| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 2 janvier 2016

Amnistie internationale et la prostitution : l’aménagement d’un apartheid sexuel
Traduction : Marie Savoie

par Tania Bien-Aimé, directrice générale, Coalition Against Trafficking in Women (CATW)






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Au chevet de la clique proxénète ?
Amnistie internationale invitée à entendre les femmes au coeur de la prostitution
SPACE international s’oppose à la résolution d’Amnesty International visant à dépénaliser proxénètes et prostitueurs
Prostitution - Amnesty relève les compteurs
Amnesty International et la prostitution - Pas en notre nom !
Dépénalisation de la prostitution : Amnesty a laissé tomber les femmes. Adieu Amnesty !
La prostitution n’est pas le plus vieux métier du monde mais la plus ancienne forme d’oppression !
Pour Amnesty International, la présence de traumatismes psychiques chez les personnes prostituées serait "un stéréotype"
Prostitution - Amnesty International complice de l’exploitation sexuelle des femmes
Prostitution - Amnesty International incité à prendre le parti des personnes exploitées, non celui des proxénètes
Prostitution - George Soros subventionne Amnesty International pour promouvoir le système proxénète
Amnistie internationale et la prostitution - Une position inacceptable, selon PDF Québec
Honte à Amnistie internationale - Réagir !
MMF-France - "Spécial Abolition de la prostitution" - Sur la décision d’Amnesty International
L’Amicale du Nid - Amnesty International a choisi la violence envers les femmes !
Amnesty International et la défense soutenue du système prostitutionnel
Plainte officielle contre la "consultation" menée par le Secrétariat international d’Amnesty ! au sujet de sa politique de décriminalisation du proxénétisme







    Vous pouvez me rabaisser pour l’histoire Avec vos mensonges amers et tordus, Vous pouvez me traîner dans la boue Mais comme la poussière, je m’élève pourtant
    Maya Angelou. (1)


Qu’arriverait-il si tous les pays décriminalisaient la prostitution ? Pas seulement ceux, peu nombreux, qui l’ont déjà fait, avec des conséquences désastreuses.

Qu’arriverait-il si tous les gouvernements légitimaient les activités des proxénètes et des tenanciers de bordel et dégageaient de toute responsabilité les hommes qui achètent d’autres êtres humains pour les utiliser sexuellement ?

Les Nations Unies et ses États membres institueraient-ils un Plan d’investissement 2050 dans l’industrie du sexe pour offrir une solution et une modalité de développement durable aux filles et aux femmes indigentes ?

Les organismes publics lanceraient-ils des campagnes de réduction de la pauvreté ? Quels slogans publicitaires imaginerait-on alors ? « Femmes des Premières Nations, femmes amérindiennes ou afro-américaines et femmes des pays du Sud, êtes-vous pauvres, sans logis ou transgenre ? Avez-vous été victimes d’inceste ? Avec notre aide, l’industrie du sexe vous procurera de quoi vous nourrir et vous loger, en plus de vous offrir gratuitement des condoms et la possibilité de contribuer au produit intérieur brut de votre pays (ou d’un pays étranger). Aucune formation ou expérience nécessaire. »

Non, ce n’est pas une accroche publicitaire pour le prochain roman de Margaret Atwood, mais bien une idée mise de l’avant par Amnistie internationale (AI), une des organisations de défense des droits humains les plus respectées du monde.

À l’issue d’un débat houleux tenu lors de la réunion de son Conseil international au mois d’août 2015 à Dublin, les délégué-es d’Amnistie ont adopté une résolution préconisant la décriminalisation de tous les acteurs de l’industrie du sexe, y compris les proxénètes, les tenanciers de bordel et les clients-prostitueurs, afin de protéger les personnes prostituées. Le Conseil international d’Amnistie étudiera sous peu, et adoptera vraisemblablement, une politique qui fera de l’industrie du sexe un employeur acceptable et même souhaitable.

Bien que plusieurs de ses sections nationales, dont celles de la France, d’Israël et de la Suède, se soient opposées à cette décision, Amnistie se montre inébranlable et poursuit ses démarches auprès des gouvernements, les pressant de prendre des mesures qui reviennent en fait à légaliser la prostitution. Avec un mépris inexplicable, ses dirigeant-es refusent d’écouter les regroupements de femmes qui travaillent sur le terrain dans le monde entier et font aussi la sourde oreille aux arguments des survivantes de la prostitution, des universitaires, des leaders d’associations de gais et de lesbiennes et d’autres personnalités éminentes, dont un ancien président des États-Unis et les héritiers de Martin Luther King, Jr.

Amnistie internationale semble plus réceptive aux sempiternelles rengaines d’une puissante culture pro-proxénète et aux chantres du « féminisme à la Playboy », selon la formule de la journaliste Meghan Murphy, qu’aux voix lui enjoignant de respecter la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Elle a accepté sans sourciller que des hommes reconnus coupables de proxénétisme façonnent sa politique et elle s’en est remise à gens liés à l’industrie du sexe pour défendre sa position devant les médias.

Les femmes ont le droit incontestable de prendre les décisions relatives à leur santé, à leur corps, à leur sexualité et à leur faculté de procréer. Les hommes, pour leur part, n’ont aucun droit fondamental d’avoir accès aux corps des femmes dans l’industrie du sexe ou dans toute autre sphère de la vie, quoi qu’en dise Amnistie.

Amnistie internationale refuse de reconnaître que les personnes prostituées souffrent aux mains des acheteurs de sexe, quel que soit le régime juridique en vigueur. Elle fait délibérément abstraction des propos des clients-prostitueurs eux-mêmes, qui révèlent leur prédilection pour la déshumanisation, et des études faisant état de leur propension à la violence sexuelle. Comme l’a déclaré la Canadienne Bridget Perrier, survivante amérindienne de la prostitution : « Ce ne sont pas les lois qui tuent nos femmes, ce sont les hommes ».

Il existe pourtant dans des pays comme la Suède ou la Norvège des exemples de régimes fondés sur l’égalité des sexes qui s’attaquent à la prostitution. Amnistie pourrait s’en inspirer, mais elle préfère les écarter au profit de modèles fondés sur l’idée que les bordels sont des entreprises, malgré leurs conséquences humaines désastreuses en Nouvelle-Zélande, aux Pays-Bas et en Allemagne.

« Il faut cultiver un érotisme de l’égalité. La prostitution consiste à acheter un corps. Elle n’a rien à voir avec le plaisir partagé ou la liberté de choix », rappelle Gloria Steinem, dont les appels à Amnistie sont également demeurés sans réponse. « La meilleure façon de combattre cette dangereuse inégalité, ce n’est ni la criminalisation, ni la légalisation, mais la "troisième voie" : décriminaliser les personnes prostituées tout en leur offrant de véritables possibilités de sortie et tenir les acheteurs responsables de leurs actes ».

Ce n’est pas la première fois qu’Amnistie se montre incapable de comprendre que les droits des femmes et des filles sont partie intégrante des droits humains. Au cours des années 1990, elle a refusé de condamner certaines pratiques traditionnelles nocives, comme les mutilations génitales féminines, et elle s’est montrée réticente à inclure dans son mandat les droits liés à la procréation, préférant se faire l’alliée d’innombrables gouvernements en qualifiant ces atteintes aux droits des femmes de pratiques culturelles ou religieuses.

Faut-il rappeler qu’en Inde, plus de trois millions de fillettes, d’adolescentes et de femmes sont vendues à des hommes chaque jour dans des méga-bordels ? Avec le plan d’Amnistie, leur nombre s’accroîtrait de façon exponentielle par suite de la légalisation de la demande et de l’acceptation culturelle de la prostitution comme moyen de subsistance pour les femmes et les filles pauvres, invisibles ou de basses castes. En votant pour légitimer l’industrie mondiale du sexe, Amnistie effacerait d’un coup des années de progrès accomplis grâce à ses efforts au chapitre les droits des femmes.

Le mot apartheid, qui signifie « séparation » en afrikaans (2), évoque l’un des régimes les plus brutaux de l’histoire moderne. En incitant les gouvernements à légitimer l’industrie du sexe en l’assimilant à un employeur comme un autre, Amnistie fait la promotion d’un apartheid sexuel, c’est-à-dire la division des femmes en deux catégories : celles qui méritent d’avoir accès à des possibilités économiques et éducationnelles et celles qui sont condamnées à la prostitution. Or, une chose est certaine : tant que certaines femmes seront à vendre, aucune femme ne sera considérée comme l’égale des hommes, que ce soit à la direction d’une entreprise, dans l’enceinte d’un parlement ou au foyer.

Les forces qui appuient la vision dévoyée d’Amnistie pour les femmes et les filles sont puissantes, et leur argumentaire est bien connu. Beaucoup d’entre nous, signataires de cette Déclaration mondiale (3), sommes les filles de tribus disparues. Nous avons écouté, sur le sein de notre mère, racontées à voix basse des histoires de résistance et de survie face aux envahisseurs, de génocide et de langues oubliées. Les rythmes de la colonisation ne changent pas ; ils traversent le corps des femmes, auquel l’accès est obtenu par tous le moyens nécessaires, y compris par la violence, le contrôle et l’argent.

Les pouvoirs ont parlé, mais pas la justice. Pour chaque Goliath, un David se lève ; pour chaque Dred Scott (4), un mouvement prend forme. Nous pouvons perdre des batailles, mais notre esprit rebelle persiste au nom des femmes dont nous sommes les héritières et au nom de nos arrière-petites-filles non encore nées.

Il n’est pas trop tard pour Amnistie internationale. Une organisation vouée à la défense des droits de la personne doit fonder sa vision sur le monde auquel nous aspirons, et non se contenter d’aménager les souffrances innommables d’êtres humains. Tant qu’Amnistie n’aura pas corrigé cette erreur, sa légitimité en restera ternie, son âme, perdue, sa bougie, éteinte.

* Article original : The Framing of Gender Apartheid : Amnesty International and Prostitution.

* Traduction : Marie Savoie

Notes
1. Pourtant je m’élève, Traduction française de Still, I rise.
2. L’afrikaans est originellement dérivée de la langue néerlandaise parlée par les colons néerlandais débarqués en Afrique du Sud.
3.Global Declaration Calling on Amnesty International to uphold Human Rights.
4. Arrêt de la Cour suprême des États-Unis (1857) qui statuait que les Afro-Américains, esclaves ou affranchis, n’étaient pas des citoyens américains et ne pouvaient donc ester en justice. Cette décision a contribué au déclenchement de la Guerre civile américaine en 1861.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 décembre 2015


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Tania Bien-Aimé, directrice générale, Coalition Against Trafficking in Women (CATW)


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2016
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin