| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 9 septembre 2018

Pourquoi la dysphorie sexuelle augmente-t-elle tout d’un coup chez les adolescentes ?

par Margaret Wente, "The Globe & Mail"






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour une conversation honnête au sujet du transgenrisme
Les droits des femmes sous le joug de l’identité de genre
Tout le monde devrait s’inquiéter de la censure du reportage "Les enfants transgenres" par le réseau CBC
Le réseau CBC annule sous les pressions un documentaire sur les enfants présentés comme transgenres
Transgenre et FFQ - Une posture victimaire qui fragmente le mouvement des femmes
Un homme devient-il une femme dès lors qu’il dit en être une ?
Remettre en question la notion d’identité de genre et le silence imposé à l’analyse féministe
La quasi-absence d’un débat public sur ce qui fait un "vrai homme" est révélatrice
La violence masculine est le problème et les “transfemmes” s’y livrent aussi
Transgenres - Repenser le projet de loi C-16 : parce que le sexe, ça compte !
Identité de genre autodéclarée, droits et sécurité des femmes
La Bibliothèque des femmes de Vancouver ouvre ses portes dans un contexte de réaction antiféministe
Qu’est-ce qu’une femme ?
On a tort de préconiser la transition de genre chez des enfants, des adolescent-e-s et des jeunes adultes
Le projet de loi C-16 - Le débat sur l’identité de genre ignore la perspective féministe
Toronto - Un éminent chercheur congédié pour son approche prudente face à la dysphorie du genre chez les enfants
Règlement pour les transgenres au Québec - Être femme est-il un privilège ?
Mention du sexe pour les personnes transgenres - Un vrai problème, mais une mauvaise solution
La pièce "Les monologues du vagin" annulée parce que jugée non inclusive pour les transgenres
Transgenres - Le point de vue des femmes complètement occulté
Transgenres et « black faces », même combat ?
Mon genre, ton genre, mais quel genre ?
II. Genre et sexualité : convergences et divergences du féminisme radical et de la théorie queer
I. Qu’est-ce que le genre ? D’où vient la confusion qui l’entoure ?
À qui appartient le genre ? Rapports entre féminisme radical et idéologie transgenre







J’ai récemment entendu parler d’une tendance déroutante. Apparemment, les cliniques travaillant auprès d’enfants qui présentent des problèmes de dysphorie sexuelle (gender dysphoria) ont constaté une augmentation soudaine du nombre d’adolescentes qui s’identifiaient comme garçons.

En Angleterre, une clinique du genre bien connue signale que la majorité de sa clientèle adolescente, autrefois composée à 50-50 des deux sexes, compte désormais une forte majorité de transhommes (passant du féminin au masculin). Que se passe-t-il ? Lisa Littman, médecin et chercheuse au département de Santé publique de l’Université Brown, a décidé de se renseigner. Mais les eaux de ce domaine sont infestées de requins, comme elle vient de l’apprendre à ses dépens. Dès la publication de ses résultats, des activistes ont déclenché dans les médias sociaux un tir de barrage de protestations, et l’Université s’est empressée de prendre ses distances des conclusions de l’autrice.

La Dre Littman décrit la condition que ces filles ressentent comme une "dysphorie sexuelle soudaine" (Rapid-Onset Gender Dysphoria). Cette DSS se développe pendant la puberté ou peu après et touche principalement des jeunes filles qui n’avaient présenté dans l’enfance aucun signe de malaise face à leur identité sexuelle. L’élément le plus discuté de la recherche de Littman est son indication selon laquelle la DSS se propage par contagion sociale et influence des pairs.

Alors que l’incidence de la dysphorie sexuelle est très faible dans la population générale – moins de 1% – il n’est pas rare que deux filles du même groupe d’amies – ou même la moitié d’entre elles – commencent simultanément à s’identifier comme transgenres. Selon la Dre Littman, la DSS se propage également par le biais des médias sociaux : des parents témoignent d’une consommation frénétique de vidéos de "changement de sexe" sur YouTube. "Il est plausible", écrit Littman dans son étude, "que du contenu mis en ligne puisse inciter les personnes vulnérables à croire que des symptômes non spécifiques et des sentiments vagues doivent être interprétés comme une dysphorie sexuelle résultant d’une condition transgenre."

La transition du statut féminin au statut masculin est une affaire sérieuse. Les filles décident de porter des vêtements d’homme, de se couper les cheveux, de changer de nom, de se bander les seins, d’envisager une mastectomie, de chercher un traitement à la testostérone et d’altérer leur fertilité. Pourtant, la Dre Littman a constaté que la plupart des cliniciens consultés par ces jeunes "n’avaient pas exploré d’enjeux de santé mentale, de traumatismes antérieurs ou d’autres causes possibles de dysphorie sexuelle avant de procéder". Littman signale aussi que beaucoup de ces jeunes se sont vu-e-s offrir des prescriptions d’agents bloqueurs de puberté ou d’hormones de l’autre sexe, et ce dès leur première visite.

Comme le souligne la Dre Littman, le parallèle évident de la DSS est l’anorexie – un désordre alimentaire qui affecte souvent les adolescentes très performantes venant de la classe moyenne supérieure –, qui se propage par le biais d’Internet, déforme leur image de soi et les amène à se faire du mal. Il n’est donc pas étonnant que les transactivistes se montrent furieux de la comparaison. Pour eux, la transition n’est pas le problème, mais la réponse. Ils affirment que la DSS n’existe pas et que l’étude en question présente de sérieux problèmes de méthodologie. (L’article, qui ne prétend pas être définitif, se présente comme une enquête préliminaire.)

Soumises à des pressions intenses, l’Université Brown et la revue scientifique ont rapidement réagi en poignardant dans le dos la Dre Littman. PLOS One, la revue scientifique à comité de lecture qui a publié cette étude, affirme maintenant qu’elle va la relire – une intervention sans précédent dans son domaine. L’Université Brown a retiré de son site Web le communiqué de presse faisant la promotion de ce travail. La doyenne de son École de santé publique a publié une déclaration ouverte dans laquelle elle déclarait craindre que les conclusions de l’étude "puissent être utilisées pour discréditer les efforts visant à soutenir les jeunes transgenres et pour invalider les points de vue de membres de la communauté transgenre". En clair, si cette recherche s’avère politiquement gênante, nous nous abstiendrons de l’appuyer.

Ray Blanchard croit que la DSS est une réalité. Le Dr Blanchard est un professeur de psychiatrie à l’Université de Toronto qui a œuvré durant de nombreuses années dans une clinique du genre. Pour lui, le problème que vit la Dre Littman est d’avoir contesté certains tabous sacrés. "L’idée que des influences sociales peuvent être impliquées heurte le discours ’je suis né comme cela’ ou ’vous êtes qui vous dites être’, qui appelle peut-être une approche différente de la meilleure pratique clinique à adopter", m’a-t-il écrit par courriel.

En d’autres termes : le fait qu’une adolescente de 14 ans se dise de sexe masculin ne signifie pas toujours qu’elle va se sentir comme ça l’an prochain. Et en fait, la Dre Littman témoigne qu’un grand nombre de ces cas se résolvent en quelques années.

Jeffrey Flier, ancien doyen de la Faculté de médecine de Harvard, pense que cette histoire soulève un problème important en matière de liberté intellectuelle. Les universitaires doivent être en mesure de mener des recherches sur des enjeux prêtant à controverse avec la certitude que leur établissement ne les laissera pas tomber. "De nombreux articles suscitent certaines questions après leur publication, ce qui est une excellente chose, écrit-il. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé pour la Dre Littman, dont les critiques n’ont effectué aucune analyse systématique de ses résultats, mais semblent principalement motivés par une opposition idéologique à ses conclusions."

Il me semble évident que ce qui compte vraiment ici, ce ne sont pas les idéologies mais les enfants. Nous devons déterminer ce qui est bon pour elles et pour eux – même si certaines personnes ne vont pas aimer ça.

Version originale publiée dans The Globe & Mail, le 7 septembre 2018 - https://www.theglobeandmail.com/opinion/article-why-the-surge-in-gender-dysphoria-among-teenage-girls/

Plusieurs autres articles sur le même sujet dans TRADFEM

Traduit par Martin Dufresne

Mis en ligne sur Sisyphe, le 9 septembre 2018



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Margaret Wente, "The Globe & Mail"



Plan-Liens Forum

  • Pourquoi la dysphorie sexuelle augmente-t-elle tout d’un coup chez les adolescentes ?
    (1/2) 14 septembre 2018 , par

  • Pourquoi la dysphorie sexuelle augmente-t-elle tout d’un coup chez les adolescentes ?
    (2/2) 10 septembre 2018 , par





  • Pourquoi la dysphorie sexuelle augmente-t-elle tout d’un coup chez les adolescentes ?
    14 septembre 2018 , par   [retour au début des forums]

    Article intéressant et pertinent. Mais pourquoi adopter l’écriture "inclusive", nouveauté idéologique de gauche qui torture la langue ? En français, on dit doctoresse, sinon on laisse Dr.

    Pourquoi la dysphorie sexuelle augmente-t-elle tout d’un coup chez les adolescentes ?
    10 septembre 2018 , par   [retour au début des forums]

    Cet article de Mme Wente n’est qu’un de ceux actuellement publiés dans les médias nord-américains et britanniques, qui "découvrent" les dégâts croissants auxquels tentent de les alerter des mères, des féministes et des professionnel-le-s depuis plusieurs années.
    Citons notamment les textes d’opinion suivants :
    Jillian Kay Melchior, dans le Wall Street Journal : "Peer Pressure and Transgender Teens" - https://www.wsj.com/articles/peer-pressure-and-transgender-teens-1536524718
    Cathy Young, dans Newsday : "Misguided uproar over trans study"- https://www.newsday.com/opinion/columnists/cathy-young/misguided-uproar-over-trans-study-1.20865722

    À quand un véritable reportage d’envergure, comme le film malheureusement censuré par la CBC sous pression de quelques transactivistes ? http://sisyphe.org/spip.php?article5431
    (Ce film est maintenant disponible en ligne en version sous-titrée : "Les enfants transgenres" http://partage-le.com/2017/12/8516/)


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2018
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin