| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 15 août 2003

Que Marie Trintignant ne soit pas morte pour rien !

par Florence Montreynaud, historienne et écrivaine






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Droit dans la nuit… À Marie Trintignant…
Marie Trintignant a été tuée par un homme violent : Bertrand Cantat
Réponse à Wajdi Mouawad - Lettre à Marie Trintignant
Affaire Mouawad-Cantat - L’absence
Bertrand Cantat au TNM : mépris et manque de jugement
Cantat-Mouawad-TNM – La cérémonie du pardon
Cantat bientôt libéré ? Qu’attend-on ? Le prochain meurtre ?
"Méfaits divers", de Xavier Cantat, un livre non grata
À la fenêtre
La violence sexiste tue
Marie Trintignant
Mort de Marie Trintignant - Nul n’a su contourner l’agresseur
Marie Trintignant a succombé à des coups violents (Le Monde)







Marie Trintignant est morte hier.

Qu’elle ne soit pas morte pour rien !

Qu’on cesse de qualifier sa mort de tragédie, comme si c’était un effet de la fatalité !

Qu’au-delà de la tristesse, de la douleur, du deuil nécessaire, on remonte aux sources, aux causes, à l’origine du mal. De ce mal qui en France tue une femme tous les cinq jours, qui blesse grièvement, dans leur corps ou dans leur esprit, deux millions de femmes en France, soit une femme adulte sur dix. (Les enquêtes apportent des données comparables pour les autres pays occidentaux.) Et combien de millions d’enfants, témoins ayant parfois cherché à s’interposer, marqués à vie par ce qu’ils et elles ont vu, entendu, ressenti !

Qu’on cesse de blâmer les victimes, de chercher ce qui dans leur passé ou dans leur comportement, peut expliquer l’acte violent. Comme si un acte de destruction pouvait être justifié. Comme s’il avait des causes logiques. Comme s’il y avait la moindre raison valable pour que quelqu’un lève la main sur plus faible que lui.

Qu’on cesse de s’étonner que les victimes aient « mal » résisté, qu’elles ne se soient pas assez défendues. Comme si le problème était en elles. Comme si elles avaient désiré souffrir ou mourir. Comme si elles avaient eu tort de faire confiance à un homme qui disait les aimer.

Qu’on cesse de s’étonner que des hommes bien sous tous rapports puissent AUSSI être des hommes violents. Comme si certains milieux, certaines familles, certains métiers pouvaient être épargnés par la violence. Comme si un homme ne pouvait pas être violent ET souffrir de l’être ; avoir des remords, promettre de ne plus recommencer et craquer de nouveau.

Qu’on cesse de chercher des excuses dans l’absorption d’alcool ou d’autres drogues. Tous les violents ne boivent pas, tous les alcooliques ne battent pas. La drogue peut faciliter le passage à l’acte, elle n’en est pas la cause.

La cause a un nom : la violence masculine. La violence de certains hommes. Une violence liée à la virilité traditionnelle, à la culture machiste. Boire trop, conduire trop vite, chercher à être le plus fort, vouloir prouver qu ?on est fort, frapper, cogner, tuer : quels ravages fait cette virilité !

En France, deux millions d’hommes battent leur compagne ou ex-compagne. Dans un pays si fier de sa tradition de galanterie, un homme sur dix commet des violences graves. Tous les cinq jours en France, un homme tue celle qu ?il considère comme « sa » femme.

Marie Trintignant est morte hier. À qui le tour ?

Arrêtons le carnage ! Apprenons aux hommes et aux garçons à maîtriser leur violence ! Disons et répétons que la violence n ?est jamais une solution. La violence est le problème.

Mis en ligne sur Sisyphe le 15 août 2003

Voir aussi sur Encore féministes !


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Florence Montreynaud, historienne et écrivaine

JPEG - 15.4 ko
Florence Montreynaud.
Photo : Léonore Branche, 2007.


Florence Montreynaud est l’auteure de quinze ouvrages, dont l’encyclopédie Le XXe siècle des femmes (Nathan, 1992), L’Aventure des femmes. XX-XXIe siècle,(Nathan, 2006), et Un siècle d’amour. De 1900 à aujourd’hui (Nathan, 2009). Elle est fondatrice de plusieurs mouvements féministes : les Chiennes de garde, la Meute contre la publicité sexiste et Encore féministes. Voir biographie de l’auteure dans Wikipedia.



Plan-Liens Forum

  • > pourqoi ?
    (1/2) 16 novembre 2004 , par

  • > Que Marie Trintignant ne soit pas morte pour rien !
    (2/2) 26 mai 2004 , par





  • > pourqoi ?
    16 novembre 2004 , par   [retour au début des forums]

    depuis quand faut il avoir une raison pour mourir ? "morte pour rien" ? qu’est ce que ça veut dire ? il y a des milliers de femmes qui meurent de la même façon que l’actrice mais de celles-là on s’en fout elles ne s’appellent pas Marie !!C terrible d’écrire des articles pareil !

    > Que Marie Trintignant ne soit pas morte pour rien !
    26 mai 2004 , par   [retour au début des forums]

    Petite Marie, que ton âme repose en paix... On t’aime.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2003
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin