| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 5 septembre 2019

Ma rentrée féministe 2019

par Johanne St-Amour, féministe radicale et collaboratrice de Sisyphe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Défendre les droits des femmes était son souffle de vie
Mettre fin immédiatement à la discrimination fondée sur le sexe dans la Loi sur les Indiens
Canada - Un statut égal pour les femmes dans la loi sur les Indiens : demande d’appui
La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







Juin a été pour moi incroyablement triste. Coup sur coup, j’y apprenais le départ de mon amie Djemila Benhabib pour Bruxelles et celui de mon amie Micheline Carrier, éditrice de ce site depuis 17 ans, vers des horizons où, j’espère, l’égalité est souveraine !

Je me sens moins triste en constatant que Djemila va rejoindre le Centre d’Action laïque (CAL) à Bruxelles, un organisme qui bénéficie d’un budget mille fois plus grand que celui accordé au Conseil du statut de la femme m’a-t-elle confié, enthousiaste.

Hum ! Pas difficile ai-je pensé, puisque sous l’austérité Couillard le budget du CSF a eu son lot de coupes à blanc. Mais le CAL c’est encore plus que le CSF des débuts quand il rayonnait dans toutes les régions.

En Belgique la laïcité est inhérente à la Constitution et bénéficie de subventions notoires, tout comme les différents organismes religieux. Pour vous donner une petite idée, le CAL coordonne les activités de 33 maisons de la laïcité uniquement du côté wallon ! Et ce, depuis maintenant 50 ans !

Notre loi 21 semble tellement modeste face à cette organisation qui promeut la séparation des pouvoirs de l’État et des religions et la liberté de conscience.

J’avoue, très humblement, que lorsque j’ai pris connaissance des mandats du CAL, je suis devenue verte de jalousie. Je le suis toujours !

"Liberté, égalité, solidarité" et "Libres ensemble"

Sur son site, le CAL déclare qu’il :

s’implique dans la vie de la cité. Il réfléchit, débat et agit sur tous les aspects de notre vie en société : enseignement, égalité et particulièrement celle entre les hommes et les femmes, début et fin de vie, culture, interculturalité, émancipation, autonomie, information… Il milite activement en faveur d’une justice équitable, du droit à profiter de la vie ici et maintenant, mais aussi contre l’intolérance, le racisme, le sexisme et tout ce qui asservit l’homme et la femme. De quoi justifier sa devise "Liberté, égalité, solidarité" et matérialiser son slogan "Libres, ensemble". (1)

L’offre de services est aussi variée que surprenante pour nous, Québécois.e.s : aide aux jeunes et aux enfants en difficulté, aide sociale aux justiciables et aux victimes, assistance morale, drogues et assuétudes, aide à la réussite scolaire, insertion sociale, interculturalité, lutte contre la précarité et même aide à la recherche d’emploi. (2)

Ma stupéfaction (et ma jalousie) a monté d’un cran lorsque j’ai remarqué qu’il y avait des cérémonies pour les mariages et les funérailles laïques, le parrainage et des fêtes laïques pour la jeunesse. Des solutions aux rituels que la religion catholique (ou protestante) avait accaparés dans notre société avant le processus de sécularisation !

Le CAL étincelant en Europe et à l’international, Djemila y a trouvé un univers propice à l’expression de ses engagements, de ses convictions et l’aboutissement de son imposant bagage d’expériences.

Toutefois, je soupçonne le CAL d’avoir trouvé en Djemila la médiatrice idéale à ses conventions. Québécoises et Québécois, nous sommes véritablement conscient.e.s de la valeur de celle que nous considérions comme NOTRE défenseuse de la laïcité, "NOTRE Djemila" !

Et je suis rassurée, son départ n’est qu’un aurevoir, car déjà elle désire proposer un projet au gouvernement de M. Legault. Je vous en fait part très prochainement.

Débordement et faussetés de Gabrielle Bouchard

On est en juin, la saison des vacances s’amorce et Gabrielle Bouchard, présidente de la Fédération des Femmes du Québec, s’active frénétiquement sur Twitter.

Sans explication, sans contexte, elle lance dans la mare son pavé sur la vasectomie obligatoire à 18 ans. Ce qui lui vaudra un tollé, mais également une entrevue avec Isabelle Hachey de La Presse "La femme qui dérange". (3)

À la suite de cet article, la présidente de Pour les Droits des Femmes Québec, Diane Guilbault, demandera un droit de réplique tout à fait justifié. D’autant plus que la journaliste accuse le groupe féministe de "terf", soit trans exclusionary radical feminist. Rien de moins ! (4)

Gabrielle Bouchard relaiera la réplique de Diane Guilbault en accusant PDF Q de "prôner la stérilisation des trans".

Abasourdie par ces débordements et ces faussetés, j’ai transmis un texte à Micheline Carrier pour énoncer ma consternation. Je n’ai reçu aucune réponse, réaction inhabituelle de la part de Micheline. Élaine Audet, co-éditrice de Sisyphe, sa complice depuis 2002, m’a annonçé l’affligeante réalité : Micheline était dans le coma.

Un coma duquel elle n’est jamais sortie.

L’héritage de Micheline

Ma tristesse n’avait d’égale que l’accroissement de la responsabilité dont je me sentais tributaire. D’autant plus qu’en plein tri de déménagement, je trouvai, quelques jours plus tard, des notes de Micheline sur le travail créatif de l’écriture.

Outre les suggestions face à l’inévitable page blanche, sur la structure, sur l’objectif, et ainsi de suite, elle me proposait de suivre mes obsessions, de me rendre au bout de ma démarche, car on ne sait jamais ce qui émergera, ce qu’on découvrira. Elle disait aussi que la création est thérapeutique ; on en retire tellement de gratification, de satisfaction. Mais qu’elle ne doit jamais être contraignante. Avant tout, l’envie et le plaisir devaient être au rendez-vous.

Elle relevait l’importance d’être indulgente envers soi, de développer de la souplesse, d’écrire au moment de la journée le plus propice pour soi à la création.

Les mots, les phrases pouvaient ressembler à du bafouillage, disait-elle, mais l’exercice d’écriture déconstruisait bien des blocages. Ne jamais se censurer et, après relecture, choisir. La création c’est ça aussi : choisir. Quelle liberté !

Elle disait que, plus jeune, elle se précipitait souvent impulsivement sur un sujet, ce qui ne m’a aucunement surprise connaissant son caractère fougueux, enflammé. Elle rajoutait : "Il peut être plus payant de contourner, d’encercler le sujet, de l’approcher avec vigilance, l’apprivoiser afin de trouver les propos les plus adaptés pour exprimer nos colères et nos indignations". Mais en fait, ce commentaire s’adressait peut-être particulièrement à moi, féministe engagée et passionnée. Ne suis-je pas l’une de ses héritières ?

"Le devoir d’acquisition de la justice parfaite"

Pour ma part, je lui offre pour la rentrée toute ma considération et ma gratitude, mais aussi mes obsessions de féministe radicale. Notamment à propos de l’activisme transgenre que je scruterai à la loupe, la majorité des médias ayant, selon moi, failli à la tâche jusqu’à maintenant.

Je reprendrai mon questionnement amorcé en juin suite aux déclarations étranges de Gabrielle Bouchard, dont celle-ci à Isabelle Hachey : "Le mouvement féministe a été bâti autour de l’utérus. Alors, arrêter de voir les femmes comme des objets reproducteurs et parler de la pluralité de leurs expériences, pour elles, c’est difficile" ?! (5)

Gabrielle Bouchard en a-t-elle fini avec ce qui semble être un acharnement à nier le corps des femmes ? Déjà qu’elle avait contesté les mots maternité et paternité lors d’une commission parlementaire en 2016 !

Qu’a-t-elle à dire aux femmes qui scandent "GET OUT OF MY UTERUS !" pour contester les nouvelles lois contre l’avortement en Alabama ? Les traite-t-elle de "terfs", elle aussi, et de transphobes comme elle le fait régulièrement sur Facebook ?

Jusqu’où réfutera-t-elle le sexe biologique des femmes ? Les évidences anatomiques, physiologiques, pathologiques, scientifiques du corps humain ?

L’abolition de la prostitution sera aussi, comme toujours, un de mes sujets de prédilection. Pour la journée internationale de non-prostitution, le 5 octobre, je brosserai un portrait de ceux sans qui la prostitution n’existerait pas : les acheteurs.

Je questionnerai les " assises ", les justifications et les prétextes qui dédouanent les acheteurs.

L’enfantement pour autrui sera aussi au cœur de mes préoccupations puisque la Consultation sur la réforme du droit de la famille pourrait changer les conditions des mères porteuses.

J’observerai les travaux de la sénatrice indépendante Julie Miville-Dechêne à ce sujet. Elle reconduit le travail amorcé alors qu’elle était présidente du Conseil du statut de la femme, où elle valorise l’altruisme des mères porteuses. Altruisme ou esclavage moderne, comme plusieurs organismes le dénoncent ?

En septembre, je vous entretiendrai du nouvel essai de Genevyève Delorme "Le Témoin Immodeste – Pour une épistémologie féministe des sciences", publié aux éditions Jet bleu éditrice/Les immodestes.

Avec cet essai, Genevyève Delorme désire apporter un éclairage féministe sur la méthodologie scientifique : une lumière au bout d’un tunnel sans fin où, encore une fois, les femmes n’ont pas eu tellement droit de cité. Et ce, dans un secteur rarement remis en question par les féministes. (6)

Cet automne, je vous parlerai aussi de ma lecture du livre de Fatiha Agag-Boudjahlat, féministe française laïque, universaliste et très engagée, "Combattre le voilement". Une femme qui n’a surtout pas peur des coups de gueule pour défendre ses positions, ni des analyses réfléchies.

Sisyphe.org est plus que jamais actif et militant.

Plusieurs se sont penchés sur le mythe de Sisyphe, condamné à recommencer sans fin à pousser son fameux rocher au sommet de la montagne. Personnellement, je fais mienne l’interprétation de Jean d’Ormesson : "C’est une métaphore du devoir de l’acquisition de la justice parfaite." (7)

Notes
1. Centre d’Action laïque
2. Idem.
3. Hachey, Isabelle, "La Femme qui dérange", La Presse, 12 juin 2019.
4. Guilbault, Diane, présidente de Pour les droits des femmes du Québec, " "Quelles femmes dérangent vraiment ?", La Presse+, 13 juin 2019.
5. Idem.
6. À noter que le 21 septembre, j’animerai une causerie avec l’autrice à la Librairie-Café Le Mot de Tasse à Québec.
7. Wikipedia, Sisyphe, 26 août 2016.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 août 2019



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Johanne St-Amour, féministe radicale et collaboratrice de Sisyphe


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2019
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin