| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 11 avril 2021

Je suis une femme, pas une femme cisgenre

par Marie Savoie, collaboratrice de Sisyphe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Les représailles financières contre les féministes critiques du genre
Quand on parle de "pénis féminin" dans la série Une autre histoire à Radio-Canada !
Quand le féminisme se prend une vague
Du sens et de l’importance du mot "femme"
Lettre envoyée au Premier Ministre François Legault
Peut-on accepter un féminisme anti-femmes au Québec ?
Thérapies de conversion – Plaidoyer pour un débat honnête
Contre un patriarcat universel, un féminisme universel
Qu’est-ce qu’une femme ?
Pourquoi la dysphorie sexuelle augmente-t-elle tout d’un coup chez les adolescentes ?
Pour une conversation honnête au sujet du transgenrisme
Les droits des femmes sous le joug de l’identité de genre
Tout le monde devrait s’inquiéter de la censure du reportage "Les enfants transgenres" par le réseau CBC
Le réseau CBC annule sous les pressions un documentaire sur les enfants présentés comme transgenres
Transgenre et FFQ - Une posture victimaire qui fragmente le mouvement des femmes
Un homme devient-il une femme dès lors qu’il dit en être une ?
Remettre en question la notion d’identité de genre et le silence imposé à l’analyse féministe
La quasi-absence d’un débat public sur ce qui fait un "vrai homme" est révélatrice
La violence masculine est le problème et les “transfemmes” s’y livrent aussi
Transgenres - Repenser le projet de loi C-16 : parce que le sexe, ça compte !
Identité de genre autodéclarée, droits et sécurité des femmes
La Bibliothèque des femmes de Vancouver ouvre ses portes dans un contexte de réaction antiféministe
Qu’est-ce qu’une femme ?
On a tort de préconiser la transition de genre chez des enfants, des adolescent-e-s et des jeunes adultes
Le projet de loi C-16 - Le débat sur l’identité de genre ignore la perspective féministe
Toronto - Un éminent chercheur congédié pour son approche prudente face à la dysphorie du genre chez les enfants
Règlement pour les transgenres au Québec - Être femme est-il un privilège ?
Mention du sexe pour les personnes transgenres - Un vrai problème, mais une mauvaise solution
La pièce "Les monologues du vagin" annulée parce que jugée non inclusive pour les transgenres
Transgenres - Le point de vue des femmes complètement occulté
Transgenres et « black faces », même combat ?
Mon genre, ton genre, mais quel genre ?
II. Genre et sexualité : convergences et divergences du féminisme radical et de la théorie queer
I. Qu’est-ce que le genre ? D’où vient la confusion qui l’entoure ?
À qui appartient le genre ? Rapports entre féminisme radical et idéologie transgenre








Un courant d’idées actuel veut qu’il y ait deux sortes de femmes. Les femmes "cisgenres", nées avec l’anatomie sexuelle d’une femme sans que cela ne leur cause de conflit intérieur, et les femmes "transgenres", soit des personnes à l’anatomie masculine qui se sentiraient femmes. Il s’agirait en quelque sorte d’hommes "nés dans le mauvais corps".

C’est à mes yeux une imposture. Scientifiquement, personne ne peut naître dans le mauvais corps. Cela dit, je compatis à la souffrance d’une personne qui se sent plus près du "genre" de l’autre sexe, soit des caractéristiques ou attributs que la société associe communément aux hommes et aux femmes. Tout comme J. K. Rowling, dont la franchise et le courage méritent d’être salués, je pense que toute personne doit être libre de s’habiller, de vivre sa sexualité et de mener sa vie comme elle le souhaite, sans être importunée ou discriminée. C’est son droit le plus strict. Un homme qui le souhaite peut très bien se présenter comme une "femme trans", mais cela ne fait pas de lui une femme.

Des termes tendancieux

Je trouve l’expression "femme cisgenre" insultante et trompeuse, puisqu’elle laisse entendre qu’il y a d’autres types de femmes et qu’il suffit de "se sentir femme" pour en être une. Mesure-t-on l’absurdité de cette prétention ? Et l’ampleur de ses conséquences pour les femmes ?

Je suis une femme parce j’ai les caractères biologiques de la moitié de l’humanité qui enfante. Cette particularité a modulé le cours de ma vie, comme pour toutes les femmes, qu’elles choisissent ou non d’avoir des enfants.

Une dissidence vivement réprimée

Au Québec, comme dans l’ensemble du monde occidental, il est dangereux de rejeter la théorie du genre. Quiconque refuse d’admettre que "les femmes trans sont des femmes" s’expose à des torrents d’injures sur les réseaux sociaux, à des menaces, voire à perdre son gagne-pain, comme pourrait en témoigner un nombre croissant d’écrivaines, de professeures, de scientifiques ou de journalistes qui ont osé contester ce dogme.

Qu’est-ce au juste que le genre ? Que veut dire pour un homme de "se sentir femme" ou pour une femme de "se sentir homme ? Les explications des personnes transgenres elles-mêmes sont toujours assez vagues. D’après ce qu’on peut en comprendre, il s’agirait d’un ensemble de traits tout à fait arbitraires, comme un penchant pour les robes, les couleurs vives ou le vernis à ongles, chez les hommes, ou le fait d’aimer les sports violents, les voitures de course, ou de taire ses émotions, chez les femmes. Ces catégories presque caricaturales ne résistent pas au moindre examen. Les personnes du même sexe varient énormément entre elles, et aucune de ces caractéristiques, d’ailleurs fondées sur des stéréotypes sexuels d’un autre temps, n’est attribuable exclusivement aux hommes ou aux femmes.

La théorie du genre, qui postule qu’on peut être une femme née dans le corps d’un homme, n’a aucun fondement scientifique. Quoi que prétendent ses plus fervents adeptes, ce n’est pas un fait avéré mais bien une croyance. Comment expliquer alors qu’elle se soit propagée aussi facilement chez des personnes douées d’esprit critique ? Ces mêmes personnes qui invoquent la science pour démentir quiconque met en doute le dérèglement climatique ? Ou qui ridiculisent les chefs d’État qui déclarent que la Covid n’est rien de pire qu’une grippe ?

Si la théorie du genre, élaborée dans des universités américaines, s’est répandue aussi rapidement, c’est qu’elle compte sur un puissant lobby et sur une armée d’internautes activistes. Au Canada, des groupes de pression bien organisés ont grandement contribué à l’adoption de la loi C-16 qui consacre "l’identité et l’expression de genre" (1), en intervenant assidûment auprès de membres de la classe politique, notamment en Colombie-Britannique. Il est de plus en plus évident aussi que les idéologues du genre ont des alliés haut placés dans les réseaux sociaux, qui font taire les voix dissidentes en supprimant leur compte.

Meghan Murphy, créatrice et éditrice du réputé site canadien Feminist Current, a été bannie de Twitter pour avoir désigné par un pronom masculin Jessica (anciennement Jonathan) Yaniv. Yaniv est une "femme transgenre" à l’anatomie mâle intacte, qui est devenue tristement célèbre pour avoir intenté des poursuites contre plusieurs esthéticiennes qui avaient refusé de lui épiler les testicules. Déboutée en cour, Jessica Yaniv a été condamnée à payer 2000 $ à chacune des trois esthéticiennes contre qui elle avait porté plainte... mais elle est toujours sur Twitter.

La nécessité de débats intelligents

Même si l’identité de genre est un sujet extrêmement polarisant, aussi bien dans l’ensemble de la société que chez les féministes, il faut que nous puissions en débattre avec civilité. Jusqu’à maintenant, les débats publics organisés sur la question à Vancouver, à Seattle et à Toronto ont attiré des foules, preuve que la théorie du genre et ses conséquences sociales suscitent beaucoup d’intérêt. Malheureusement, ces rassemblements ont donné lieu à de tels débordements de violence et de menaces que les forces de l’ordre ont dû intervenir pour protéger les conférencières, des féministes critiques de l’idéologie du genre.

C’est dire le courage qu’il faut pour exprimer publiquement son désaccord avec la théorie du genre. Or, il faut de toute urgence tenir des débats sérieux sur la question. Nous ne pouvons plus nous contenter des pseudo-analyses complaisantes de journalistes sans rigueur. C’est une question trop lourde de conséquences sur les droits des femmes pour que l’on ne puisse pas en discuter de façon rationnelle et sans excès de langage.

Remettre les pendules à l’heure

Enfin, il est important de rappeler que la théorie du genre est une théorie, aussi valable ou contestable que toute autre. Chacun-e a le droit d’y adhérer ou non, et il est parfaitement légitime de la critiquer ou de la rejeter.

Pour ma part, je refuse de m’abêtir au point de croire que l’univers a été créé en sept jours ou qu’un être humain pourvu d’un pénis peut être une femme. Il est grand temps que celles et ceux qui sont du même avis le fassent savoir, malgré les injures, les menaces et le harcèlement qui tiennent lieu d’arguments aux plus virulents adeptes de l’idéologie du genre.

(Notes
1. Le projet de loi C-16 Loi modifiant la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel a été adopté en 2017. Il ajoute "l’identité ou l’expression de genre" aux motifs de distinction illicites.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 avril 2021



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Marie Savoie, collaboratrice de Sisyphe


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2021
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin