
Quatre chrysanthèmes
Feux de langue
Le coeur au centre
Luminance
Feu sage
Effritement
Dissolution
Être prostituée, j’en ai jamais rêvé
La peur
Parole de louve
Illustre Mahomet !
Avril et ses vents
Chuchotements écrits
Poèmes de Kaboul
Funeste
Les longs chemins
Sous les cendres
Abnégation
Note finale
Mon bout du monde
L’étoile la plus fade
Comment (version rap)
Bas salaire
Lisse comme une pierre blanche
Chair, chère
Némésis
Dessins de l’U
Intervalle
Fer et feu







J’suis qu’une poupée morcelée
exhibée et transpercée
consommée et condamnée
par vos regards dérangés
Me soumettre à l’arbitraire
Rien de tel pour les distraire

Est-ce que ma voix résonne ?
Car il semble qu’elle n’atteigne personne
Ma vie ne compte pas
comme si j’n’existais pas

La lois c’est celle du silence
pour garantir la jouissance
de ceux qui broient mon enfance
en se donnant bonne conscience
Peu importe ce que j’éprouve
encore faut-il que je le prouve

Est-ce que ma voix résonne ?
Car il semble qu’elle n’atteigne personne
Ma vie ne compte pas
comme si j’n’existais pas

Vous voulez que je pardonne
que toute dignité j’abandonne
pour assurer votre confort
Ma seule issue est-elle la mort ?
Car c’est moi que vous jugez
pour avoir osé parler

Est-ce que ma voix résonne ?
Car il semble qu’elle n’atteigne personne
Ma vie ne compte pas
comme si j’n’existais pas

Est-ce que ma voix résonne ?
Car il semble qu’elle n’atteigne personne
Mon avis ne compte pas
puisque j’n’existe pas

Mélusine Vertelune est co-auteure avec Jeanne Cordelier de Ni silence, ni pardon – L’inceste : un viol institué, Montréal, M éditeur, 2014.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 mai 2014.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Mélusine Vertelune



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2014
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin