| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 24 août 2016

Éternelles burqas du silence

par Sabine Aussenac, écrivaine, poète et journaliste






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Briser le silence
Autoportrait d’automne
Entre deux eaux
L’éphémère
Un été dans les arbres II
Un été dans les arbres I
Le dit de l’oiseau
Mille et une nuits pour te dire
L’échappée libre
Le printemps debout
Nos pas
Le tournant des solitudes
Souviens-toi et deviens
L’état des lieux
Entre le silence et les mots
La haine n’aura qu’un temps
Ma paillasse comme notre âme
De l’île et du désert
Oui, cette question se pose...
Autoportrait par ricochet
Port d’envol
Mouvement du rêve
Viol
Crépuscule d’été
Syrie : "Elle va nue, la liberté" de Maram Al Masri
Sur le tranchant de la lumière
Les Îles
L’épreuve du coeur
Printemps premier
Une mémoire à ta mesure et à ta démesure
Sablier
Prends soin mon amour de la beauté du monde
Aller-retour
Passage
Haïti au cœur
La peau profonde de l’amour
Un premier recueil de haïkus par des femmes francophones
Des ailes et du soleil
Éclats
La poésie en français dans le monde et son rapport au monde
Rebelles
Place du marché
Le fil de l’eau
France Bonneau : un souffle puissant
Funambules
La plénitude et la limite, poèmes d’Élaine Audet
Incandescence
La poète québécoise Hélène Dorion reçoit le prix Mallarmé
L’essence des jours
Dworkin - L’envers de la nuit
Mots d’urgence
Marcheuse de l’impossible !
La complainte de Salomon
Un nom d’amazone
Le cycle de l’éclair
La saison de l’appartenance
Pour Nadine Trintignant
Variations sur un Andantino de Franz Schubert
L’Embellie
À nul autre pareil
Nicole Brossard et Lisette Girouard : nouvelle anthologie de la poésie des femmes au Québec
Fossiles
Poème pour la paix
Madeleine Gagnon, poète engagée
Une poésie ouverte au monde
Point de rupture
La poésie prend le métro







Éternelles burqas du silence :
capes d’invisibilité…
Ignorées transparentes surtout
ne pas exister.
Corps de verre
brisés par cette armure telle
ceinture de chasteté
sociale,
la femme est vierge éternelle
ou putain, terra incognita
des désirs,
vouée aux Gémonies du
nomandsland sous cette chape de
plomb,
disparue sous les drapures
imposées par la main des violences masculines.

Éternelles burqas du silence,
du voile au burkini en
passant par niqab
ou hidjab,
cachez ce corps que
je ne saurais voir.
Mutilations ancestrales sous
couvert du Livre :
excision des beautés,
infibulation des chairs,
castration inversée
par peur de ce corps féminin,
de ses courbes, de
ses pleins et de ses déliés
qui engendrent
qui caressent
qui jouissent
même sans le glaive du Seigneur
mais n’ont pas ce droit primitif
à la liberté :
Jamais.

Éternelles burqas du silence,
jusqu’à n’être plus que
fente d’un
regard,
dernier bastion du droit à
la survie
dans un monde
où tout est tabou,
dans un monde sans
allégresse, désert de pierres,
ces pierres qui nous lapident,
nous, les femmes
toujours adultères,
un monde où la danse, la musique,
la vie même
sont voués à la charia.

Éternelles burqas du silence,
et vous Messieurs les Jurés
du Conseil d’État,
vous les hommes
censés représenter
la liberté l’égalité la sororité
vous avez osé
confirmer
le droit des Hommes à
mutiler les Femmes !
Je vous conspue, Messieurs les Jurés,
je vous bannis,
je vous déclare indignes
de nos Libertés Fondamentales,
vous qui venez d’interdire
aux corps d’exulter,
de se livrer à la vie,
au sable, aux vents, au soleil, à la mer, aux quatre éléments
qui nous constituent liberté,
vous qui venez d’interdire
le feu sacré
l’eau lustrale,
le pneuma vivifiant
et la terre nourricière
à celles qui pourtant
donnent la vie,
à vos
mères,
vos soeurs,
vos femmes,
vos filles,
à toutes les Françaises
qui pourtant sont Marianne.

Sabine Aussenac, "Éternelles burqas du silence", Le Monde, 26 août, 2016.

Merci à l’auteure de nous avoir fait parvenir ce poème.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 22 août 2016


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Sabine Aussenac, écrivaine, poète et journaliste


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2016
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin