| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 31 juillet 2003

" Permafrost " de Louky Bersianik, une pure intensité

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Charlie Hebdo, la prédation et Louky Bersianik
LOUKY BERSIANIK - L’écriture, c’est les cris
Le don vital de Louky Bersianik à sa prochaine
L’importance de l’œuvre de Louky Bersianik
Louky Bersianik : l’écriture-femme en personne
L’occultation du décès de l’écrivaine féministe Louky Bersianik
L’oeuvre de Louky Bersianik - « Monuments », dites-vous ?
L’Euguélionne
"Mon coeur est de plus en plus féministe" - Louky Bersianik (1930-2011)
Louky Bersianik à la recherche de sa "planète positive"
Biographie de Louky Bersianik
La face cachée des femmes
La face cachée des femmes
Mots d’amour pour Louky
IV — L’Air
Maladie d’amour
III - Le Feu
Louky Bersianik, poète et féministe
Louky Bersianik et les valeurs maternatives
II - La Terre
Naître du mauvais bord de la langue
I - L’Eau







JPEG - 9.5 ko
Photo : Kéro

Permafrost* de Louky Bersianik a paru en même temps que le dernier disque de Céline Dion, lancé à l’échelle de la planète avec ce fracas médiatique qui vise à faire de l’art un encan perpétuel. En même temps que le mot d’ordre des éditeurs et des critiques, " publie ou péris ", est devenu " parais ou péris ". En même temps que la littérature sombre sous les autobiographies de tout un chacun et les polars-prêts-à-filmer.

Louky Bersianik n’est pas de cette trempe. Elle est de ceux et celles dont l’oeuvre échappe au temps. C’est une espèce rare au Québec où abonde le grenouillage en coulisses des opportunistes qui sont de tous les jurys, de tous les conseils d’administration, et qui n’ont de l’écrivain que la pose, comme le remarquait la toujours décapante et délinquante Amélie Nothomb qui n’est pas sans parenté avec Louky Bersianik.

Le livre est matériellement très beau, d’une simplicité classique. L’écriture est admirable, poignante, déchirante. Permafrost est écrit à même une indicible peine d’enfance. De " l’inenfance ", écrit Bersianik, " C’était presque rien, un tout petit incident et l’enfant a basculé. Ça ne prend qu’un instant. Une seconde, quelques jours, le retrait radical de l’amour et voilà l’enfant jeté hors de la vie pour toute la vie. " (p. 177) Il fallait pour sortir les mots de l’étau où ils étaient enchâssés depuis si longtemps le talent de l’auteure de " L’Euguélionne " et des poèmes de " Axes et eau " où déjà elle introduisait Sylvanie Penn et le Squonk, cet animal légendaire qui se dissout dans ses larmes.

Il fallait à la fois le réalisme poétique des premières et des dernières pages, l’imaginaire efficace de la petite fille esseulée qui écrit déjà dans sa tête, la réflexion sensible de l’écrivaine Espéranza et sa vision du futur antérieur. Il fallait dire l’indicible. Louky Bersianik conjugue avec maestria ces différents registres et niveaux de langage. Elle fouille l’étymologie et les mots pour en extraire l’inédit, travaille la langue dans le laboratoire intime de la chair et de l’âme dont elle orchestre la rencontre toujours originale, c’est-à-dire " encrée " dans l’origine même de toute vie.

Permafrost ne fait pas partie du " fast book " à la mode, compact, court et superficiel qu’on oublie aussitôt lu. Le contenu et la forme qui l’exprime incitent à ralentir, à respirer au rythme profond de notre monde intérieur où Louky Bersianik nous rejoint au détour d’une image arrachée au " troubli ", à ce trou d’oubli blotti dans les plis de l’inconscient qui nous aspire parfois dans son incommensurable peine.

Note absolue, charge émotionnelle presque insoutenable, Permafrost évoque les années noires de pensionnat et de peines perdues où beaucoup d’entre nous ont vu leur enfance pétrifiée. Et toujours l’image terrible, intolérable, de la dissolution dans les larmes. Louky Bersianik atteint avec cette oeuvre une pure intensité. Je vous souhaite la même descente au coeur de vous-mêmes et de l’authenticité en attendant qu’il n’y ait plus de temps et que la mémoire redevienne la trame même de l’éternité.

* Louky Bersianik, Permafrost, Leméac, 1997.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2003
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin