| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 1er février 2020

Quand les « besoins » sexuels des hommes, même très dangereux, sont plus importants que la dignité et la sécurité des femmes.

par Élaine Grisé, sexologue travaillant auprès de femmes victimes de violence






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


À propos de l’impunité des artistes criminels, réflexions autour du cas de Roman Polanski en France
La Coalition féministe contre la violence envers les femmes (CFVF) rencontre l’ONU
Des hommes appuient #Etmaintenant
"Vous venez d’insulter une femme, votre bite va se désintégrer dans les trois jours"
#EtMaintenant, un geste de solidarité avec toutes les femmes harcelées ou agressées
Violences contre les femmes - Refuser la connivence et la léthargie masculines
Une culture d’agression
#NOUSTOUTES - Fait-on confiance aux femmes ?
Colloque "Patriarcat : prostitution, pédocriminalité et intégrismes"
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
"Le sous-financement des maisons d’hébergement pour femmes : facteur aggravant de la marginalisation des femmes immigrantes au Québec", une étude de l’IRIS
La prostitution et la culture du viol sont indissociables
Le courage des femmes brisées
À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages








Je souhaite réagir à la situation dramatique survenue la semaine dernière suite à la remise en liberté d’un homme jugé très dangereux pour les femmes à qui il avait été permis d’entrer en contact avec certaines femmes afin d’assouvir ses « besoins » sexuels.

Monsieur Gallese a été emprisonné en 2004 après avoir tué sa conjointe de plusieurs coups de marteau. Il avait aussi une autre histoire de violence conjugale remontant à 1997. Il a été mis en semi-liberté en mars 2019. Parmi ses conditions de libération, il lui était interdit d’entretenir des relations avec des femmes, vu sa dangerosité élevée pour elles. Toutefois, son agente de libération conditionnelle lui aurait permis d’aller voir certaines femmes pour ses « besoins » sexuels. Des femmes pouvaient donc être mises en danger afin que monsieur ne soit pas brimé dans son « droit » à l’orgasme.

Sans le dire clairement – l’agente aurait été en porte à faux avec la loi canadienne interdisant l’achat de services sexuels – le sous-entendu était évident : pas de relations avec des femmes « normales », mais possibilité de brèves rencontres sexuelles. Monsieur est donc allé voir une femme dans la prostitution pour obtenir les actes auxquels les services correctionnels lui ont donné droit, malgré sa dangerosité. Dans le commerce du sexe où il était allé précédemment, il avait été « barré » à cause de son agressivité. La femme qui l’a rencontré l’avait aussi trouvé agressif avant la rencontre. L’échange de services sexuels – illégal – a eu lieu, et l’homme dangereux a tué Marylène Lévesque. L’avait-t-on informée de la « stratégie » pensée par la commission des libérations conditionnelles qui la mettait en danger ?

Cette situation outrageuse démontre que l’égalité entre les hommes et les femmes est loin d’être atteinte. Libérer un homme dangereux pour 50 % de la population n’était pas un critère d’exclusion à sa libération. Être en relation sexuelle et intime avec certaines femmes non plus, pourvu que ce ne soit que pour le sexe ! Nous comprenons donc que la vie des femmes a encore une valeur moindre dans la société, et particulièrement celle des femmes dans l’industrie du sexe.

Or, à la suite du drame, certains criminalistes (1) se sont empressés de dire que le problème est au fond que l’achat de services sexuels est devenu illégal au Canada, ce qui rendrait les prostituteurs nerveux, et donc, possiblement violents. De nombreuses études démontrent toutefois que peu importe les lois en vigueur, les risques de meurtre pour les femmes dans l’industrie sont 40 % plus élevés que pour les autres femmes (2) et que la majorité des femmes y sont victimes de violences diverses (3).

Ce « métier » comme certains se plaisent à le nommer est l’un des plus dangereux au monde. Les menaces, les agressions, les propos misogynes, la peur d’être tuée est le lot de la majorité des femmes à l’intérieur. Les pays ayant décriminalisé l’industrie du sexe n’ont aucunement vu les taux de violence diminuer, au contraire, par exemple, en Allemagne ou aux Pays-Bas (4). Les activistes en faveur de l’industrie nous répètent inlassablement depuis des décennies que le problème n’est pas les hommes violents, qui ont pourtant à la base une vision très stéréotypée et misogyne des femmes qu’ils payent pour les utiliser, mais les lois qui seraient trop sévères et les abolitionnistes, les vraies violentes dans l’histoire.

Rappelons que la loi canadienne adoptée en 2014 induit la possibilité de donner des contraventions aux acheteurs de sexe. Personne au Canada n’est allé en prison pour avoir payé une femme. Cependant, les tenants de l’idéologie soi-disant « pro-sexe » continuent de mentir sur les fausses discriminations et arrestations qui auraient lieu régulièrement. Nous en avons eu un très bel exemple récemment lors des audiences de la commission sur l’exploitation sexuelle des jeunes où les groupes défenseurs des droits des hommes à acheter des femmes y sont allés de leurs mythes et discours réguliers. Vous pouvez écouter ici (5) leur audience afin de voir toute l’étendue de leur mauvaise fois et leur déni de la réalité des femmes dans l’industrie du sexe. Ils semblent avoir oublié que 90% des femmes qui sont prostituées, souhaitent sortir de ce milieu (6).

Si des hommes sont encore violents envers des femmes, c’est que notre société libérale considère que les femmes – ou du moins une certaine catégorie de femmes – sont prostituables, achetables, utilisables, pornifiables. On ne peut pas d’un côté dénoncer la culture du viol et l’exploitation sexuelle des jeunes, et d’un autre côté dire que les jeunes exercent leur agentivité dans la prostitution, que la pornographie violente est libératrice pour les femmes, que les pratiques « kink » (par exemple l’étouffement des femmes par des hommes lors des activités sexuelles) sont un signe de progressisme, et se demander ensuite pourquoi des femmes sont tuées, violées et laissées en pâture à des hommes dangereux.

La prostitution sert justement aux hommes à se défouler, à extérioriser leur agressivité et à mettre en œuvre leurs fantasmes sadiques, ce qu’ils ne se permettent pas de faire avec leurs conjointes. Les chances que ce tueur en série s’en prenne à une femme dans l’industrie du sexe étaient, me semble-t-il, écrites dans le ciel. Pourtant, on a considéré que mettre en danger quelques femmes était un bon compromis pour un homme dangereux, parce que les hommes doivent impérativement satisfaire leurs « besoins » sexuels.

La société a depuis longtemps décrété qu’on devait sacrifier un groupe de femmes pour soi-disant protéger les autres femmes – même si nous savons que l’industrie du sexe ne réduit en rien la violence envers les autres femmes, c’est même tout à fait le contraire – mais les mythes misogynes ont la couenne dure. On nous dit aussi que les « travailleuses » sont protégées quand l’achat est légal. Pourtant, on a encouragé ce meurtrier à acheter des services sexuels par le système judiciaire, celui-ci n’allait donc pas le criminaliser. On semble oublier que peu importe les lois, les clients sont seuls avec les femmes dans les chambres d’hôtel, ils ont ainsi tout le loisir de les battre et de les tuer, que l’achat de sexe soit légal ou non (7).

Les hommes sont violents parce que la société le permet. Les sociétés qui ne banalisent pas la prostitution et qui font de l’éducation en ce sens, comme la Suède, ont vu leur taux de prostitution diminuer (8) et les hommes se sont mis à considérer que les femmes ne sont pas de la marchandise. Au lieu de retourner en arrière comme le suggère les activistes « pro-sexe », récupérant le meurtre d’une femme à leurs fins, et de tenir les abolitionnistes responsables, comme l’a fait Gabrielle Bouchard, présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), cette semaine (9) encore, le gouvernement canadien devrait au contraire appliquer davantage la loi qu’il a adoptée et donner de vrais moyens aux femmes pour sortir de cette industrie. Il y aurait lieu aussi de créer des campagnes de sensibilisation s’adressant aux hommes.

Tant que les « besoins » des hommes d’avoir accès au corps des femmes de toutes les manières qui les excitent seront normalisés et banalisés, des hommes agresseront, trafiqueront, voire tueront des jeunes femmes. Les phénomènes sociaux ne tombent pas de nulle part, ils reflètent les courants de la société. Quand les services correctionnels – réputés connaître et appliquer les lois – permettent à un homme considéré très dangereux pour les femmes d’aller acheter des actes sexuels, ce sont ces femmes, déjà stigmatisées, mais aussi toutes les femmes, qui sont à risque.

Quand les services correctionnels soutiennent que : le meurtrier était un faible risque pour son entourage et la société, mais à risque très élevé pour les femmes, faut-il comprendre que les femmes – 50 % de la population – ne sont pas membres de la société ? Quand on dit que le meurtrier ne pouvait pas développer des relations avec les femmes, étant trop dangereux pour elles, mais pouvait avoir des activités sexuelles pour ses « besoins », faut-il comprendre que certaines femmes, en l’occurrence des femmes dans la prostitution, ne sont pas des femmes, et par conséquent pas des membres de la société ? Et qu’en est-il des détenus en prison, leur permet-on des visites de femmes dans la prostitution à l’intérieur des murs ? La loi C-36 est-elle aussi inappliquée là même où les employés devraient la connaître très bien afin de satisfaire les « besoins » des prisonniers ?

L’existence même de l’industrie du sexe est basée sur la notion que les hommes auraient des besoins sexuels irrépressibles qu’ils devraient assouvir sous peine de devenir frustrés, voire violents, et que des femmes doivent donc être mises à leur disposition. Quand les « besoins » des hommes, même très dangereux, passent avant le droit à la dignité et à la sécurité des femmes, voilà où cela nous mène.

Notes
1.) Émission Mario Dumont, 24 janvier 2020 sur LCN. Meurtre d’une travailleuse du sexe par un ancien détenu violent : analyse de Me Charles Côté.
2.) Table de concertation sur les agressions à caractère sexuel de Montréal.
3.) Nordic Model Now ! Fact : Prostitution is inherently violent.
4.) Trauma and Prostitution. Scientists for a world without prostitution. Discours de la Dre Ingeborg Kraus à l’Assemblée nationale de Paris, le 24 mai 2018.
5.) Travaux de la commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs Assemblée nationale du Québec. Audition - PIaMP (projet d’intervention auprès des mineur.e.s prostitué.e.s) et Chez Stella, le 21 janvier 2020.
6.) Vancouver Rape Relief and Women’s Shelter. Stats about prostitution. Hilla Kerner, le 16 juin 2019.
7.) Fondation Scelles Infos, La prostitution, une violence à combattre.
8.) Collection CEPESS. La prostitution est une violence faite aux . La prostitution est une violence faite aux femmes refusons d’en être complices. Pierrette Pape, Chargée de politiques et coordinatrice de projets au Lobby européen des femmes, 2011. Lire pdf
9.) Québec Réveille. Émission du 27 janvier 2020. Entrevue avec Gabrielle Bouchard de la FFQ. L’appropriation des expériences des femmes dans l’industrie du sexe.

*Un extrait de ce texte a été publié sous « Des décennies de luttes féministes pour en arriver là ? » dans la Presse du 28 janvier en collaboration avec Nadia El-Mabrouk.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 janvier 2020.



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Élaine Grisé, sexologue travaillant auprès de femmes victimes de violence


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2020
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin