| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 14 janvier 2020


Championne olympique iranienne de Taekwondo
Kimia Alizadeh choisit l’exil






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


"N’attendez pas que d’autres vous donnent des droits" : rencontre avec l’Iranienne qui a dit non au hijab obligatoire
8 mars 2018 - Solidarité avec les Iraniennes en lutte contre le voile !
Iran - Le dernier jour où les femmes ont pu se promener tête nue
Iran - L’enfer islamiste pour les femmes
Iran - Voile, mensonge et libertés furtives
La contestation populaire continue en Iran
Iran – Voile et viol, armes de guerre contre les femmes
Interpellation de l’ambassade d’Iran à Paris
Entretien avec Shirin Ebadi :"Seul Khamenei a le pouvoir de grâcier Sakineh Mohammadi-Ashtiani"
Contesté, le régime théocratique iranien se venge en persécutant les femmes
Une révolution féminine en Iran, un défi fondamental à l’islam
Appel pour la liberté et l’égalité des sexes en Iran
Manifeste de la libération des femmes en Iran
Campagne internationale pour la fermeture des ambassades iraniennes
La solitude du peuple iranien !
Le voile, honneur ou déshonneur ?
Achoura - Répression sanglante en Iran
En Iran, des hommes se voilent pour dévoiler le régime
Iran : Ahmadinejad usurpe le pouvoir par le viol, la torture et l’assassinat
Placer Téhéran face à sa cruelle misogynie
Iran – Toutes ces personnes dont la mémoire maintient en vie
Déclaration contre la répression généralisée en Iran
Iran - Mythes et réalités
Chronique sur l’Iran - La plus longue pétition du monde
Le peuple iranien a abattu le mur de la peur - Marjane Satrapi
L’Iran, la fin de l’idéologie du martyre
Les Iraniennes à l’avant-garde du combat pour la liberté
Dossier "Spécial Iran" du Nouvel Observateur- Mise à jour continue
Iran – Coup d’État du pouvoir islamique contre son propre peuple
L’Iranienne Shirin Ebadi réclame un nouveau scrutin
L’invitation manipulatrice de l’ambassade d’Iran aux féministes françaises
Iran - Que cessent les menaces à l’encontre des cyberféministes
La militante des droits des femmes Khadijeh Moghaddam arrêtée pour "propagande contre l’État et perturbation de l’opinion publique"
La lutte pacifique accroît notre résistance civile
Le gouvernement d’Iran emprisonne et maltraite des féministes qui dénoncent ses lois misogynes
Iran - Peine de prison et 10 coups de fouet pour une militante après une manifestation
Arrestation de plusieurs femmes en Iran et pétition UN MILLION DE SIGNATURES
Soutien International pour la Campagne en faveur des femmes d’Iran
Iran - Sauver Malak de la lapidation
La longue marche des femmes en Iran
Le parlement iranien donne aux femmes le même droit à l’héritage qu’aux hommes
En Iran, le fouet contre l’amour







La championne de Taekwondo Kimia Alizadeh, seule médaillée olympique iranienne, a annoncé le 11 janvier 2020 avoir quitté définitivement son pays, n’en pouvant plus de l"hypocrisie " d’un système qui, selon elle, utilise ses sportives à des fins politiques et ne fait que les humilier". Nous publions ici la traduction d’une de nos collaboratrices en Iran.

Dois-je commencer par dire bonjour, au revoir, mes condoléances ?

Bonjour peuple persécuté de l’Iran, adieu peuple opprimé, je t’offre mes condoléances à toi, peuple en deuil. À quel point me connais-tu ? Est-ce seulement ce que tu as aperçu au cours des compétitions, à la télé, ou en présence des autorités ?

Maintenant, permets-moi de te présenter, cette fois librement, mon identité censurée. Ils disent : "hors d’ici, Kimia ne sera rien." Moi-même, j’irai plus loin et je dis : même avant, je n’étais pas grand-chose. "Moi, Kimia Alizadeh, je ne suis pas un personnage historique, ni une héroïne, ni un porte-drapeau de la caravane d’Iran".

Je suis l’une des millions de femmes iraniennes étouffées avec qui ils jouent depuis des années. Ils m’ont amenée là où ils voulaient, je me suis habillée selon leur bon vouloir, j’ai répété les phrases qu’ils m’ont ordonné de dire. Ils ont mis mes médailles au crédit du voile islamique obligatoire, de leurs mérites, de leurs directives.

Pour eux, ni moi ni aucune d’entre nous n’est importante. Nous ne sommes que des instruments, seules comptent ces médailles métalliques, ils nous les rachètent au prix qu’ils veulent pour leurs fins politiques. En même temps, pleins de mépris, ils disent qu’étirer ainsi ses jambes contrevient à la dignité des femmes.

Le matin, quand je me lève, mes jambes tournent inconsciemment comme un ventilateur et se cognent au mur. Comment accepter de devenir leur pantin ? Au programme de la télé en direct, ils m’ont posé des questions, celles précisément pour lesquelles j’ai été invitée.

Maintenant que je ne suis pas là, ils disent que je me suis rabaissée.

Monsieur Saï, je suis partie parce que je ne voulais pas suivre le même chemin que vous. En adoptant votre démarche, j’aurais pu avoir plus de richesse et de pouvoir. J’ai tout refusé. Je suis un être humain et je veux garder mon humanité. Selon votre conception patriarcale et misogyne,, vous considérez que, comme toutes les femmes,, Kimiia est incapable de s’exprimer. Mon âme offensée ne peut se contraindre à vos étroits lobbys politiques et voies économiques. Je ne demande rien d’autre que le Taekwondo, la quiétude et une vie saine et radieuse.

Mon peuple chéri et affligé ! Je ne voulais pas gravir les marches d"un progrès fondé sur le mensonge et la corruption. Personne ne m’a invitée en Europe, avec des propositions fabuleuses. Mais, j’ai choisi volontairement le déchirement de l’exil, pour ne pas me soumettre à l’hypocrisie, à la courbette, au mensonge et à l’arbitraire. Cette décision est plus dure que l’obtention de la coupe olympique.

Mais, où que je sois, je resterai une enfant du peuple l’Iran, je m’appuierai sur ta solidarité et tes encouragements. Sur cette voie difficile, ta confiance est ma seule espérance.

Mis en ligne sur Sisyphe le 13 janvier, 2020



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.
Documents liés


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2020
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin