| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 27 mars 2007

Et au diable les frontières

par Micheline Mercier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Galère des sables
Écrire la vie, la mort et de nouveau la vie
Donnez-moi des mots
La connaissez-vous cette fille, la pute aux cent pas ?
Motus
Le monde est si petit et ses besoins si grands
Comme une tache de moutarde sur un tablier blanc
Dans les fables, le loup était-il vraiment un mythe ?
Rouler sa vie dans un panier d’épicerie
L’intimidation ou “bullying” en milieu de travail
Merck met en danger la vie de prostituées dominicaines
La solitude est une bête à pleurer
Mots de cœur
Écoutez les sanglots des enfants perdus
Souvenances
Il fut un temps....







Derrière moi il y a tout un monde. Derrière moi il y a un désert qui porte le nom de ma mère. Sahara est son nom. Je me vois encore marcher sur les dunes, courir et ne pas tomber, rire à en perdre le souffle en attendant que la vie me montre le chemin, mon destin.

Et voilà qu’aujourd’hui j’ai une larme qui me pend juste là, sur le bord du cœur. Je n’ai pas envie d’oublier ma vie d’hier et je ne veux pas non plus laisser à d’autres que moi le plaisir de découvrir un océan de connaissances qui pourrait me surprendre agréablement. Ce n’est pas que j’ai peur d’affronter l’inconnu, ce n’est pas non plus ce moment de solitude qui m’accable. J’ai envie de connaître ce que ce nouveau monde a à m’offrir et j’éprouve cet irrésistible besoin de montrer ce que j’ai au fond de mon âme.

J’ai rapporté dans mes bagages d’immenses richesses, des millénaires de connaissances enfouis dans mes gènes, la conscience collective de tout un peuple. J’ai ce cadeau à partager avec ce peuple qui m’accueille et je ne suis pas une ingrate. Voyez-vous, j’ai hérité du courage de mes ancêtres, des hommes et des femmes pour qui le désert n’a jamais été une source de solitude mais bien un recueil de prières, le berceau d’un monde.

Que dira mon voisin de palier lorsqu’il me verra jeûner, prier, me nourrir différemment, porter le voile ou bien voir mon mari vêtu comme un chamelier ? Que vais-je lui répondre lorsqu’il me demandera, avec l’arrogance de ceux qui ne savent pas, pourquoi ai-je quitté ce pays que j’aimais tant ? Je lui répondrai ...

Je suis de la race de ces femmes qui sortent au grand jour, pour surmonter l’insurmontable et crier à l’injustice du fort sur le faible. Je suis de la race de celles qui ne sombrent pas, qui savent nager en eaux troubles et respirer dans la tempête. Que je suis un esprit fort qui pleure au-dessus d’un ruisseau afin que l’eau de son lit gonfle d’espoir ceux qui ont soif d’amour.

Je suis de celles qui aiment bien les histoires de contes des milles et une nuits, de ces histoires de princesse qui tombe amoureuse d’un prince charmant (nous avons aussi des princes charmants) qui affronte une mer de danger pour lui plaire et finalement l’épouse et lui donne des dizaines d’enfants. Et après, parle-t-on de l’après ? C’est la suite qui m’intéresse, qui m’inquiète. Je n’ai pas voulu de cet après et j’ai choisi de vivre dans les bras de mon bonheur. Et mon honneur n’en sera pas taché pour autant. Chez moi, l’honneur c’est la vie. On a le droit de mourir d’honneur. Et je ne voulais pas non plus mourir d’Amour.

Aujourd’hui est l’anniversaire de ma mère et j’aimerais bien savoir pourquoi j’ai cette amertume au coin de l’œil, ce vide au ventre qui se partage entre le cœur et la raison. Serais-je nostalgique ? J’ai quelquefois le mal de mon pays et je n’en ai pas de honte. Il m’arrive parfois de fermer les yeux et de rêver au désert, de sentir la brûlure du sable sur la plante de mes pieds et voilà, j’en suis à me demander si j’ai le regret de mes choix.

Enfin, je peux le dire en toute quiétude, j’ai la certitude que le monde qui m’entoure en est un d’espoir et de liberté, je n’oublierai jamais mes racines, j’en ai le devoir et mes valeurs sont aussi celles de mes enfants que j’aime par-dessus tout. Ils auront des droits, ces droits pour lesquels j’ai changé de vie. Et alors, que j’aime le sable du pays de ma mère, l’eau de La Méditerranée ou bien les glaces du Pôle Nord, je suis ce que je suis, fière de l’être et au diable les frontières.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 27 mars 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Mercier

Micheline Mercier est née à Windsor, en Estrie, au Québec. Depuis l’adolescence, elle a toujours été fascinée par la poésie. Pour elle, "les mots sont communicateurs et libérateurs".

Les Cahiers de la femme de l’Université York ont déjà publié certains de ses poèmes dont Esquisse de paix, Liberté sans voile, Chair-chère et Perles noires. La revue Arcade de Montréal a publié Mots de cœur. Chair-chère est aussi paru sur Sisyphe. Un premier recueil, Nue, paraîtra bientôt.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin