| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 15 décembre 2017

Transgenre et FFQ - Une posture victimaire qui fragmente le mouvement des femmes

par Annie-Ève Collin, philosophe, et Michèle Sirois, anthropologue, membres de Pour les droits des femmes du Québec (PDF Québec)






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Les droits des femmes sous le joug de l’identité de genre
Tout le monde devrait s’inquiéter de la censure du reportage "Les enfants transgenres" par le réseau CBC
Le réseau CBC annule sous les pressions un documentaire sur les enfants présentés comme transgenres
Un homme devient-il une femme dès lors qu’il dit en être une ?
Remettre en question la notion d’identité de genre et le silence imposé à l’analyse féministe
La quasi-absence d’un débat public sur ce qui fait un "vrai homme" est révélatrice
La violence masculine est le problème et les “transfemmes” s’y livrent aussi
Transgenres - Repenser le projet de loi C-16 : parce que le sexe, ça compte !
Identité de genre autodéclarée, droits et sécurité des femmes
La Bibliothèque des femmes de Vancouver ouvre ses portes dans un contexte de réaction antiféministe
Qu’est-ce qu’une femme ?
On a tort de préconiser la transition de genre chez des enfants, des adolescent-e-s et des jeunes adultes
Le projet de loi C-16 - Le débat sur l’identité de genre ignore la perspective féministe
Toronto - Un éminent chercheur congédié pour son approche prudente face à la dysphorie du genre chez les enfants
Règlement pour les transgenres au Québec - Être femme est-il un privilège ?
Mention du sexe pour les personnes transgenres - Un vrai problème, mais une mauvaise solution
La pièce "Les monologues du vagin" annulée parce que jugée non inclusive pour les transgenres
Transgenres - Le point de vue des femmes complètement occulté
Transgenres et « black faces », même combat ?
Mon genre, ton genre, mais quel genre ?
II. Genre et sexualité : convergences et divergences du féminisme radical et de la théorie queer
I. Qu’est-ce que le genre ? D’où vient la confusion qui l’entoure ?
À qui appartient le genre ? Rapports entre féminisme radical et idéologie transgenre







Le 8 décembre, Le Devoir publiait un texte de Marlihan Lopez pour défendre la légitimité de Gabrielle Bouchard, qui se dit « femme transgenre », à diriger la Fédération des femmes du Québec (FFQ). Ce texte, signé par une des vice-présidentes de la FFQ, Marlihan Lopez, répondait à un récent article de Denise Bombardier, qui questionnait non seulement la capacité de Gabrielle Bouchard à représenter l’ensemble des femmes, mais aussi ses propos tenus en 2015, lors d’une commission parlementaire, pour demander d’enlever les mots maternité et mère.

Avec l’idéologie de l’intersectionnalité qui est prônée par la FFQ, par Marlihan Lopez et qu’on retrouve fréquemment dans les propos de Gabrielle Bouchard, on oppose deux groupes de femmes : d’un côté, les femmes qui cumulent un ensemble de privilèges, et de l’autre côté, les femmes qui vivent à l’intersection de nombreuses oppressions et qui seraient victimes de marginalisation. Et du même coup, on accuse le féminisme pratiqué depuis des décennies par les Québécoises d’avoir centré ses actions uniquement sur les premières, à savoir les femmes « blanches », hétérosexuelles, de classe moyenne ou aisée, et qui ne souffrent pas de handicap, et d’avoir délaissé les autres.

Au lieu de favoriser la solidarité autour des droits des femmes, ce langage victimaire fragmente le mouvement féministe. Or, l’histoire du mouvement des femmes est là pour témoigner qu’il s’est porté à la défense des femmes dans leur ensemble et non pas seulement des intérêts d’une petite minorité accusée d’être constituée de privilégiées. La littérature pour le prouver ne manque pas, particulièrement celle produite par le Conseil du statut de la femme (CSF) depuis plusieurs décennies.

Sortir de la confusion

Pour sortir de la confusion associée à l’expression « femme transgenre », précisons que Gabrielle Bouchard est biologiquement un homme et que cela ne peut changer, même après l’obtention de nouveaux papiers d’identité mentionnant qu’il s’agit d’une femme. De même, on ne peut changer l’ADN d’une personne. Même après de nombreuses interventions, chirurgicales ou esthétiques, visant à transformer des caractéristiques extérieures liées à un sexe, comme par exemple la pilosité ou la pomme d’Adam, les organes internes ne sont pas changés. De plus, le raccourci « trans » ne fait qu’embrouiller davantage les choses puisqu’il s’applique à la fois aux personnes « transsexuelles », à savoir celles qui ont été opérées, et aux personnes « transgenres » qui ont gardé leurs attributs sexuels de naissance.

Les femmes se sont battues pendant des siècles pour se libérer de stéréotypes sociaux qu’on associait à leur sexe, et qu’on justifiait par de nombreux préjugés. On pensait qu’un cerveau de femme, ça ne pouvait pas penser comme un cerveau d’homme. Après que le mouvement féministe ait longtemps lutté contre les préjugés associant les femmes à leur corps, voilà que certaines féministes affirment qu’une personne peut naître dans le mauvais corps puisqu’elle aurait l’esprit (et un cerveau ?) de l’autre sexe. Le vocabulaire à la mode et répété sans aucune réflexion, c’est qu’à la naissance, on aurait « assigné » un sexe à l’enfant. En réalité, sauf dans des cas exceptionnels, le personnel médical et les parents « constatent » le sexe à la naissance, souvent même avant la naissance.

Des reculs pour les femmes

Ramener les femmes à leurs caractéristiques physiques ou à des modes vestimentaires socialement attribuées aux femmes, tout cela constitue un énorme recul. C’est pourtant l’implication logique de la prétention qu’une femme trans est une femme : si l’on admet qu’un mâle humain est une femme dans la mesure où il a l’apparence extérieure et adopte l’habillement des femmes, alors on est en train de dire qu’être une femme est une question d’apparence.

Dans le mouvement féministe universaliste, il y a de la place pour toutes les femmes, et surtout, il y a place pour la solidarité entre les femmes quels que soient leur statut social, leur richesse, leur orientation sexuelle, leur âge, leur ethnie, leur santé physique ou psychologique, etc. Revendiquer pour les femmes des droits égaux à ceux des hommes, ce n’est pas exclure les femmes moins favorisées. Il s’agit plutôt de faire avancer l’égalité de fait entre les hommes et les femmes.

Le texte de Marlihan Lopez laisse entendre que c’est parce que Gabrielle Bouchard est une « femme aux marges » que Denise Bombardier et d’autres mettent en doute sa légitimité d’être à la tête de la FFQ. Tel n’aurait pas été le cas si la nouvelle présidente avait été une femme noire, autochtone, lesbienne, immigrante, handicapée ou autre. Le problème avec Gabrielle Bouchard, c’est de s’être approprié un poste pensé et réservé aux personnes ayant un vécu de femmes, ce qui n’est pas son cas.

Article publié aussi dans Le Devoir, le 12 décembre 2017.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 décembre 2017


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Annie-Ève Collin, philosophe, et Michèle Sirois, anthropologue, membres de Pour les droits des femmes du Québec (PDF Québec)


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2017
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin