| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 11 octobre 2019


Récital du 6 septembre 2019
Hommage à Micheline Carrier, mots, musique, images






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Une perte incommensurable
Micheline Carrier (1944-2019) : une voix courageuse et engagée nous a quittés
Mon hommage à Micheline Carrier
Défendre les droits des femmes était son souffle de vie
Micheline Carrier : une grande féministe québécoise
Récital en hommage à Micheline Carrier
Pour Micheline, pour Sisyphe
Florilège pour Micheline Carrier







Chères amies-is de Micheline Carrier,
Distinguées invitées,

Je suis Julie Latour et c’est avec beaucoup d’émotion que je vous accueille à ce récital et soirée commémorative de la vie et de l’œuvre de Micheline Carrier.

Je tiens à remercier M. Étienne Lalonde, directeur général de la fondation du Conservatoire de musique et d’art dramatique, de nous accueillir en ces lieux qui étaient si chers à Micheline, ainsi que pour le cocktail qui a précédé le récital. J’exprime également gratitude à mon amie Danielle Boucher, Responsable des concerts et des communications et conseillère pédagogique du Conservatoire, qui s’est d’emblée montrée réceptive à notre projet cet été. (1)

Je remercie aussi très chaleureusement PDF-Qc, et sa présidente Diane Guilbault et son Conseil, d’avoir spontanément accepté de prendre charge de l’organisation de cette belle soirée.

Je cède maintenant la parole à M. Lalonde qui viendra nous entretenir des Bourses créées à la Mémoire de Micheline Carrier au Conservatoires de musique de Rimouski, dont elle était native, et aux Conservatoires de musique de Montréal, qu’elle fréquentait assidûment.

Hommage de Julie Latour

Aux premières lueurs de l’été, le 22 juin dernier, une infatigable fer de lance de la cause des femmes s’en est allée, à la suite d’une rupture d’anévrisme massive. Comme plusieurs d’entre vous, j’ai eu le privilège de pouvoir me rendre à son chevet au CHUM, de la réconforter de lui tenir la main, et de lui témoigner mon affection et ma gratitude, le 19 juin, la veille de mon anniversaire. Nicole Archambault, proche amie de Micheline de longue date, nous tenait quotidiennement au courant de son état, qui s’est malheureusement avéré sans espoir.

Pendant plus de 50 ans, Micheline Carrier a porté, diffusé et défendu la parole des femmes et leur quête d’égalité, ici comme à l’étranger, contre vents et marées.
Tour à tour journaliste, écrivaine et éditrice, elle fut la porte-étendard du féminisme universaliste, le seul féminisme digne de ce nom. Par son action, elle a fait avancer la condition et les droits humains des femmes avec une persévérance et une détermination dans l’adversité qui forcent l’admiration.

Avec des moyens financiers modestes mais une ambition intellectuelle à la hauteur de la noblesse du combat, elle a fait de sisyphe.org, qu’elle a créé en juin 2002, un lieu de diffusion reconnu, au Québec tout autant qu’au plan international, rejoignant par sa pertinence et sa qualité à la fois le grand public et le milieu académique. Ce site encyclopédique, où plus de 5 500 articles sont publiés, est l’œuvre de sa vie comme l’écrit Élaine Audet, écrivaine et poète de renom, sa coéditrice du site Sisyphe depuis les tout débuts.

Précurseure dans l’âme, Micheline s’est intéressée à des sujets, comme la laïcité, bien avant qu’ils ne soient à la mode. Je lui dois en grande partie mon engagement pour la laïcité, en raison de ma participation à une conférence très courue organisée en septembre 2009 par les éditrices de Sisyphe, où j’ai pris la parole en compagnie de Christiane Pelchat, qui débutait son mandat à titre de présidente du Conseil du statut de la femme, de Djemila Benhabib, alors jeune essayiste qui venait de publier son premier livre, et de Diane Guilbault, ici présente.

Micheline était de tous les combats pour la cause des femmes, et cela avec énergie et passion, sans jamais déroger, malgré le fait qu’elle souffrait depuis 1997 d’une forme d’arthrite rhumatoïde sévère, diagnostiquée au retour d’un long séjour au Népal. Le courage dont elle a fait preuve dans sa maladie est remarquable.

Il va de soi que cet été fut assombri, pour moi et pour plusieurs d’entre nous, par cette perte immense et soudaine. C’est Élaine Audet qui m’a délicatement prévenue de l’incident vasculaire de Micheline.

Et puis, nous avons parlé de créer cette cérémonie, et il m’est apparu qu’elle devrait être à l’enseigne, de la Lumière, des Commencements et du pouvoir féminin de création. Voici pourquoi.

Parler de Micheline, c’est aussi parler d’Élaine Audet, de leur collaboration professionnelle de haut niveau, de leur amitié si riche et féconde, de leur complémentarité, de leur duo de choc en quelque sorte. Que de beaux moments partagés avec elles deux. Des femmes fortes et déterminées, possédant un charisme et une autorité naturelle, et cela sans jamais élever la voix, rigoureuses et dotées d’une rare indépendance d’esprit.

Dès le décès de Micheline, Élaine a rassemblé sur sisyphe.org un florilège d’hommages, comme un linceul d’affection et de reconnaissance, tissé par des mains aimantes, une épitaphe vivante et chaleureuse pour notre Micheline.

Dans un article magnifique et lumineux d’Élaine Audet paru en 2013 sur sisyphe.org intitulé Hannah Arendt : Une paria dans un monde d’hommes, que je cite souvent dans mes conférences, Élaine fait état du fait que, bien que Hannah Arendt ait gardé le silence sur le système patriarcal dans ses écrits, elle a néanmoins révolutionné la philosophie en érigeant une philosophie de femme.

En effet, alors que la majorité des philosophes masculins, de Platon à Heidegger, ont mis l’accent sur la mort, terme infranchissable de la vie, on ne peut certes oublier que Arendt, cette femme sans enfant, édifia sa philosophie sur le concept de natalité.

Et je cite Élaine Audet :

Pour Arendt, chaque enfant, conçu par une femme et un homme, porte en soi cette pluralité humaine, et le don unique du "commencement", concept fondateur chez elle. Chaque enfant naît, entre le passé et le futur infinis, libre de changer la vie. Donc, rien n’est donné une fois pour toutes et chaque nouvel être possède la liberté et la responsabilité de rendre le monde meilleur et plus juste.

On voit à quel point cela reflète l’œuvre et l’engagement de Micheline, qu’il nous appartient de garder vivants.

Cela rejoint les propos lumineux de Jacques Derrida, dans un entretien, "Apprendre à vivre enfin", qu’il accordait en 2004, peu avant sa mort à Jean Birnbaum, où parlant du deuil et de la tâche du survivant, il écrit que celui-ci "s’apprête à porter l’absence et le deuil comme on porte un enfant". Pour moi cette image d’enfantement permet de faire une place créatrice à la disparue, plutôt que de générer un deuil destructeur.

Et la musique, qu’elle chérissait tant, nous permettra de rejoindre l’indicible.

Je vous remercie

***

Le récital sera entrecoupé d’hommages – au début et avant la seconde partie. Les musiciennes vont interpréter des pièces de compositeurs et compositrices que Micheline affectionnait tout particulièrement.

J’ai maintenant le plaisir de vous présenter, Diane Guilbault, que je remercie pour sa générosité et sa noblesse de cœur.

Hommage de Diane Guilbault

Chères amies,
C’est avec beaucoup d’émotion que je suis ici ce soir, pour honorer la mémoire de Micheline, notre amie, notre alliée, notre référence, notre modèle.

Quand nous avons fondé PDF Québec en novembre 2013, Micheline a été une ambassadrice extraordinaire. En diffusant nos textes, nos communiqués, elle a contribué à faire connaître PDF Québec et nos positions sur les dossiers. Maintes fois, nous lui avons demandé conseil pour savoir comment mieux fignoler un discours sur un sujet, un communiqué sur un événement, et même certains mémoires. Chaque fois, elle me faisait des suggestions judicieuses, des commentaires éclairants.

Ce n’est pas sans raison que PDF Québec avait décerné son prix annuel 2016 à Micheline Carrier et Élaine Audet, les complices derrière le site Sisyphe. Leur travail inestimable avec le site Sisyphe devait être souligné et récompensé. Nous sommes très nombreuses chez PDF Québec à être des visiteuses régulières du site pour nous documenter sur ce qui se passe dans la francophonie féministe.

J’ai aussi une dette personnelle à l’égard de Micheline. J’ai fait sa connaissance grâce au site Sisyphe. Je suis tombée dedans comme dans une fontaine de savoir. Et puis, très vite il m’a démangé de participer à la réflexion féministe que Micheline encourageait voire dynamisait grâce au site.

J’ai donc envoyé un premier texte et peu à peu, encouragée par Micheline, j’en ai écrit plusieurs qui touchaient notamment la question de la laïcité et de son importance pour les droits des femmes. Puis Micheline et Élaine m’ont fait un cadeau : elles m’ont offert de publier un livre sur ce sujet, un essai intitulé Démocratie et égalité des sexes. Le livre a paru en 2008, un titre parmi des dizaines que les éditions Sisyphe ont publiés pour défendre les droits des femmes.

L’annonce de l’hospitalisation de Micheline puis de son décès m’a profondément secouée. Elle était tellement essentielle qu’on la croyait immortelle.

Le récital que nous vous offrons ce soir est un bien humble remerciement en regard de tout ce qu’on lui doit. Au nom de PDF Québec, je veux lui dire merci du fond du cœur pour tout ce qu’elle nous a apporté, à nous les femmes, à nous les féministes, à nous les citoyens du Québec. Nous pensons que la musique que nous entendrons ce soir est une manière de manifester notre reconnaissance qui rejoint son goût pour la belle musique. Je pense aussi qu’elle aurait aimé que les musiciennes de ce soir aient inclus des pièces de deux compositrices pour lui rendre hommage.

Et autre bonne nouvelle, nous avons ce soir le plaisir d’entendre pour une première fois, le violon féministe.

Oppression n°1 est un violon créé par Sandrine Lhermenier pour dénoncer les violences contre les femmes.

Inspirée de la forme du corset, elle représente le profil stéréotypé d’un tronc de femme. Le corps est étranglé et déformé. Son vernis rouge sang reflète l’extrême violence de la société patriarcale mais aussi l’urgence de s’occuper du problème. La déformation de l’instrument évoque la déformation du corps des femmes. Le son, quant à lui, est une plainte, un cri de détresse.

L’absence de tête représente la décapitation des femmes exercée par les hommes tant physiquement qu’intellectuellement.

Cet instrument est pour moi le moyen de dénoncer les féminicides.

Merci à toutes et à tous d’être venus partager ce moment avec nous.

Laurence Gaudreau, violoncelle, Lynette Israilian, violon et Chloe Dumoulin, piano

Clara Schumann - Trio pour piano, violon et violoncelle op. 17 en Sol mineur, III : Andante

Anton Arensky - Trio pour piano, violon et violoncelle no 1, op. 32 en Ré mineur, III. Eegiaà

J. S. Bach - Adagio de la Toccate en Do majeur, BWV 564 (violoncelle et piano)

Wolfgang Amadeus Mozart - Concerto pour piano no 23 en La majeur, K488, II : Adagio (transcription pour piano, violon et violoncelle)

Ludwig van Beethoven - Variations sur le thème de " Bei Männern, welche Liebe fülhen " en Mi bémol majeur (violoncelle et piano)

Johannes Brahms - Sonate pour violon et piano no 1 en Sol majeur, op. 78, I : Vivace ma non troppo

Deuxième partie

J’ai maintenant le grand plaisir de vous présenter Liliane Blanc, historienne et écrivaine, spécialiste des créatrices dans les arts. Elle est l’auteure d’un livre percutant, Une Histoire des créatrices- L’Antiquité, le Moyen âge, la Renaissance , publié en 2008, dans la maison d’édition Sisyphe, que j’ai offert à nombre de mes amies.

Une recension de cet ouvrage par Christine Eddie souligne que, depuis plus de 25 ans, Liliane Blanc " lutte contre l’oubli et l’occultation des créatrices et surtout, contre l’idée préétablie qui veut que seuls les hommes aient créé de vrais chefs-d’œuvre ". On voit que cela était susceptible de plaire à Micheline et Élaine !

Elle a aussi été une collaboratrice sur le blogue de sisyphe. org

Bien que vivant depuis plusieurs années en Estrie, elle tenait à être présente pour cet hommage rendu à cette amie exceptionnelle.

Hommage de Liliane Blanc

Bonsoir. Permettez-moi, tout d’abord, de citer Micheline. En 2001, dans les Cahiers de Sisyphe, qui précédèrent ce qu’allait devenir son site Sisyphe, elle écrivait parmi ses réflexions sur Les petits bonheurs du jour :

Détachement. Lâcher prise. Tous les lâcher prise de l’existence ne sont-ils pas une répétition incessante du lâcher prise ultime ? Euh... j’entends des gens se dire trop occupés à vivre pour perdre du temps avec la mort. Pourtant... La vie, lieu et espace qui nous préparent à la mort. Est-ce que cela a du sens que le but de la vie soit la mort ? Des années de réflexion et un livre sur le sujet ne m’ont pas permis de résoudre ce paradoxe. C’est peut-être une question sans réponse.

La nouvelle du décès si soudain de Micheline m’a, tout comme vous, totalement abasourdie, et énormément peinée. Micheline, c’est ma génération, nous avions seulement deux mois de différence. Je l’ai connue bien avant qu’elle ne m’ouvre les pages ddu site Sisyphe, bien avant qu’elle – et Élaine – ne m’invitent à publier dans leur maison d’édition.

Dans les années 80, nous militions au sein de la FFQ, alors très dynamique dans toute la Province. Nous étions entourées de pionnières remarquables du mouvement féministe : Claire Bonenfant, Simone Monet-Chartrand, et d’autres femmes, futures politiciennes importantes tant au niveau provincial que fédéral. Micheline participait déjà à tout ce bouillonnement d’idées et d’actions revendicatrices. Elle était alors journaliste et essayiste, parfaitement informée sur tous les dossiers que nous travaillions.

Micheline n’a cessé, sa vie durant, de s’indigner, de s’offusquer et de dénoncer les injustices, et de réclamer la reconnaissance égalitaire pour chacune et chacun d’entre nous. Elle était franche, droite, sans peur. Elle allait toujours droit au but, en prenant la plume ou la parole, même à contre-courant de consensus, encore trop mous pour elle. Les femmes avaient encore trop à revendiquer pour que Micheline accepte les approximations.

J’ai beaucoup aimé travailler avec elle : elle était amicale, toujours bienveillante, bonne conseillère, rigoureuse. C’était une excellente éditrice. Nous partagions aussi deux passions : l’amour de la musique classique, et celui des chats. C’est d’ailleurs l’amour des chats qui m’avait valu une première collaboration dans son blogue, à la suite de son joli texte sur Les chats de ma vie.

Le choix de deux compositrices au concert de ce soir, Fanny Mendelssohn et Clara Schumann, au-delà de leur talent, a une portée très symbolique. Micheline était parfaitement consciente des difficultés qu’avaient eues ces deux musiciennes à s’affirmer. J’y ai moi-même fait allusion dans mes écrits et cité leurs propres mots.

Clara Schumann, dans le Journal intime qu’elle partageait en alternance avec son mari Robert, écrivait un an après son mariage, en juin 1841 :

Mon piano est encore relégué au second plan, comme il arrive chaque fois que Robert compose. De toute la journée, il ne se présente pas la plus petite heure pour moi. Pourvu que je ne sois pas trop en régression !... La composition va tout aussi mal : par moments, je cognerais volontiers contre les murs ma tête stupide.

Peu après, Robert, nullement préoccupé, inscrivait à son tour : Mais Clara, elle-même, sait bien qu’être mère c’est là sa principale mission, et je la crois heureuse dans un état auquel personne ne peut rien changer.

Fanny Mendelssohn, vingt ans avant Clara, avait reçu un avertissement éloquent de la part de son père. Elle avait quinze ans lorsqu’il lui écrivit, en 1820, ceci :

La musique deviendra pour lui (Félix) son métier, alors que pour toi elle doit seulement rester un agrément, mais jamais la base de ton existence et de tes actes… Demeure fidèle à ces sentiments et à cette ligne de conduite, ils sont féminins et seulement ce qui est féminin est un ornement pour ton sexe.

Peu de temps après, Abraham Mendelssohn concédait, malgré tout : Si elle avait été un homme, elle aurait pu avoir une belle carrière.

Notre amie Micheline est une grande perte pour toutes celles et tous ceux qui luttent pour un monde meilleur. Mais sa mémoire et sa pensée lui survivront. Il faut y veiller, car dans ce monde aux gazouillis et autres bavardages cacophoniques, la voix des femmes, plus que jamais, doit porter haut pour être entendue.

Où que tu sois, chère Micheline, tu as toute mon affection, et mon respect.

***

J’ai maintenant le plaisir de vous présenter Marie Savoie, collaboratrice du site Sisyphe et amie depuis plus de 40 ans de Micheline Carrier. Elles se sont connues via le mouvement des femmes. Elle est l’auteure de contributions étoffées et intéressantes sur le site Sisyphe. Elle est interprète professionnelle.

Hommage de Marie Savoie

Permettez-moi tout d’abord de remercier du fond du cœur Diane Guilbault et l’organisme Pour les droits des femmes d’avoir organisé cette soirée en l’honneur de Micheline et de me donner l’occasion de lui rendre hommage. Merci aussi au Conservatoire, que Micheline a tant fréquenté et qui lui a permis de vivre tant de bonheurs musicaux, d’avoir contribué à cette soirée.

J’ai eu du mal à composer cet hommage parce que je voulais qu’il soit à la hauteur de l’estime et de l’admiration que j’avais pour Micheline. Je me sens privilégiée qu’elle m’ait honorée de son amitié.

J’ai fait la connaissance de Micheline il y a près de 40 ans. Je militais dans un groupe féministe très actif à Québec. Elle était journaliste et avait voulu nous rencontrer en vue de faire un reportage sur nous dans Châtelaine, qui était féministe à l’époque.

L’engagement féministe est souvent un combat solitaire. Mais il arrive que l’on rencontre des alliées dans ce combat, des femmes d’exception qui se donnent entièrement à cette cause, portées par un ardent désir de justice.

Micheline Carrier était une de ces femmes.

Elle a été pour moi une compagne de lutte et une interlocutrice brillante avec qui j’ai eu des discussions qui ont marqué ma pensée sur divers sujets. C’était une femme passionnée, mais c’était aussi une amie pleine de délicatesse qui savait écouter et réconforter.

J’ai connu Micheline à la fin des années 70, puis nous nous sommes perdues de vue pendant une vingtaine d’années au gré des déménagements et des aléas de la vie.

Un jour, j’ai vu son nom en bas d’une lettre d’opinion dans un quotidien. Je me suis empressée de lui écrire et nous avons repris le contact.

Elle avait déjà fondé le site Sisyphe. " C’est ma contribution au mouvement des femmes " m’avait-elle dit. J’étais un peu déconcertée par le nom qu’elle avait choisi pour son site d’information féministe. Sisyphe n’avait-il pas été condamné à rouler un rocher en haut d’une montagne pour ensuite le voir redescendre chaque fois ? N’était-ce pas démoralisant ?

" Non, m’avait-elle répondu. Le combat féministe est toujours à recommencer. Pour les femmes, rien n’est jamais gagné pour de bon, mais il faut continuer à se battre, persévérer malgré les reculs."

Micheline avait une détermination à toute épreuve. Plus l’actualité apportait de nouvelles horribles ou décourageantes pour les femmes, plus elle devenait combative. Rien ne pouvait la faire taire.

Dans une entrevue récente, la poète France Théoret disait " Je suis une femme révoltée. J’ai une pensée révoltée". Je crois que c’était aussi le cas de Micheline. Il y avait en elle un feu qui brûlait, une colère que rien ne pouvait apaiser devant les violences et les indignités subies par des femmes.

Micheline argumentait avec force et elle ne mâchait pas ses mots, mais jamais elle n’a fait d’attaques personnelles. Sur sisyphe.org, elle invitait les internautes à exprimer leurs points de vue librement, mais de façon respectueuse. La tenue de son site était irréprochable et elle n’y a jamais toléré d’insultes ni de propos déplacés. Elle veillait toujours aussi à ce que les textes publiés sur le site Sisyphe soient écrits dans une langue soignée.

Micheline Carrier se réclamait du féminisme universaliste. Pour paraphraser la célèbre citation de Térence, Micheline aurait pu dire "Je suis femme et rien de ce que vivent les femmes ne m’est étranger". Aucun dictat religieux ou culturel ne pouvait justifier à ses yeux la réduction de la liberté des femmes.

Elle se décrivait comme une féministe radicale. Ce qui a toujours été au coeur de son engagement, c’est la lutte contre les violences faites aux femmes, aussi bien ici au Québec qu’à l’autre bout du monde. Dès les années 1980 elle publiait une série d’articles dont le titre annonçait déjà cette conviction profonde : La violence, riposte des pouvoirs menacés.

Pour Micheline, la violence des hommes contre les femmes, et la peur qu’elle engendre, était un moyen de contrôle. Plus les femmes s’émancipaient, plus la violence des hommes s’intensifiait. En 2016, elle écrivait ces mots : "On constate depuis longtemps que les actes de violence se diversifient et s’intensifient dans une proportion semblable aux efforts individuels et collectifs déployés par les femmes pour conquérir leur autonomie."

Ce n’est pas une coïncidence.

La violence physique, sexuelle ou psychologique constitue une riposte des dominants qui voient leurs lois remises en question et leurs privilèges menacés. "

Micheline avait vu juste et son analyse se confirme malheureusement tous les jours.
Devant le fléau de la violence masculine qui touche à présent une femme sur trois, il est essentiel de défendre nos droits.

En toute conscience, comment pourrions-nous baisser les bras –

Au moment où des Iraniennes sont condamnées à la prison et au fouet pour avoir défié le code vestimentaire qui leur est imposé ?

Au moment où une femme est brûlée vive à Québec par son ex conjoint, devant ses enfants ?

Au moment où une autre est poignardée par un voisin parce qu’elle refusait de coucher avec lui ?

Au moment où la France déplore un 100e féminicide depuis le début de l’année, le meurtre d’une femme de 21 ans battue à mort par son conjoint en pleine rue ?

Parce qu’il reste tant à faire pour que les femmes puissent vivre partout en êtres humains libres et respectés, et pour honorer la mémoire de la grande féministe québécoise qu’a été Micheline Carrier, je continuerai comme plusieurs autres à collaborer au site Sisyphe, ce site conçu pour offrir selon les paroles mêmes de sa fondatrice " Un regard féministe sur le monde ".

J’aimerais en terminant saluer l’engagement et la générosité d’Elaine Audet, une grande amie de Micheline et la coéditrice du site, qui a tout de suite repris le flambeau pour que le site Sisyphe survive.

Sisyphe ne cessera pas de pousser son rocher vers le sommet de la montagne.
Et l’œuvre de Micheline Carrier se poursuivra.

***

Le dernier hommage avant la reprise du concert sera celui de Suzan Vachon. Artiste interdisciplinaire et collaboratrice du site Sisyphe, elle enseigne depuis 1991 à l’Université du Québec à Montréal.

Depuis 1993, elle a une pratique soutenue d¹intégration d’œuvres permanentes ou temporaires à l’architecture. Ses œuvres picturales ou vidéographiques témoignent d’un intérêt manifeste pour la mise en scène de la lumière et élaborent diverses stratégies de spatialisation de l’image révélée sur des écrans de nature différenciée et intégrant divers corps lumineux. La lumière, le thème de notre soirée.

Ses réalisations ont été en lice pour divers prix.

Hommage de Suzan Vachon

Incipit

D’abord une petite lumière afin d’éclairer ce témoignage qui m’a été inspiré par la jeune héroïne du roman l’Amélanchier de Jacques Ferron.

Tinamer de Portanqueu parle aux arbres et aux animaux dans une nature où elle cultive un rapport au vivant empreint d’un réalisme magique.

C’est ainsi que j’aime imaginer l’amie et la jeune fille qu’a été Micheline Carrier, évoluant librement dans la nature et les champs du Bas-Saint-Laurent.

C’est pour cela que nous avons planté ( François, Jade et moi ) un amélanchier afin que Micheline habite désormais avec nous, chaque jour, j’oserais dire pour toujours.

Afin qu‘elle poursuive sa conversation lumineuse avec le merveilleux de la vie et s’en amuse.

Entendez-vous le rire de Micheline ?

Confidences ou Micheline au pays de l’Amélanchier

Chère Micheline
J’ai oublié de te dire
Tu as oublié de me dire
Tu sais, ce samedi, autour de la table
Quelques jours avant le mauvais tour

Puis …
Partie, partie au pays d’en haut
Partition impromptue
Fugue interrompue
Fugere
Fuir
Fuir malgré toi, d’une voix à l’autre

Mais, je n’ai pas dit mon dernier mot
Je frappe mon sabot
Pas question de te laisser partir

Toi avec moi, nous avec toi,
Nyctalopes
Avançons amoureusement dans le noir

Pas à pas, entrons dans la clairière enchantée
Main dans la main, rassurées
Marchons vers l’amélanchier

L’Amélanchier ce sera toi
Tinamer de Portanqueu c’est toi

Sur la plus basse branche de l’ arbre, le loriot se poserait, prêt à lancer son chant vers la voûte "alais de cristal, au moment précis où apparaîtrait la reine du "bon côté des choses, l’inoubliable et inoubliée, (2) Micheline Carrier de Portanqueu.

Chaque jour désormais
Confidences et secrets
Lieux de tous nos souhaits.

Notes

1. Pour faire don : remplir, imprimer, envoyer le formulaire par la poste
2. Préface de Gabrielle Poulin (édition de 1986) extrait in L’Amélanchier, Jacques Ferron, Bibliothèque Québécoise, 2018

***

Fanny Mendelssohn - Trio pour piano, violon et violoncelle op. 11 en Ré mineur, II : Andante espressivo

Wolfgang Amadeus Mozart - Trio pour piano, violon et violoncelle en Si bémol majeur, K. 502, II : Larghetto

Franz Schubert - Trio pour piano, violon et violoncelle no 2 en Mi bémol majeur, D. 929 op. 100, II : Andante con moto (10:00)

Merci à Sacha Ghadiri et à Johanne St-Amour pour les photos.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 16 septembre 2019



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2019
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin