| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 7 février 2021

Peut-on accepter un féminisme anti-femmes au Québec ?

par Annie-Ève Collin, féministe et philosophe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Je suis une femme, pas une femme cisgenre
Quand on parle de "pénis féminin" dans la série Une autre histoire à Radio-Canada !
Quand le féminisme se prend une vague
Du sens et de l’importance du mot "femme"
Lettre envoyée au Premier Ministre François Legault
Thérapies de conversion – Plaidoyer pour un débat honnête
Contre un patriarcat universel, un féminisme universel
Qu’est-ce qu’une femme ?
Pourquoi la dysphorie sexuelle augmente-t-elle tout d’un coup chez les adolescentes ?
Pour une conversation honnête au sujet du transgenrisme
Les droits des femmes sous le joug de l’identité de genre
Tout le monde devrait s’inquiéter de la censure du reportage "Les enfants transgenres" par le réseau CBC
Le réseau CBC annule sous les pressions un documentaire sur les enfants présentés comme transgenres
Transgenre et FFQ - Une posture victimaire qui fragmente le mouvement des femmes
Un homme devient-il une femme dès lors qu’il dit en être une ?
Remettre en question la notion d’identité de genre et le silence imposé à l’analyse féministe
La quasi-absence d’un débat public sur ce qui fait un "vrai homme" est révélatrice
La violence masculine est le problème et les “transfemmes” s’y livrent aussi
Transgenres - Repenser le projet de loi C-16 : parce que le sexe, ça compte !
Identité de genre autodéclarée, droits et sécurité des femmes
La Bibliothèque des femmes de Vancouver ouvre ses portes dans un contexte de réaction antiféministe
Qu’est-ce qu’une femme ?
On a tort de préconiser la transition de genre chez des enfants, des adolescent-e-s et des jeunes adultes
Le projet de loi C-16 - Le débat sur l’identité de genre ignore la perspective féministe
Toronto - Un éminent chercheur congédié pour son approche prudente face à la dysphorie du genre chez les enfants
Règlement pour les transgenres au Québec - Être femme est-il un privilège ?
Mention du sexe pour les personnes transgenres - Un vrai problème, mais une mauvaise solution
La pièce "Les monologues du vagin" annulée parce que jugée non inclusive pour les transgenres
Transgenres - Le point de vue des femmes complètement occulté
Transgenres et « black faces », même combat ?
Mon genre, ton genre, mais quel genre ?
II. Genre et sexualité : convergences et divergences du féminisme radical et de la théorie queer
I. Qu’est-ce que le genre ? D’où vient la confusion qui l’entoure ?
À qui appartient le genre ? Rapports entre féminisme radical et idéologie transgenre







Le journal Métro publiait, le 4 février, un texte de Naomie Gelper (1) accusant l’organisation féministe Pour les droits des femmes du Québec (PDF Québec) de transphobie, en qualifiant également de transphobe une déclaration des droits des femmes basés sur le sexe (2) signée par PDF Québec, en plus de centaines de personnes et d’organismes.

Gelper reproche à PDF Québec d’avoir signé cette déclaration. Cela dépasse l’entendement : reprocher à une organisation féministe de signer une déclaration des droits des femmes ! Ce qui devrait étonner, c’est plutôt qu’une porte-parole de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) qualifie cette déclaration des droits des femmes de « violente » !

Gelper écrit que « les signataires estiment que l’inclusion des femmes trans dans la catégorie femme dans la loi, les politiques gouvernementales et les pratiques constitue une discrimination à l’égard des femmes en nuisant à la reconnaissance des droits des femmes fondés sur le sexe biologique. »

Ce n’est pas l’inclusion de qui que ce soit qui est présentée comme un problème, mais la suppression du sexe comme critère pour revendiquer des droits (parce qu’on le remplace par le genre, alors qu’on pourrait plutôt ajouter le genre comme un autre critère au nom duquel on peut revendiquer des droits). Il est logique de dire qu’il est impossible aux femmes de revendiquer des droits sur la base de leur sexe face à des institutions qui ne reconnaissent pas le sexe !

Les signataires considèrent que le droit des femmes à des espaces sécuritaires et intimes réservés aux personnes de leur sexe est important. Elles accordent aussi de l’importance au droit des femmes à des compétitions sportives équitables, or c’est entre les sexes qu’il y a des différences pertinentes pour le sport, et non entre les genres.

D’ailleurs, le texte affirme que l’admission des femmes trans dans les sports féminins ne désavantage pas les femmes, et cite Julien Leroux-Richardson, qui affirme que la prise d’hormones a pour effet de diminuer la force et la masse musculaires des femmes trans, les plaçant à égalité avec les femmes. Il y a lieu de se demander pourquoi, en ce cas, les athlètes transgenre qui ont participé à des compétitions féminines ont surpassé de TRÈS loin les athlètes femelles. De plus, Leroux-Richardson néglige que ce ne sont pas toutes les femmes trans qui prennent des hormones, surtout depuis que la loi de plusieurs pays, dont le Canada, donne le droit aux citoyens majeurs d’être reconnus comme des femmes sur une simple déclaration de leur identité de genre, sans obligation d’avoir recours à des interventions médicales pour modifier leur corps.

Ni PDF Québec ni la Déclaration ne s’oppose à des droits, l’un et l’autre revendiquent des droits : ceux des femmes. Aussi longtemps que ceux qui prétendent lutter contre la transphobie vont présenter comme transphobe la demande de reconnaissance des droits des femmes, ils devront s’attendre à ce que des féministes s’opposent à eux.

Notes

1. Naomie Gelper, "Le féminisme transphobe, une position légitime au Québec ?", Métro, 4 février 2021.
2. Lireici

Mis en ligne sur Sisyphe, le 6 février 2021



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Annie-Ève Collin, féministe et philosophe


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2021
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin