| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 28 juin 2020

Qu’est-ce qu’une femme ?

par Johanne St-Amour, féministe radicale et collaboratrice de Sisyphe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Contre un patriarcat universel, un féminisme universel
Pourquoi la dysphorie sexuelle augmente-t-elle tout d’un coup chez les adolescentes ?
Pour une conversation honnête au sujet du transgenrisme
Les droits des femmes sous le joug de l’identité de genre
Tout le monde devrait s’inquiéter de la censure du reportage "Les enfants transgenres" par le réseau CBC
Le réseau CBC annule sous les pressions un documentaire sur les enfants présentés comme transgenres
Transgenre et FFQ - Une posture victimaire qui fragmente le mouvement des femmes
Un homme devient-il une femme dès lors qu’il dit en être une ?
Remettre en question la notion d’identité de genre et le silence imposé à l’analyse féministe
La quasi-absence d’un débat public sur ce qui fait un "vrai homme" est révélatrice
La violence masculine est le problème et les “transfemmes” s’y livrent aussi
Transgenres - Repenser le projet de loi C-16 : parce que le sexe, ça compte !
Identité de genre autodéclarée, droits et sécurité des femmes
La Bibliothèque des femmes de Vancouver ouvre ses portes dans un contexte de réaction antiféministe
Qu’est-ce qu’une femme ?
On a tort de préconiser la transition de genre chez des enfants, des adolescent-e-s et des jeunes adultes
Le projet de loi C-16 - Le débat sur l’identité de genre ignore la perspective féministe
Toronto - Un éminent chercheur congédié pour son approche prudente face à la dysphorie du genre chez les enfants
Règlement pour les transgenres au Québec - Être femme est-il un privilège ?
Mention du sexe pour les personnes transgenres - Un vrai problème, mais une mauvaise solution
La pièce "Les monologues du vagin" annulée parce que jugée non inclusive pour les transgenres
Transgenres - Le point de vue des femmes complètement occulté
Transgenres et « black faces », même combat ?
Mon genre, ton genre, mais quel genre ?
II. Genre et sexualité : convergences et divergences du féminisme radical et de la théorie queer
I. Qu’est-ce que le genre ? D’où vient la confusion qui l’entoure ?
À qui appartient le genre ? Rapports entre féminisme radical et idéologie transgenre








Nous en sommes rendues là !

Jamais je n’aurais pensé que le mouvement féministe serait assiégé de façon si profonde, au cœur même de ses tripes.

Jamais je n’aurais pensé qu’au nom de l’inclusion, de la diversité, du ressenti bien personnel de tout un chacun, la définition même de ce qu’est une femme serait non seulement remise en question, mais aussi manipulée !

Il ne faut surtout pas le dire, de peur d’être censurée, menacée et même violentée, mais on vient d’atteindre le summum de la patriarchie !

Qu’est-ce qu’une femme ? Parce que la définition biologique, scientifique, un être de sexe féminin, est rendue nulle et surtout non avenue. Certains activistes transgenres pourraient vous faire un procès. On marche sur des œufs ! Sur nos ovaires, notre utérus ET nos droits !

Reste nos chromosomes ! Ceux-là, on ne peut pas nous les arracher. Impossible. Mais qui sait, au point où on en est rendues ?

Suffit d’avoir des couilles, mais pas dans le sens de courage, des vraies couilles, molles ou pas, un pénis, mou ou pas, et suffit d’avoir les lobbys pharmaceutiques, médicaux, psychologiques, très intéressés surtout financièrement, pour saper la définition d’une femme. Suffit de politiques convoiteuses.eux et un certain militantisme « féministe » sensible à la culpabilité ou à l’ouverture inconditionnelle de tous, même du « loup », pour faire disparaître la définition BIOLOGIQUE d’une femme. Ces « loups » se servent déjà à pleine main dans la prostitution et l’intégrisme religieux !

Des militants transgenres désirent-ils revendiquer certains droits ? On a plutôt l’impression qu’ils veulent être NOUS ! Les lois qui ont été votées concernant l’identité de genre remettent en question les droits des femmes.

Mais a-t-on le droit de débattre des discriminations, fondées sur le sexe, que nous vivons ?

Il n’y a aucun problème à s’identifier comme une personne qui se sent femme, mais quand une personne avec un pénis veut investir les toilettes, les dortoirs, les vestiaires, les maisons d’hébergement, les prisons réservées aux femmes, je dis : Un instant ! Nous nous sommes battues pour ces espaces de sécurité.

Je pense à cette femme transgenre à Vancouver, Jessica Yaniv, qui a déposé quinze plaintes au Tribunal de Vancouver contre des esthéticiennes qui avaient refusé de lui épiler le scrotum à la cire. Jessica Yaniv a été déboutée en cour et a dû remettre 6000$ à ses victimes.

Cette haine des femmes et des filles, manifestée par certains transgenres, se réflète chez Vica Steel, anciennement Mark Busenbark, professeur au Wisconsin qui s’identifie comme une femme et qui, bien qu’on lui ait offert d’utiliser des toilettes « tout-genre », exige d’utiliser les toilettes pour fillettes de l’école primaire.

Cette haine, on l’a vu chez Karen White, une transgenre condamnée pour viol au Royaume-Uni en 2017. Placée dans une prison pour femmes, elle a été accusée d’agressions sexuelles sur plusieurs co-détenues.

Le spectre - ou ses synonymes comme cauchemar, peur, hantise, crainte, menace - ne serait-il pas dans le camp de militant.e.s transgenres qui utilisent la violence ? Qui utilisent les menaces ?

Le débat sur l’identité de genre n’a jamais eu lieu. Outre les espaces d’intimité physique, que dire du droit à des compétitions sportives égalitaires, droit de revendiquer d’être tout simplement : d’être une femme qui a des menstruations, un utérus et des ovaires pour enfanter, accoucher, allaiter, avorter ? Nous sommes des êtres de sexe femelle avec des besoins particuliers et très distinctifs. Parlez-en aux biologistes, aux scientifiques. Et comme le dit si bien Megan Murphy, agressée et menacée par certains activistes :

Au bout du compte, je me fiche de la façon dont vous voulez vous identifier comme individu. Je pense qu’il est plutôt narcissique de penser que votre personnalité est si spéciale qu’elle vous écarte de la réalité matérielle et du monde naturel, tels qu’ils existent depuis des millions d’années. Mais je ne tiens pas à vous empêcher de vivre votre vie d’une manière qui vous semble authentique, tant que cela ne porte pas préjudice à d’autres personnes… Je fixe une limite lorsque le « moi authentique » des transgenres l’emporte sur les droits, la sécurité et la dignité des femmes et des filles

.

***

1) Murphy, Megan, Nier le sexe biologique sape le fondement même du féminisme, Tradfem, 9 décembre 2019. Lire l’article

Lire aussi : Johanne St-Amour, "La FFQ creuse sa tomb ", La Presse, 27 juin 2020.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 27 juin 2020



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Johanne St-Amour, féministe radicale et collaboratrice de Sisyphe


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2020
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin