| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 24 mars 2007

L’invisibilité des minorités visibles dans la campagne électorale au Québec

par Aoua Bocar Ly, sociologue






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Bulletin rose, bulletin bleu. Comment ont voté les femmes
Élections Québec 2007 - Un véritable séisme, par Michel David
Élections Québec 2007 - Voter féministe et progressiste, c’est voter solidaire
Élections Québec 2007 - Le mouvement des femmes évalue les engagements des chefs
Moi aussi, ma décision est prise
Encore une fois, le prochain gouvernement du Québec sera élu par une minorité et la volonté populaire ne sera pas respectée
Élections Québec 2007 - Le mouvement des femmes attend toujours des réponses à ses questions
"Plate-forme pour l’égalité des femmes" : pour se préparer aux élections au Québec
Tous les chefs de parti doivent s’engager dans la lutte contre la violence sexuelle
Soutien aux femmes violentées - Les partis politiques pressés de s’engager
L’Intersyndicale des femmes réagit à la politique pour l’égalité entre les femmes et les hommes
Campagne électorale 2007 : Le mouvement des femmes craint le recul du nombre de femmes élues à l’Assemblée nationale
Le gouvernement du Québec doit adopter une politique nationale de lutte contre l’homophobie et les partis politiques doivent prendre position
Analyse comparative des programmes des cinq principaux partis par la FIQ
Campagne électorale : Le vote des femmes, ça compte à 100 % !
Québec solidaire présente ses engagements féministes
Votre contribution pour réussir la réforme du mode de scrutin au Québec
"Élection 2007 - Un Québec prospère parce que riche de tout son monde"
La CLES interpelle les partis en campagne électorale
Appuyons massivement la participation du Parti Vert et de Québec solidaire aux débats télévisés
Les élections au Québec et les femmes sur NetFemmes







Communiqué

Montréal, le 21 mars 2007 _ Le Regroupement ethnoculturel pour l’action politique (REAP) s’inquiète de l’absence de la prise en compte des Communautés ethnoculturelles (CE) dans la campagne électorale de 2007 au Québec. Bien que dénommées minorités visibles, elles demeurent invisibles.

Á part Québec solidaire, par la présence du Dr Amir Khadir, on ne voit ni n’entend les candisdat-e-s issu-e-s de ces C.E. dans les médias, on ne les compte pas non plus parmi les analystes invité-e-s. Même si le débat des chefs des partis a eu lieu le même jour que Statistiques Canada a diffusé les résultats de son recensement de 2006 mettant en relief l’importance de l’immigration pour le Canada et le Québec, aucun mot n’a été dit à ce propos. Pourtant, ces résultats mettaient en relief un fait déjà bien connu, à savoir que comme pour beaucoup de pays occidentaux, l’immigration est l’alternative au vieillissement de leurs populations et à leur dénatalité. Ces immigrants et les immigrantes constituent donc un facteur sine qua non du développement socio-économique du Québec.

Lors de ce débat des chefs, seul M. Mario Dumont a pris quelques secondes vers la fin pour brandir à nouveau le spectre de "l’accommodement raisonnable" et pour reprocher à ses pairs, MM. Jean Charest et André Boisclair, de s’être écrasés lors du débat sur cette question, en d’autres termes, de n’avoir pas tassé les immigrants et immigrantes au nom de l’identité québécoise de souche. Il renforçait ainsi le capital politique qu’il s’est déjà fait sur le dos des C.E. en parlant d’accommodements déraisonnables. De façon habile, il est arrivé à créer ce que les sociologues de la diversité appellent le Nous et le Vous, en d’autres termes, Vous, les immigrant-e-s et Nous les Québécois-e-s de souche. Il se positionne comme l’unique défenseur de cette identité québécoise de souche.

On sait pourtant aujourd’hui que face à la mondialisation, toutes les Nations du monde, surtout minoritaires, se sentent menacées dans leur identité, les Québécois-e-s de souche ne font pas exception à ce phénomène. D’exploiter cette préoccupation identitaire tel que l’avait fait M. Le Pen, il y a quelques années en France, en expliquant aux Français-e-s que tous leurs problèmes (manque d’emploi, pénurie de logement, menace de la sécurité, etc.) leur viennent des immigrant-e-s, est cynique et source de division de notre Nation québecoise. Désormais au Québec, C.E.C. égal accommodements ... déraisonnables. Elles sont perçues comme des personnes, qui, par leurs exigences liées à leurs religions et à leurs cultures, menacent l’identité québécoise de souche. Cette exploitation opportuniste de quelques dérives de demandes dites "raisonnables ou déraisonnables" les marginalise de plus en plus. Pourtant le nombre de ceux qui ont fait ces demandes ne tient que sur les dix (10) doigts de la main. Cette perception masque les centaines de milliers des membres issus des C.E. qui sont très bien intégré-e-s à la société québécoise et qui contribuent à son développement socio-économique.

D’ailleurs, à l’analyse des faits, les propos de M. Dumont ne tiennent pas la route, et ce, même selon la Commission des droits de la personne. Comme l’a révélé M. Jean-Simon Gagné dans son article du 2 février 2007 intitulé « Les mythes autour des accommodements raisonnables » : « Sur les 4000 plaintes reçues à la Commission des droits de la personne, entre 2000 et 2005, à peine 85 concernaient la religion, deux pour cent (2%) ! Dix-sept (17) plaintes par année en moyenne. Et de ce nombre, moins du tiers concernaient un accommodement raisonnable, ... une quarantaine en cinq ans ! On est loin du raz-de-marée des intégristes religieux ou du choc des civilisations annoncé par certains. » (Le Devoir)

L’auteur a levé un autre mythe qui est que les demandes d’accommodements raisonnables ne viennent pas dans la plupart des cas des musulman-e-s, mais plutôt des protestant-e-s, des handicapé-e-s et des femmes enceintes. Pourtant quand le ras le bol s’est exprimé, les foudres sont tombées sur la tête des musulman-e-s par l’attaque contre une école musulmane. M. Dumont était le surlendemain à l’émission de Mme Charrette à Radio-Canada, il n’a exprimé ni son indignation vis-à-vis de cet acte, ni un mot de compassion vis-à-vis de cette communauté. En plus, à la lumière des faits, M. Dumont n’a jamais rectifié ses propos qui s’avéraient non fondés.

Mais cela semble lui importer peu. M. Dumont nous a démontré que pour faire des gains politiques, il n’hésite pas à faire des mensonges par omission - montrer une moitié d’un texte - ou pire, d’exploiter des tragédies humaines. Pour lui, c’est comme si tous les moyens sont bons. Une attitude qui devrait inquiéter les citoyens et citoyennes chez quelqu’un qui aspire à diriger leur Nation. Ne pourra-t-il pas les vendre au plus offrant si ses intérêts étaient en jeu demain ?

Pour le REAP, l’invisibilité des Communautés ethnoculturelles dans la campagne électorale de 2007 est un fait troublant. Est-ce le reflet de la place qui leur sera désormais réservée au Québec, à savoir la marginalisation ? C’est inquiétant à plus d’un titre. D’abord, pour une bonne gestion de la diversité en vue du vivre ensemble en harmonie au sein de notre Nation, et, pour le développement socio-économique du Québec qui dépend de l’apport des immigrants et des immigrantes.

Le REAP exhorte donc les chefs des partis politiques en lice dans la campagne 2007 à se pencher davantage sur l’un des enjeux pour le Québec qu’est l’immigration, ainsi que sur le traitement réservé aux communautés ethnoculturelles. Car, si la tendance "dumontiste" se maintient, à savoir le harcèlement des C.E., tout le temps mis au banc des accusé-e-s, ses membres n’auront d’autre choix que de quitter pour d’autres provinces. Ce vote par les pieds de la part des C.E. pourrait être préjudiciable au Québec.

Le REAP

Né dans la mouvance des États généraux des réformes démocratiques, en février 2003, le REAP a pour objectifs de contribuer à l’éveil des consciences politiques des CE en vue de leur participation active à la vie politique de leur société et de leur représentation aux divers niveaux décisionnels. Le REAP s’atèle à vaincre la passivité politique des CE en les incitant à s’inscrire sur les listes électorales, à poser leurs candidatures, à participer aux campagnes électorales, à voter à toutes les élections (municipales, provinciales, fédérales, scolaires, etc.), et à faire du financement politique. Le REAP a eu à revendiquer les candidatures des C.E.C. auprès des chefs de partis et leurs nominations auprès du Premier ministre du Québec. Il a organisé plusieurs rencontres avec les leaders politiques.
Le REAP espère que l’immigration sera traitée à sa juste valeur et l’apport des immigrant-e-s reconnu. L’un des enjeux majeurs, c’est de corriger leur sous-représentation drastique dans les institutions démocratiques et de leur accorder plus de place dans les instances de décision de leur Nation.

Pour le REAP
Aoua Bocar LY, Ph.D.
Présidente par intérim du REAP
Regroupement Ethnoculturelles pour l’action politique (REAP)
460, Sainte Catherine Ouest, Suite 610
Montréal (Québec) H3B 1A7
Tél. : 514 739 55 74
Courriel : info@fah2015.org

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 mars 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Aoua Bocar Ly, sociologue



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin