| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 7 mai 2007

La langue française à l’école - Mont tex es-ti lizib ? J’ai cri !

par Michèle Bourgon






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Sciences - Les tablettes, à éloigner des enfants
Alice Miller et les racines de la violence dans l’éducation de l’enfant
Un défi à l’école : apprendre à se passer des écrans
Éducation et féminisme : beaucoup de chemin à parcourir
Réduire la violence en milieu scolaire : des efforts méconnus
Colloque "Les écrans : libération ou esclavage ?" à Trois-Rivières
Éducation ou catastrophe : l’heure de se débrancher
Réduire le temps-écrans aujourd’hui, un véritable sport extrême
Des technologies modernes fantastiques... pour servir les enfants ou les asservir ?
À l’égalité il faut ajouter la liberté
Qui a peur des professeur-es ?
Décrochage scolaire - Complément d’information à propos de "À l’école, p’tit gars !"
Les jeux vidéo ont des effets néfastes sur les jeunes
Une femme, Marylin Vos Savant, a le QI le plus élevé au monde
L’intégration des jeunes en difficulté d’apprentissage
Écoles hassidiques illégales - L’État doit être ferme
Drelin, drelin ! Parents : à vos devoirs !
La marchandisation des enfants et le port du G-string
Étudiants en grève. Intransigeants, dites-vous ?
Grève étudiante ou choc des générations ?
Apprendre aux filles à se soumettre aux garçons
Les garçons et l’école : les prétentions masculinistes réduites à néant
L’école québécoise et les garçons : l’apprentissage de la domination
La mixité scolaire n’a pas d’effet sur la motivation
Obstacles et réussite des filles à l’école
Profils contrastés d’un groupe de garçons québécois de 15 ans
Les difficultés scolaires des garçons : débat sur l’école ou charge contre le féminisme ?
Renforcer les stéréotypes masculins ne résoudra pas les difficultés des garçons à l’école
Comment limiter le décrochage scolaire des garçons et des filles ?
Identités de sexe, conformisme social et rendement scolaire
La non-mixité en milieu scolaire nuirait aux garçons
Décrochage scolaire : remettre les pendules à l’heure
La non-mixité à l’école : quels enjeux ?
Faire réussir les garçons ou en finir avec le féminisme ?
Les garçons à l’école - Pour en finir avec le XVIIIe siècle
Quand les garçons échouent à l’école







Un rapport produit par l’enseignant Richard Berger pour le compte du Ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport propose qu’ici, au Québec, les enseignant-e-s du niveau collégial (la clientèle étudiante a entre 17 et 21 ans - équivalent du BAC français) ne comptabilisent plus les fautes d’orthographe, de syntaxe et de ponctuation lors de l’examen final de français sanctionnant la diplômation.

Je ne pensais pas vivre assez vieille pour assister à une telle aberration.

Nous le savons tous et toutes, le français se porte mal : on le parle mal, on l’écrit mal, on fait des fautes. Les Québécois-e-s souffrent depuis l’aube de leur temps de cette inculture langagière, mais ils ont fait des progrès et, à force d’efforts, sont parvenus à maîtriser leur langue maternelle. Depuis quelques années, une régression importante a été constatée. Depuis quand au juste ? Depuis qu’on a changé les méthodes d’apprentissage au primaire ? Depuis que la réforme est appliquée ? Depuis cette course effrénée vers la diplômation à tout prix ? Depuis que les parents ne savent pas ce que leurs enfants sont allés faire dans cette galère ?

Quand on exige moins des élèves, ils donnent moins. Quand on leur apprend moins, ils apprennent moins. Quand ils ont 95% sans effort, ils apprennent que l’effort n’est pas important. Quand tout le monde passe ou a la même note, à quoi bon se forcer pour se distinguer ? Le milieu de l’éducation est aux prises avec une hydre monstrueuse qui est en train d’étouffer lentement, mais sûrement les progrès d’antan, l’identité fondamentale de tout un peuple. La correction de la langue doit être simplifiée parce que les jeunes n’arrivent plus à la maîtriser et que le problème est généralisé. Voilà le constat que l’on ne vous dira jamais.

Mais fermer les yeux, les oreilles et la bouche, est-ce la bonne solution ? Quel est le peuple que nous voulons devenir ? Quels sont nos objectifs ?
En anglais, langue maternelle, on ne corrige pus les fautes ? Appliquons la même pratique ? Non, parce que notre situation n’est pas la même. Nous mourons à petit feu. Mourrons-nous à gros bouillons ? Mourrons-nous brouillons ?

On parle de juger de la lisibilité d’un texte, d’une correction holistique ! On parle de savoir si on comprend à peu près ce que l’étudiant a voulu exprimer.

Je suis franchement ébranlée, sonnée, abasourdie. Je crains que ce rapport étonnant ne soit que la première salve et qu’il engendre un débat public dangereux. Je crains aussi qu’on ne prépare le terrain pour une application dans un avenir rapproché. Après tout, un fonctionnaire du MELS semble avoir cru cela possible. Heureusement, Michelle Courchesne, ministre de l’Éducation, a carrément refusé ces propositions. Bravo, madame la ministre, on n’en attendait pas moins de vous.

Les jeunes ne sont pas plus imbéciles que nous l’étions ; ils sont même peut-être plus allumés, plus branchés sur le monde que nous avons pu l’être. Ils sont intelligents. Ils peuvent apprendre. Il faut se questionner sur le phénomène mondial du nivellement par le bas. Pourquoi aller vers une telle idéologie ? Pourquoi continuer la plongée ?

Les Français-e-s aussi baissent les bras, mais ils n’ont pas l’air de se rendre compte du phénomène. Quand on voyage en France, on réalise tristement à quel point les mots anglais envahissent la langue. Ils sont partout (Parking ici, sponsoring là, 7 Up lite, mail, et j’en passe.) Oui, une langue est vivante, mais encore faut-il faire attention à ce qu’elle ne meure pas. Là-bas, ils sont plus d’une cinquantaine de millions. Ici, sept millions de Québécois-e-s sont encerclés par une mer d’anglophones. Notre survie dépend d’abord et avant tout du respect de notre langue. Il faut se battre pour la sauver ; ce que les Français n’ont pas à faire... pour l’instant.

J’ai peur pour l’avenir, j’ai peur pour ma langue, j’ai peur pour mon peuple, j’ai peur pour l’éducation.

A vous cons pris ceux queue g’ai cri ?

Z’êtes pas tannés de mourir.... ?

Voir ces deux articles :

- « Fini les fautes de français au cégep ? »
- « L’approche "holistique" c’est fantastique ! »

Mis en ligne sur Sisyphe, le 7 mai 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Michèle Bourgon

L’auteure a été professeure de français au niveau secondaire pendant 13 ans et est professeure de littérature française au niveau collégial depuis 1990. Elle a prononcé de nombreuses conférences sur des sujets littéraires partout au Québec et elle travaille à plusieurs projets d’écriture. Elle a publié Contes de Noël, qui lui a valu un prix littéraire, et des articles dans Brèves littéraires (Laval, 1999) et Nouvelles Fraîches (Montréal, 1991). Elle a participé à la création de l’émission pour enfants, « Charamoule », à Radio-Canada (1988-1989), sous la direction de Pierre Duceppe.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin