| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 13 novembre 2014

Antoinette Fouque - Faire feu de tout bois

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


"Insectuel - Le secret du papillon noir", de Barbara Sala
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
"Prénom Médée", déconstruction d’un mythe misogyne
Pascale Navarro - Le pouvoir des femmes en politique : utopie ou réalité ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Place au conte : Célestine et le géranium magique
"D’ailleurs", de Verena Stefan : apprivoiser l’exil
Anaïs Airelle : poésie, colère et révolte
Thérèse Lamartine : Polytechnique, le roman
Un premier recueil de haïkus par des femmes francophones
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Manon Tremblay répond à ce qu’on veut savoir sur les femmes et la politique
"Nous sommes tous des guerriers", de Sébastien Bec
Vision poétique et politique de Marie-Claire Blais
L’avortement, un droit jamais acquis
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Marie-Claire Blais, l’art au secours de la vie
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Micheline Dumont et Louise Toupin : Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes
" Permafrost " de Louky Bersianik, une pure intensité
Orpiment, la plénitude de vivre
« Débander la théorie queer », un livre de Sheila Jeffreys
Nicole Brossard et Lisette Girouard : nouvelle anthologie de la poésie des femmes au Québec
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Andrée Ferretti et la judéité vue de l’intérieur
Les femmes et l’institution littéraire
Lise Demers romancière - Du sable dans l’engrenage du pouvoir
Élisabeth Badinter dénature le féminisme pour mieux le combattre
Chahdortt Djavann - Un vibrant appel à la conscience
Des écrits inspirants par des femmes de parole







Antoinette Fouque, figure historique du Mouvement de libération des femmes (MLF) née le 1er octobre 1936 à Marseille, est morte à Paris le 20 février 2014. Psychanalyste, essayiste, politologue et femme politique, elle a créé notamment le groupe Psychanalyse et Politique, les éditions et la librairie des femmes, l’Alliance des femmes pour la démocratie. En 2013, elle a conçu et publié avec ses collaboratrices Le dictionnaire universel des créatrices, une œuvre phare en 3 volumes de 5 000 pages. Elle a reçu les distinctions honorifiques de commandeure de la Légion d’honneur, commandeure de l’ordre national du Mérite et Officière des Arts et des Lettres.

Le 5 avril 2014, à la Maison de la Chimie à Paris, ses proches en provenance de divers milieux politiques, intellectuels et militants lui ont rendu un bel hommage. Dans le livre Avec Antoinette Fouque (1), qui vient de paraître, ses fidèles complices relaient, avec photos et textes inédits, les paroles pleines d’émotion qui, lors de cet après-midi mémorable, ont retracé son parcours, et ce que lui doit le mouvement des femmes d’hier et d’aujourd’hui. Je n’ai jamais rencontré cette femme exceptionnelle, mais une solidarité amicale et chaleureuse s’est établie entre nous au cours des dix dernières années de sa vie.

Le livre contient quelque cinquante témoignages, majoritairement féminins, dont celui de Aung San Suu Kyi, Édith Cresson, Delphine Batho, Irina Bokova, Isabelle Huppert, Chantal Chawaf, Élizabeth Roudinesco, Lidia Falcon, Hélène Cixous, Kate Millett, Taslima Nasreen, pour ne nommer que les plus connues d’entre elles. Les éditrices ont réparti les textes en quatre thèmes qui ont jalonné le parcours d’Antoinette Fouque : S’engager, créer, penser, libérer.

D’entrée de jeu, on est frappé par la qualité de cet hommage en termes d’écriture, de splendeur de l’iconographie, de beauté formelle. Il est vrai que les éditions des femmes nous ont habitué-es à une telle qualité et, comme le souligne à juste titre Hélène Cixous à propos de son amie : "Ne pas avoir peur de la beauté, c’est sa signature".

Au fil des pages, plusieurs personnes soulignent le courage d’Antoinette Fouque, sa force, son enthousiasme, son amour des femmes, sa générosité, son empathie. Certaines la remercient même de leur avoir sauvé la vie ou d’avoir changé le cours de celle-ci. C’est le cas notamment de Aung San Suu Kyi et de Taslima Nasreen qu’Antoinette Fouque a contribué puissamment à sauver de la dictature militaire et islamiste.

Pour la philosophe Blandine Kriegel, "en réfléchissant sur les liens qui existent entre la genèse, l’engendrement, la naissance et la connaissance, elle a ouvert toute une avenue de la pensée du féminin qui n’existait pas". À cette même Blandine Kriegel, Antoinette Fouque avait écrit en 2002 pour lui demander de réagir à l’assassinat sexiste de Sohane, jeune fille de dix-sept ans brûlée vive dans le local à poubelles d’une HLM. Rien de ce qui concernait les femmes ne lui était indifférent.

L’écrivaine Hélène Cixous, qui la connaissait depuis 1975, lui rend hommage dans un très beau texte qu’il conviendrait de citer en entier :

    Elle était la surprise même. Et une fois surprise par Antoinette, on allait à travers l’époque de surprise en surprise. Il y a très peu d’êtres surprenants. Une fois qu’on avait été surpris par Antoinette, ça n’arrêtait plus. Elle aurait peut-être appelé ce don si rare ’être en mouvement’.

Parmi les témoignages d’une cinquantaine de femmes figurent ceux de quelques hommes, notamment celui du sociologue Alain Touraine, de l’historien Pierre Nora, du psychanalyste Serge Leclaire (par l’entremise de sa fille, Odile). Des amis et interlocuteurs d’Antoinette Fouque qui ont toujours reconnu l’importance intellectuelle de sa pensée et de son travail novateur sur la langue. Un travail "poéthique" qu’elle jugeait essentiel pour exprimer au plus près la réalité des femmes, trop souvent inédite ou interdite. Alain Touraine salue ce qu’il a fallu à cette femme "de courage intellectuel pour s’engager contre les voies déjà traversées, pour aller sans cesse plus loin".

Jamais plus qu’Antoinette Fouque, personne n’a suscité autant de ressentiment durable que d’admiration, de reconnaissance, d’indéfectibles amitiés personnelles, militantes et intellectuelles. "Partout où elle passait, ça poussait. Une telle fécondité produit toujours aussi ses contraires, des antagonismes. C’est ainsi, ce qui croît, et jouit, suscite des résistances à la vie, c’est mécanique", résume bien l’écrivaine Hélène Cixous.

Antoinette Fouque n’a jamais craint de conjuguer les contraires, de dépasser la dualité. Elle considérait insuffisant le féminisme "égalitaire" qui, pour elle, se limitait à revendiquer pour les femmes le droit d’être des hommes comme les autres, en ne mettant pas l’accent sur leur spécificité :

    Égalité et différence ne sauraient aller l’une sans l’autre ou être sacrifiées l’une à l’autre. Si l’on sacrifie l’égalité à la différence, on revient aux positions réactionnaires des sociétés traditionnelles, et si l’on sacrifie la différence des sexes, avec la richesse de vie dont elle est porteuse, à l’égalité, on stérilise les femmes, on appauvrit l’humanité tout entière". (2)

Cette femme de pensée, de création et d’action, d’une énergie peu commune, atteinte très tôt d’une maladie dégénérative, a réalisé au cours de ses 77 ans de vie plus que beaucoup d’êtres bien portants. Et, pour terminer sur un mot qui l’anima, comme le rappelle Hélène Cixous : "Indépendance ! est un cri de ralliement et simultanément de solitude. [...] Indépendance avec dépendance réciproque, entretenue entre les vivantes et avec les mortes et les morts."

Notes
1. Avec Antoinette Fouque - Hommage, Paris, éditions des femmes, 2014.
2. Antoinette Fouque, Il y a 2 sexes, Paris, Gallimard, 2004, p. 292.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 6 novembre 2014


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2014
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin