| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 12 février 2021

Du sens et de l’importance du mot "femme"

par Marie-Élaine Boucher, spécialiste de la langue française et Annie-Ève Collin, philosophe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Je suis une femme, pas une femme cisgenre
Quand on parle de "pénis féminin" dans la série Une autre histoire à Radio-Canada !
Quand le féminisme se prend une vague
Lettre envoyée au Premier Ministre François Legault
Peut-on accepter un féminisme anti-femmes au Québec ?
Thérapies de conversion – Plaidoyer pour un débat honnête
Contre un patriarcat universel, un féminisme universel
Qu’est-ce qu’une femme ?
Pourquoi la dysphorie sexuelle augmente-t-elle tout d’un coup chez les adolescentes ?
Pour une conversation honnête au sujet du transgenrisme
Les droits des femmes sous le joug de l’identité de genre
Tout le monde devrait s’inquiéter de la censure du reportage "Les enfants transgenres" par le réseau CBC
Le réseau CBC annule sous les pressions un documentaire sur les enfants présentés comme transgenres
Transgenre et FFQ - Une posture victimaire qui fragmente le mouvement des femmes
Un homme devient-il une femme dès lors qu’il dit en être une ?
Remettre en question la notion d’identité de genre et le silence imposé à l’analyse féministe
La quasi-absence d’un débat public sur ce qui fait un "vrai homme" est révélatrice
La violence masculine est le problème et les “transfemmes” s’y livrent aussi
Transgenres - Repenser le projet de loi C-16 : parce que le sexe, ça compte !
Identité de genre autodéclarée, droits et sécurité des femmes
La Bibliothèque des femmes de Vancouver ouvre ses portes dans un contexte de réaction antiféministe
Qu’est-ce qu’une femme ?
On a tort de préconiser la transition de genre chez des enfants, des adolescent-e-s et des jeunes adultes
Le projet de loi C-16 - Le débat sur l’identité de genre ignore la perspective féministe
Toronto - Un éminent chercheur congédié pour son approche prudente face à la dysphorie du genre chez les enfants
Règlement pour les transgenres au Québec - Être femme est-il un privilège ?
Mention du sexe pour les personnes transgenres - Un vrai problème, mais une mauvaise solution
La pièce "Les monologues du vagin" annulée parce que jugée non inclusive pour les transgenres
Transgenres - Le point de vue des femmes complètement occulté
Transgenres et « black faces », même combat ?
Mon genre, ton genre, mais quel genre ?
II. Genre et sexualité : convergences et divergences du féminisme radical et de la théorie queer
I. Qu’est-ce que le genre ? D’où vient la confusion qui l’entoure ?
À qui appartient le genre ? Rapports entre féminisme radical et idéologie transgenre







Des propos récemment tenus par J. K. Rowling, auteure des romans Harry Potter ont suscité une controverse qui revient régulièrement : est-il inacceptable de dire qu’une vraie femme est de sexe femelle ? Et Rowling n’est ni la première ni la seule à s’être retrouvée au centre d’une controverse pour cette raison-là, elle est simplement sans doute la plus riche et la plus célèbre.

Aujourd’hui, des théoriciennes en sciences sociales, des personnes s’identifiant comme trans ou comme non binaires, ainsi que des militants, au motif de reconnaître l’existence des personnes trans et de respecter leurs droits, voudraient que le sens du mot femme soit modifié pour que ce dernier n’ait rien à voir avec le sexe des personnes qu’il sert à désigner, et tout à voir avec l’auto-identification : il faudrait que quiconque fait de « femme » son « identité de genre » soit reconnu comme une femme.

En fait, cela va encore plus loin : ces théoriciennes et ces militants vont jusqu’à réécrire l’histoire en prétendant que ce mot a toujours été employé pour désigner des personnes selon leur genre et non selon leur sexe.

C’est bel et bien une réécriture de l’histoire : si on prend connaissance de l’origine du mot femme et de son usage, on constate qu’il sert traditionnellement à désigner les humains de SEXE féminin.

Le mot « femme » est entré dans le langage écrit au début du Xe siècle. Selon le dictionnaire historique de la langue française (Le Robert, sous la direction d’Alain Rey), la dénotation du mot « femme » réfère à la femelle adulte de l’espèce humaine. Voici l’évolution historique qui a abouti à ce mot, comme on le retrouve dans ce dictionnaire : FEMME n.f. est issu (déb. Xe s.) du latin femina qui, représentant un participe présent passif, signifiait à l’origine « qui est sucée, qui allaite » et se rattache à la racine indoeuropéenne dhe- « téter », comme fellare « sucer » (fellation), felix « heureux » (félicité), etc. ; femina a le sens de « femelle d’animal » puis de « femme » et « épouse » ; il a concurrencé mulier « femme » qui a donné l’italien moglie, l’espagnol mujer, l’ancien français moïllier (jusqu’au XIVe s.) et uxor « épouse » qui a abouti en ancien français à oissour, attesté jusqu’à la première moitié du XIIIe siècle.

Toujours selon le dictionnaire historique de la langue française, « femme » (le mot et sa dénotation) est connu depuis la fin du Xe siècle pour désigner un être humain de sexe féminin et s’est employé (1829) en parlant de la femelle d’un animal.

La plus grande reconnaissance que la société devrait octroyer aux personnes trans serait que l’Académie française accrédite la codification et l’emploi de néologismes (nouveaux mots) qui illustreraient cette réalité.

Usurper des mots qui existent déjà et qui sont déjà largement utilisés, soit les mots « homme » et « femme », pour désigner de nouvelles réalités (et nous prévoyons le coup : elles peuvent être nouvelles au sens où elles n’existaient pas auparavant, ou au sens où on n’en parlait pas auparavant), ça ne fait que jeter la confusion sur le sens de ces mots. De plus, ces mots étant utilisés par tout le monde en plus de référer à tout le monde, on n’a pas à admettre qu’une minorité de gens imposent unilatéralement de nouvelles définitions, tout en nous culpabilisant d’employer ces mots selon leurs définitions traditionnelles.

Si des gens tiennent à être identifiés selon un genre, soit, mais ce n’est pas une raison pour remplacer le sexe par le genre. Quant à ceux qui voudraient nous dire que le sexe, ce n’est pas important, que seul le genre est important, nous répondons tout simplement qu’il y a encore beaucoup de gens — nous nous avançons à supposer que c’est une immense majorité — qui accordent de l’importance au sexe. On n’a pas à être privés des mots qui servent à renvoyer à une chose à laquelle on accorde de l’importance.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 29 janvier 2021



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Marie-Élaine Boucher, spécialiste de la langue française et Annie-Ève Collin, philosophe


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2021
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin