| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 2 janvier 2016

Iran - Le dernier jour où les femmes ont pu se promener tête nue

par Interview réalisée par Sian Cain, The Guardian






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Iran - L’enfer islamiste pour les femmes
Iran - Voile, mensonge et libertés furtives
La contestation populaire continue en Iran
Iran – Voile et viol, armes de guerre contre les femmes
Interpellation de l’ambassade d’Iran à Paris
Entretien avec Shirin Ebadi :"Seul Khamenei a le pouvoir de grâcier Sakineh Mohammadi-Ashtiani"
Contesté, le régime théocratique iranien se venge en persécutant les femmes
Une révolution féminine en Iran, un défi fondamental à l’islam
Appel pour la liberté et l’égalité des sexes en Iran
Manifeste de la libération des femmes en Iran
Campagne internationale pour la fermeture des ambassades iraniennes
La solitude du peuple iranien !
Le voile, honneur ou déshonneur ?
Achoura - Répression sanglante en Iran
En Iran, des hommes se voilent pour dévoiler le régime
Iran : Ahmadinejad usurpe le pouvoir par le viol, la torture et l’assassinat
Placer Téhéran face à sa cruelle misogynie
Iran – Toutes ces personnes dont la mémoire maintient en vie
Déclaration contre la répression généralisée en Iran
Iran - Mythes et réalités
Chronique sur l’Iran - La plus longue pétition du monde
Le peuple iranien a abattu le mur de la peur - Marjane Satrapi
L’Iran, la fin de l’idéologie du martyre
Les Iraniennes à l’avant-garde du combat pour la liberté
Dossier "Spécial Iran" du Nouvel Observateur- Mise à jour continue
Iran – Coup d’État du pouvoir islamique contre son propre peuple
L’Iranienne Shirin Ebadi réclame un nouveau scrutin
L’invitation manipulatrice de l’ambassade d’Iran aux féministes françaises
Iran - Que cessent les menaces à l’encontre des cyberféministes
La militante des droits des femmes Khadijeh Moghaddam arrêtée pour "propagande contre l’État et perturbation de l’opinion publique"
La lutte pacifique accroît notre résistance civile
Le gouvernement d’Iran emprisonne et maltraite des féministes qui dénoncent ses lois misogynes
Iran - Peine de prison et 10 coups de fouet pour une militante après une manifestation
Arrestation de plusieurs femmes en Iran et pétition UN MILLION DE SIGNATURES
Soutien International pour la Campagne en faveur des femmes d’Iran
Iran - Sauver Malak de la lapidation
La longue marche des femmes en Iran
Le parlement iranien donne aux femmes le même droit à l’héritage qu’aux hommes
En Iran, le fouet contre l’amour







J’ai commencé à prendre des photos en 1972. À ce moment-là, il n’y avait que quatre ou cinq femmes photographes en Iran. Le métier de photographe était considéré comme une chose étrange pour des femmes. Quand je disais que ma profession était « photographe », mes amis et la famille riaient. « La photographie est un hobby », disaient-ils. Pour eux, les photographes travaillaient pour des mariages et des sites touristiques.

La meilleure photo de Hengameh Golestan :
Des femmes iraniennes protestent contre la loi du hijab de 1979.

La photo (voir ci-dessus) a été prise le 8 mars 1979, le lendemain de l’adoption de la loi du hijab qui décrétait que les femmes en Iran devaient porter un foulard hors de chez elles. Beaucoup de gens à Téhéran ont fait la grève et sont descendus dans la rue.

C’était une très grande manifestation regroupant des femmes – et des hommes – de toutes les professions, des étudiants, des étudiantes, des médecins, des avocats. Nous luttions pour la liberté : politique et religieuse, mais aussi individuelle.

J’ai pris cette photo au début de la manifestation. Je marchais à côté d’un groupe de femmes qui parlaient et plaisantaient. Toutes étaient heureuses que je les photographie. Vous pouvez voir à leur visage qu’elles se sentaient joyeuses et puissantes.

La révolution iranienne nous avait appris que, si nous voulions quelque chose, il fallait descendre dans la rue et le réclamer. Les gens étaient si heureux ; je me souviens d’un groupe d’infirmières arrêtant certains hommes dans une voiture et leur disant : « Nous voulons l’égalité, alors mettez aussi un foulard ! » Tout le monde riait.

Je voulais rejoindre toutes les manifestations pendant la révolution, mais je savais que je devais le faire comme photographe. Ma première pensée fut : « C’est ma responsabilité d’informer sur cet événement. » Je suis plutôt petite, je me faufilais donc dans la foule et hors de la foule, prenant constamment des photos. J’ai pris près de 20 rouleaux de films. À la fin de la journée, j’ai couru à la maison les développer dans ma chambre noire. Je savais que j’avais été témoin d’un événement historique. J’étais si fière de toutes les femmes. Je voulais montrer ce que nous avions de meilleur.

JPEG - 17.2 ko
Hengameh Golestan

Ce fut le dernier jour où des femmes ont marché tête nue dans les rues de Téhéran. Ce fut notre première déception à l’endroit des nouveaux dirigeants de l’Iran post-révolution. Nous n’avions pas obtenu le résultat escompté. Mais quand je regarde cette photo, je ne vois pas seulement le poids du hijab. Je vois les femmes, la solidarité, la joie – et la force que nous ressentions.

J’ai offert mes photos aux journaux, mais aucun n’en a voulu. Toutefois, en 2010, il y a eu un festival de femmes en Syrie, et j’y ai apporté mes photos. J’ai reçu une réponse chaleureuse de ces femmes, tant les musulmanes que les chrétiennes. Elles voyaient la vie réelle des femmes iraniennes pour la première fois. Une étudiante en photographie prend leur action comme sujet de doctorat, cela a donc été très gratifiant.

Je reçois une réponse étrange de jeunes Iraniens et Iraniennes, les générations qui n’ont jamais vu des femmes sans hijab dans les rues. Leur monde est très différent. Certain-e-s ne savent même pas que ces manifestations ont eu lieu.

Après la révolution, des centaines de bonnes photographes ont émergé en Iran. Mais quand j’ai voulu "couvrir" la guerre Iran-Irak, dans les années 1980, les autorités m’en ont empêchée. « Rien que des hommes sur la ligne de front », ont-ils dit.

Aujourd’hui, je me suis liée d’amitié avec une étudiante iranienne qui a été autorisée à se rendre en Afghanistan pour prendre des photos de la guerre là-bas. Je lui dis toujours qu’elle est en train de vivre mon rêve.

Notes biographiques

Née à Téhéran en 1952, la photographe Hengameh Golestan a étudié à Hastings, Angleterre, quand elle avait 18 ans. Son apprentissage de photographe s’est poursuivi auprès de son mari, Kaveh Golestan, photographe pour les médias. Elle dit avoir été influencée par Mary Ellen Mark et par Diane Arbus. Moment important : « Être à Téhéran au moment de la révolution. » Moment faible : « Quand j’ai eu mon fils, il était plus difficile pour moi de voyager. » De premier ordre : « Construire une relation avec son sujet. La compassion est importante ».

- Publlication originale dans The Guardian, le 3 septembre 2015 sous le titre "Hengameh Golestan’s best photograph : Iranian women rebel against the 1979 hijab law".

Mis en ligne sur Sisyphe, le 19 novembre 2015


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Interview réalisée par Sian Cain, The Guardian


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2016
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin