| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 17 mai 2015

Un défi à l’école : apprendre à se passer des écrans

par Philomène Bouillon, journaliste






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Sciences - Les tablettes, à éloigner des enfants
Alice Miller et les racines de la violence dans l’éducation de l’enfant
Éducation et féminisme : beaucoup de chemin à parcourir
Réduire la violence en milieu scolaire : des efforts méconnus
Colloque "Les écrans : libération ou esclavage ?" à Trois-Rivières
Éducation ou catastrophe : l’heure de se débrancher
Réduire le temps-écrans aujourd’hui, un véritable sport extrême
Des technologies modernes fantastiques... pour servir les enfants ou les asservir ?
À l’égalité il faut ajouter la liberté
Qui a peur des professeur-es ?
Décrochage scolaire - Complément d’information à propos de "À l’école, p’tit gars !"
La langue française à l’école - Mont tex es-ti lizib ? J’ai cri !
Les jeux vidéo ont des effets néfastes sur les jeunes
Une femme, Marylin Vos Savant, a le QI le plus élevé au monde
L’intégration des jeunes en difficulté d’apprentissage
Écoles hassidiques illégales - L’État doit être ferme
Drelin, drelin ! Parents : à vos devoirs !
La marchandisation des enfants et le port du G-string
Étudiants en grève. Intransigeants, dites-vous ?
Grève étudiante ou choc des générations ?
Apprendre aux filles à se soumettre aux garçons
Les garçons et l’école : les prétentions masculinistes réduites à néant
L’école québécoise et les garçons : l’apprentissage de la domination
La mixité scolaire n’a pas d’effet sur la motivation
Obstacles et réussite des filles à l’école
Profils contrastés d’un groupe de garçons québécois de 15 ans
Les difficultés scolaires des garçons : débat sur l’école ou charge contre le féminisme ?
Renforcer les stéréotypes masculins ne résoudra pas les difficultés des garçons à l’école
Comment limiter le décrochage scolaire des garçons et des filles ?
Identités de sexe, conformisme social et rendement scolaire
La non-mixité en milieu scolaire nuirait aux garçons
Décrochage scolaire : remettre les pendules à l’heure
La non-mixité à l’école : quels enjeux ?
Faire réussir les garçons ou en finir avec le féminisme ?
Les garçons à l’école - Pour en finir avec le XVIIIe siècle
Quand les garçons échouent à l’école







"Qui a une télévision ou un écran dans sa chambre ?" Dans cette classe de CM1 de l’Ain, de nombreux enfants lèvent la main : 15 sur 25. L’intervenant, le Québécois Jacques Brodeur, n’est pas surpris.

Pour cet enseignant à la retraite, inventeur du défi "dix jours sans écrans" et fondateur du site internet Edupax, spécialisé dans la prévention de la violence et l’éducation aux médias, se sevrer de la télévision, des consoles et autres tablettes "est aussi difficile que d’arrêter de fumer".

Armé de sa faconde, il va d’école en école au Canada et fait une "tournée" printanière en France, de la région parisienne à la Bretagne en passant par la Touraine et Rhône-Alpes, pour sensibiliser enfants et parents sur les méfaits des écrans.

"Devant la télévision, il faut gober et se taire. Saviez-vous qu’aux USA, en 1983, le temps de conversation familial était estimé à 1h12 par semaine ? Il est tombé à 34 minutes en 1997", dit-il à l’AFP entre deux séances à l’école du Toison, à Villieu-Loyes-Mollon.

Devant une autre classe de CM1, il ne paraît pas plus étonné lorsque certains avouent avoir déjà vu des "films qui font peur" comme "Massacre à la tronçonneuse" ou "Chucky" la poupée tueuse. "Cette peur peut se cacher en toi, il ne faut pas la laisser entrer dans ta tête. Ce n’est pas une poubelle !", raconte-t-il aux enfants, tout ouïe.

Avant de demander "ce qu’on pourrait faire" quand la TV est éteinte. Lire, faire de la poterie, jouer au foot, regarder des choses au microscope : les réponses fusent, preuve que l’alternative existe.

"Nous préparons la 4e édition de la semaine sans écrans, du 26 au 31 mai dans notre école. On a constaté que de plus en plus d’enfants sont inattentifs. On a aussi noté une baisse de la qualité de langage", souligne Thierry Capra, directeur du groupe scolaire.

Des CE1 accros aux jeux violents

"J’ai des CE1 qui ont déjà joué à Call of Duty ou Grand Theft Auto (GTA), des jeux où l’on entre dans la peau d’un délinquant qui viole des femmes !", ajoute-t-il, perplexe.

Selon Michel Desmurget, directeur de recherche en neurosciences à l’Inserm et auteur du livre "TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision", "lorsque la télé est allumée dans le foyer, l’enfant parle moins et entend moins de mots".

"Une heure de TV, c’est 7% de mots en moins et de rapport langagier en moins. En France, la télé est allumée six heures par jour dans un foyer en moyenne, cela veut dire que les enfants entendent 50% de mots en moins", ajoute le chercheur.

Qui réfute la thèse "cathartique" selon laquelle les jeux violents diminueraient les pulsions agressives : "aucune étude publiée à ce jour n’a pu apporter d’argument", a-t-il écrit avec un pédopsychiatre, Bruno Harlé, dans un article de pédiatrie paru en 2012.

Selon M. Desmurget, "des études de contenu ont montré que dans n’importe quel programme de prime time et de dessins animés pour enfants, il y a moins de richesse langagière que dans un livre d’enfant d’école maternelle qui ne sait pas lire !". Et d’énumérer les effets délétères des écrans sur les cerveaux en pleine croissance : qualité du sommeil, sédentarité, risques d’obésité, impulsivité et réussite scolaire.

Le Dr Bruno Harlé, pédopsychiatre dans une unité d’hospitalisation pour enfants au centre hospitalier du Vinatier à Bron (Rhône), constate que "l’écran est devenu l’objet de stimulation prioritaire", les enfants allant d’un écran à l’autre, "de la TV à la (console de jeux) DS, ou sur le smartphone".

Un enfant déjà fragilisé, s’il joue à GTA, voit son niveau d’angoisse augmenter.

"Le plus grand problème des écrans, c’est le temps volé au reste et aux compétences qu’on peut développer autrement", conclut le pédopsychiatre.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 mai 2015


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Philomène Bouillon, journaliste


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2015
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin