| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 3 juillet 2003

Le Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ), véhicule du discours masculiniste

par Yannick Demers






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Facebook s’engage à prendre des mesures pour contrer la haine sexiste dans ses pages
Facebook considère-t-il la violence faite aux femmes comme une plaisanterie ?
Hélène Pedneault, une battante devant l’imperfection du monde
Entrevue de Julie Bindel au COUAC : "Les pro-prostitution ne se soucient pas des femmes."
Publicité et contenu éditorial dans la presse féminine
Les voix féministes : une nouvelle vague sur les ondes radiophoniques ?
L’antiféminisme dans les médias - Atteinte aux valeurs d’égalité
Le "cracheux de spitoune" de Québécor !
Campagne de dénigrement contre Françoise David - Des groupes de femmes du Québec réclament une rétractation en ondes et le retrait immédiat du concours odieux lancé auprès des jeunes
L’antiféminisme extrême de Richard Martineau
Il va y avoir du sport, du charriage, de la désinformation et un dialogue de sourds
Andy Srougi de Fathers4Justice poursuit Barbara Legault et la revue À bâbord !
Correspondant à l’étranger : une chasse gardée masculine à Radio-Canada ?
Quand Mafalda démasque les « supers héros » !
Humour, sexisme et partisanerie
Sophie Chiasson gagne sa cause : « Le tort causé est très grave, presque irréparable », dit le juge
Les revendications des femmes feraient de l’ombre aux problèmes des hommes
Dossier "La Gryffe" : de l’antiféminisme en milieu libertaire...
Le sexisme très ordinaire de la gauche médiatique
" La planète des hommes " : du journalisme bien paresseux !
Le Centre des médias alternatifs du Québec et l’antiféminisme
Le prétendu "Vol du féminisme" - un pamphlet antiféministe fondé sur des anecdotes truffées d’erreurs
Le féminisme dans la mire des médias
Élisabeth Badinter dénature le féminisme pour mieux le combattre
Élisabeth Badinter : caricatures et approximations
« L’Express » fait fausse route
Plus que sexisme ordinaire, provocation et " festival d’insultes "
Le CMAQ se donne les moyens de contrer les abus sur son site
Pourquoi le Centre des médias alternatifs du Québec publie-t-il de la propagande haineuse et antiféministe ?
What is there to debate ?
Gros débat en cours sur le cmaq.net : le CMAQ fait ses devoirs







Dans un article publié le 22 juin 2002 sur le site du Centre des médias alternatifs du Québec, Yannick Demers, du groupe Hommes contre le patriarcat, s’est dissocié de la propagande antiféministe et haineuse qui y est publiée par des hommes depuis deux mois. Il a avisé qu’il lancerait un appel au boycott si le CMAQ ne prenait pas les mesures pour stopper rapidement cette propagande haineuse et diffamatoire. Puis, dans une lettre datée du 29 juin, Yannick Demers a prévenu le CMAQ qu’en l’absence de mesures appropriées prises par ce site, il était sur le point de passer à l’action. Nous publions, avec l’autorisation de l’auteur, le texte de cet appel, la lettre qu’il a adressée au CMAQ ainsi que l’article qu’il a publié sur le site du CMAQ.

UN APPEL AU BOYCOTT

Depuis maintenant plus de deux mois, le site web du CMAQ est le
lieu d’attaques massives et répétées de la part d’individus que nous
avons pris l’habitude de nommer "masculinistes" : des messages anti-féministes ayant comme point commun de renverser le rapport
d’oppression hommes-femmes, faisant des hommes les victimes et les
femmes - mais surtout les féministes - les bourreaux.

Un des lieux de diffusion par excellence des nouvelles et communiqués
issus du milieu progressiste québécois, le CMAQ, créé dans la foulée de
la contestation du Sommet des Amériques à Québec en avril 2001, était
jusqu’à présent un lieu d’information dynamique et de discussion
constructive autour de thèmes variés chers à la gauche : lutte
altermondialiste, résistance aux politiques guerrières, féminisme...

Or, il est devenu impossible de nier la présence de ce discours
réactionnaire anti-féministe qui est de plus en plus toléré - plutôt
que réprimé comme tout discours haineux - par les gestionnaires du
site : plusieurs femmes ont cessé d’utiliser le CMAQ, agressées jusque
dans les lieux autrefois les plus supportant de la cause féministe ;
plusieurs individus, femmes et hommes, mobilisent toutes leurs énergies
à tenter, sans grand succès, de stopper la haine et de convaincre les
organisateurs-trices du site d’enfin contrôler les messages en question.

La situation est donc la suivante : le "donjon" du CMAQ, page à accès
public où se retrouvent les textes "rejetés", est rempli de propagande
masculiniste, très facilement accessible ; plusieurs articles plus soft
sont quant à eux affichés dans la section analyse ; et tous messages
touchant de près ou de loin aux rapports de genre sont assaillis de
dizaines de commentaires négationnistes et haineux. Il est devenu
impossible de tenir un discours féministe sans être la cible
d’intimidation et d’insultes.

Les responsables du CMAQ, bien qu’ils et elles ne soient à ce jour pas
restéEs totalement froidEs face à la question, en contrôlant entre
autre la publication dans les sections les plus fréquentées du site et
en réprimandant à l’occasion les interventions les plus misogynes,
semblent incapables de remédier à la situation. Face aux pressions
répétées de plusieurs individuEs, et malgré les ultimatums, la réponse
demeure la même : le CMAQ ne peut censurer le contenu de son site - n’a
en fait plus le contrôle - et se dit dans l’impossibilité de porter
quelque action significative dans un délais acceptable. Nous avons été
suffisamment patientEs, la situation a assez duré. Les attaques
masculinistes continueront tant et aussi longtemps que des mesures
drastiques ne seront pas prises.

C’est pourquoi il est exigé que le CMAQ remédie à la situation :

1- en reconnaissant la dérive lamentablement anti-féministe qu’a pris
son contenu
2- en affichant clairement sa vocation proféministe
3- en s’excusant, particulièrement auprès des femmes, pour le support
accordé au lobby anti-féministe
4- en prenant les moyens nécessaires pour qu’une telle situation ne se
reproduise plus
5- en rendant non-publics les textes rejetés dans le donjon

Nous appelons donc au boycott complet du CMAQ jusqu’à ce que des actions significatives soient prises.

Nous vous invitons, si le coeur vous en dit, à signaler aux responsables du CMAQ votre intention de boycotter le site à l’adresse suivante : info@cmaq.net

Le mépris a assez duré, il est temps d’agir !

Yannick Demers
militant du groupe Hommes contre la Patriarcat

Voici quelques liens où on pourra se faire une opinion sur le discours mensonger, diffamatoire et haineux que le CMAQ diffuse en connaissance de cause depuis deux mois :

http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=11963
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12468
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12472
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12500
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12498
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12459
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12458
http://www.cmaq.net/fr/node.php?id=11809
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12339
http://www.cmaq.net/fr/node.php?id=11842
http://www.cmaq.net/fr/node.php?id=11823
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12435
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=11784
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12081
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12071
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=11789
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12183
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12220
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12262
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12275
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12302
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12313
http://www.cmaq.net/fr/node.php?id=11815
http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=12018
http://www.cmaq.net/fr/node.php?id=12339
http://www.cmaq.net/fr/node.php?id=12393
http://www.cmaq.net/fr/node.php?id=12374

Pour tout le contenu : http://www.cmaq.net

***

- LETTRE ADRESSÉE LE 29 JUIN AU CENTRE DES MÉDIAS ALTERNATIFS DU QUÉBEC (CMAQ)

À l’équipe du CMAQ,

Voici maintenant quelques semaines que dure l’affichage massif de
messages anti-féministes sur le CMAQ qui, bien que relégués dans la
section donjon, suite à l’effort de dénonciation de collaborateur-
trices du CMAQ et à la bonne volonté de certainEs administrateur-
trices, bénéficient d’un espace de diffusion privilégié dans nos
tribunes alternatives. Tel que mentionné dans mon article affiché
dimanche dernier dans la section analyse, je crois que l’effort que je
peux faire pour effacer la propagande masculiniste du CMAQ est devenu
vain, qu’il est maintenant plus que jamais entre vos mains d’agir et vite.

J’ai été patient. J’ai dénoncé les envois anti-féministes et haineux
tel que des membres comme Pat souhaitaient que nous le fassions,
encaissant en échange de mes analyses politiques des nuées d’insultes
personnelles intimidantes et humiliantes, toutes choses que je ne
m’attends pas à voir et avoir à subir sur un site comme le CMAQ. La
situation a assez duré : je ne peux supporter un instant de plus cette
polution idéologique sur une tribune de la gauche. Vous n’êtes d’ailleurs pas sans savoir que l’anti-féminisme n’est pas du tout inconnu au milieu de la gauche, qui sait en faire preuve de façon admirable : la présence non-censurée d’un discours semblable encourage les hommes de gauche à maintenir leurs attitudes dominantes et à exprimer ouvertement leur discours de dominant. Ce qui n’aura comme résultat que de donner plus d’ouvrage aux féministes et proféministes qui devront assumer les ressacs annoncés. Nous ne pouvons rester silencieux-ses face à ce constat. Le CMAQ doit prendre conscience du rôle qu’il aura joué dans la multiplication de ces conflits et de son pouvoir d’action face à tout ceci : il n’est tout simplement plus possible d’attendre, en évoquant la liberté d’expression comme un alibi d’occasion ou la démocratie trop longue comme indice modérateur. Chaque jour qui passe est un coup de plus porté aux acquis des femmes et à leurs luttes, une insulte digne des médias traditionnels lancée au féminisme.

C’est pourquoi, malgré que je ne doute toujours pas, jusqu’à preuve du
contraire, de vos bonne intentions, j’ai l’intention de boycotter le
site du CMAQ jusqu’à élimination du caractère public des publications
anti-féministes, diffamatoires et haineuses, et je vous fais part de
mon intention de diffuser aussi largement que possible un appel général
au boycott dans le milieu traditionnellement sympathique au Centre,
jusqu’à ce que la situation se rétablisse et que le CMAQ affiche
ouvertement sont caractère proféministe.

En espérant que vous comprenez mes motifs, et interpréterez mon action
pour ce qu’elle est vraiment : non pas un geste visant à détruire le
CMAQ, mais un geste de pression et d’incitation à l’action pour que sa
véritable vocation soit respectée et qu’il ne se sclérose pas dans sa
non-réponse au vent de droite.

Respectueusement,

yannick demers
utilisateur en auto-suspension

***

- ARTICLE PUBLIÉ SUR LE CMAQ LE 22 JUIN 2003

« Attaque masculiniste au CMAQ : proposition »

Yannick Demers, dimanche, 06/22/2003 - 03:26

Plus les heures filent et plus ça dégénère. Le donjon du CMAQ est devenu un lieu de rendez-vous - et non un lieu de rejet - où touTEs et chacunEs, utilisatrices et utilisateurs du CMAQ font leur possible pour tenter d’endiguer et/ou de mettre fin au matraquage d’analyses masculinistes, au pire misogynes, au mieux mensongères, mais toujours en opposition complète avec les principes du Centre (leur expulsion aux oubliettes en étant la preuve). Force nous est de constater que plusieurs, y comprit l’auteur de ces lignes, gaspillons notre temps à tenter de contredire, raisonner, expulser les tenants de ce discours : vraisemblablement, à mon grand regret, sans résultat. Les actions circonscrites à ce site semblant vouées à l’échec, et les administrateurs-trices du CMAQ tardant toujours à prendre quelque initiative que ce soit, serait-il venu le temps de tout simplement ignorer les futures attaques masculinistes, les spectatrices-teurs et actrices-teurs du débat ayant vraisemblablement eu tout le loisir de se positionner face à la question.

Je suggère de laisser une dernière chance aux gens du CMAQ de nous prouver qu’ils-elles sont de bonne foi, et pendant ce temps laisser pourrir les résidus au donjon. Plus de réponse, plus de commentaire : ces messieurs disent que leur parole, LA parole masculine, est brimée, et bien laissons leur l’exprimer en toute quiétude et mettons les admnistrateurs-trices devant un constat clair : leurs égoûts sont envahis par les ordures, il est temps de faire le ménage du printemps. Pour ma part, si rien n’a été fait d’ici une semaine, je boycotterai le CMAQ jusqu’à ce que changement se fasse, et encouragerai tout mon réseau à faire de même.

À bas le révisionnisme, à bas le mysticisme, à bas le masculinisme.
Pour un mouvement révolutionnaire qui a le courage de se prendre en main.

No Pasaran.

Yannick Demers
Hommes contre le Patriarcat
utilisateur d’un CMAQ pro-féministe ou ancien utilisateur, c’est selon...

Mis en ligne sur Sisyphe le 1 juillet 2003

Lire aussi :

Gros débat sur le cmaq.net, par Le collectif du CMAQ


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Yannick Demers

L’auteur est candidat au Baccalauréat en Travail social, à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et membre du groupe Hommes contre le patriarcat, dont le site est antipatriarcat.org

Voici comment il décrit ce collectif : "Le collectif Hommes contre le patriarcat est un groupe affinitaire pro-féministe radical, contre le patriarcat et la différenciation sexuelle/genrée, dans une perspective anti-capitaliste, anti-État, anti-racisme ; bref contre tous les systèmes d’oppression."

Yannick Demers se définit depuis plusieurs années comme un chansonnier anarchiste.



Plan-Liens Forum

  • > Le Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ), véhicule du discours masculiniste
    (1/1) 3 juillet 2003 , par





  • > Le Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ), véhicule du discours masculiniste
    3 juillet 2003 , par   [retour au début des forums]

    SVP, notez que le CMAQ ne diffuse pas mais au contraire refuse le plus souvent la validation des textes "masculinistes" qui se retrouvent non pas sur la page d’accueil, ni même dans les archives classées du site mais dans la rubrique "Donjon"...
    Le principe de publication ouverte du site (et de l’ensemble du réseau Indymédia) est ainsi respecté...
    Aucune contribution n’est détruite, mais masquée, accompagnée de l’explication du double refus (deux votes négatifs sont nécessaires ppour un refus de validation)...
    Chacun peut ainsi savoir ce qui a été refusé et les raisons qui ont motivé le refus. Cela s’appelle de la transparence et se veut un outil de démocratisation de l’information, un moyen aussi de lutter contre le recours trop facile et si souvent tentant à la censure.
    Mesurez vos propos et pondérez votre analyse.
    Il n’est pas à douter que l’ensemble du collectif qui oeuvre derriere le CMAQ n’appuie en rien les propos des masculinistes et cherche seulement et de façon tout a fait courageuse a faire valoir la necessité d’un autre mode de discours.

    • > Le Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ), véhicule du discours masculiniste
      4 juillet 2003 , par
        [retour au début des forums]

      Les mots ne veulent plus rien dire, semble-t-il. Du moment que le texte est accessible à tout le monde sur un site PUBLIC, il est forcément diffusé. Et refuser de publier un texte, cela signifie...refuser, c’est-à-dire ne pas le placer sur un site public à la disposition de tout le monde.

      La transparence dont vous vous réclamez autorise tous les abus dont nous sommes témoins depuis quelques semaines. Et la liberté d’expression a le dos large.

      Les déclarations de bonnes intentions ne suffisent pas. On juge un arbre à ses fruits. Et il est vrai que le CMAQ sert de tribune aux masculinistes depuis deux mois. Malgré lui peut-être, car il semble être captif d’une politique éditoriale questionnable.

      Pourriez-vous m’expliquer le sens de cette phrase ? "et cherche seulement et de façon tout à fait courageuse à faire valoir la nécessité d’un autre mode de discours." Quel est ce mode de discours ?

      Micheline Carrier

      Éditrice de Sisyphe

      [Répondre à ce message]

    • > Le Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ), véhicule du discours masculiniste
      4 juillet 2003 , par
        [retour au début des forums]

      Eh bien ! Si ce message vient du CMAQ, je trouve qu’il a un sacré culot de demander à d’autres de modérer leurs propos et de pondérer leurs analyses. Les propos qui se trouvent sur le CMAQ depuis quelque temps ne sont pas nécessairement modérés et pondérés.

      [Répondre à ce message]

      • > Le Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ), véhicule du discours masculiniste
        7 juillet 2003 , par
          [retour au début des forums]
        Centre des médias alternatifs du Québec

        D’accord, mais il ne s’agit pas de NOS propos !!

        Saisissez-vous la nuance ?

        Nous fonctionnons précisément sur les bases d’une tolérance maximale et d’une opposition franche à la censure systématique.

        Ce sont nos principes fondateurs.
        Pouvez-vous comprendre ceci ? Notre mode de fonctionnement est en bris de continuité avec l’exercice médiatique traditionnel, qui impose un contrôle au discours et détermine les balises de la pensée.

        La publication ouverte prête définitivement le flanc à une panoplie d’abus, et la présente attaque des "garscontents" en est l’exemple le plus éloquent qu’on puisse imaginer.

        Nous estimons pourtant que, bien que nous devions envisager des modifications importantes à notre processus éditorial, il est tout à fait hors de questions pour nous de se mettre du jour au lendemain à éliminer des participants au mépris de nos valeurs les plus essentielles.

        Soyez assuréEs que nous exercerons dorénavant un contôle plus strict sur la teneur diffamante des commentaires et sur les procédés méprisants et mensongers, mais il n’est pas question, pour des raisons à la fois pratiques (il est impossible d’empêcher l’accès des utilisateurs anonymes au formulaire de publication, à moins de renoncer au pricipe de publication ouverte) et philosophiques, que le CMAQ se mette à censurer systématiquement les articles qui ne correspondent pas aux opinions et aux valeurs des individus qui forment son collectif.

        En espérant que vous soyez disposéEs à tenir compte des implications inhérentes à l’exercice de publication ouverte, à admettre que nous faisons de notre mieux pour endiguer les dégâts dans des conditions qui échappent en grande partie à notre contrôle et, surtout, à comprendre que les propos qui sont publiés par les masculinistes sur le CMAQ ne reflètent absolument pas les valeurs et opinions des membres du CMAQ, je vous invite à porter attention aux nouvelles mesures éditoriales qui seront adoptées d’ici une ou deux semaines.

        Solidairement votre,
        PatCAd
        CMAQ

        [Répondre à ce message]

        • > Le Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ), véhicule du discours masculiniste
          9 juillet 2003 , par
            [retour au début des forums]

          Est-il nécessaire de rappeler que ce n’est pas d’un appui actif au masculinisme que le CMAQ est blâmé, mais justement d’une tolérance qui permet la diffusion du discours et son acceptation par le fait même. Vous savez : lorsque se taire, c’est collaborer...

          J’ai beaucoup de misère avec le principe de tolérance maximale et unilatérale. Marcuse soulignait cette tendance que les gens censuréEs par le système ont d’être extrêmement tolérantEs envers le système, alors que le système fait preuve d’intolérance à leur égard, tout en implorant que l’on tolère sa propre incompétence. Avec comme résultat que la tolérance, qui devrait servir au débat public, en remettant en question la pensée dominante (et là n’aller pas me dire que le féminisme est justement la pensée dominante !!!), sert en fait à abriter la pensée des dominants sous un voile de tolérance absolue.

          Or, je crois que la tolérance pure ne peut s’exercer envers la pensée dominante, puisqu’elle dirige le discours de masse et exerce la balance du pouvoir : dans ce contexte de contrôle social, on ne tolère pas le faux pas qui a vite fait de tuer des milliers de gens (à qui viendrait l’idée de tolérer les "écarts de conduite" de Bush en Iraq) qui a un impact majeur sur la vie d’une population entière.

          Le discours masculiniste, ça a déjà été dit, a été dans l’histoire source de gynécides, comme le discours anti-sémite a été la source d’un des pires génocide. Il n’y a pas de place pour la tolérance pure face à ces plaies.

          Yannick Demers
          qui attend les nouvelles politiques éditoriales avec impatience

          [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2003
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin