| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 13 mai 2007

Feux de langue

par Michèle Bourgon






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


J’ai déposé mes ailes
Le réveil de la sacrifiée
Enfance violée
Chemins de patience
Comme un cœur qui pleure
Elle marche
Mémoires de femmes
À Nadia Ajuman
Trop près pour que tu me voies
La magie de toi
Haïti - Des énergies positives existent encore
J’ai pas choisi
Dans la peau d’un Noir
Quatre chrysanthèmes
Tu es présente
Femmes-mères
Le coeur au centre
"Nous sommes tous des guerriers", de Sébastien Bec
Je crois en la femme
Envol et autres poèmes
Eux-elles et nous
Dans la Médina
Discernement
Quatre chrysanthèmes
Le coeur au centre
Luminance
Feu sage
Effritement
Dissolution
Être prostituée, j’en ai jamais rêvé
La peur
Parole de louve
Illustre Mahomet !
Avril et ses vents
Chuchotements écrits
Poèmes de Kaboul
Funeste
Les longs chemins
Sous les cendres
Abnégation
Note finale
Mon bout du monde
L’étoile la plus fade
Comment (version rap)
Bas salaire
Lisse comme une pierre blanche
Chair, chère
Némésis
Dessins de l’U
Intervalle
Fer et feu







Je sors ma langue de feu
Pour brûler ta langue de bois
Je tire ma langue de chez nous
Parce que tu l’as si bien pendue...
Je tiens ta langue sur le bout de la mienne
Et j’en fais sept fois le tour de Babel
Pour que tu comprennes enfin que
Ma langue est la plus belle
Parce qu’elle n’est pas fourchue.

L’homme rapaillé se rassemblera, se ressemblera ;
Et son nez qui voque lui montrera
La marée, où’s qu’est la marée
Qui l’emportera vers Kamouraska
Péribonka, Témiscouata, Arthabaska
L’homme rapaillé se retrouvera
Se trouvera enfin et sa langue, il ne la donnera plus au chat.

Il ne se contentera plus d’une langue de terre,
Il ne ouïra plus les langues de bois.
Il léchera ses plaies, se recomposera
Et ne tournera plus sa langue sept fois
Avant de dire qu’il aime son pays.

Je sors ma langue de feu
Pour brûler ta langue de bois
Je tire ma langue de chez nous
Parce que tu l’as si bien pendue
Je tiens ta langue sur le bout de la mienne
Et j’en fais sept fois le tour de Babel
Pour que tu comprennes enfin que...
Ma langue est la plus belle.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 8 mai 2007.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Michèle Bourgon

L’auteure a été professeure de français au niveau secondaire pendant 13 ans et est professeure de littérature française au niveau collégial depuis 1990. Elle a prononcé de nombreuses conférences sur des sujets littéraires partout au Québec et elle travaille à plusieurs projets d’écriture. Elle a publié Contes de Noël, qui lui a valu un prix littéraire, et des articles dans Brèves littéraires (Laval, 1999) et Nouvelles Fraîches (Montréal, 1991). Elle a participé à la création de l’émission pour enfants, « Charamoule », à Radio-Canada (1988-1989), sous la direction de Pierre Duceppe.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin