| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






octobre 2003

À la fenêtre

par Yannick Demers






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Droit dans la nuit… À Marie Trintignant…
Marie Trintignant a été tuée par un homme violent : Bertrand Cantat
Réponse à Wajdi Mouawad - Lettre à Marie Trintignant
Affaire Mouawad-Cantat - L’absence
Bertrand Cantat au TNM : mépris et manque de jugement
Cantat-Mouawad-TNM – La cérémonie du pardon
Cantat bientôt libéré ? Qu’attend-on ? Le prochain meurtre ?
"Méfaits divers", de Xavier Cantat, un livre non grata
La violence sexiste tue
Marie Trintignant
Mort de Marie Trintignant - Nul n’a su contourner l’agresseur
Que Marie Trintignant ne soit pas morte pour rien !
Marie Trintignant a succombé à des coups violents (Le Monde)







Chanson inspirée par la mort de Marie Trintignant, tuée par son conjoint Bertrand Cantat, et par ces milliers d’autres histoires d’horreur vécues au féminin, auxquelles on a envie d’inventer un dénouement plus heureux...



J’ai accroché à la fenêtre
Un tissu noir comme la vie
Pour échapper à la lumière
Qui me fait voir telle que je suis

Je ne quitte plus la fenêtre
Il m’a frappée, il est parti
Je l’avais mérité peut-être
Je l’ai cherché, il me l’a dit

Et cette peur sans paupière
Veillant le jour comme la nuit
Ne me laisse plus le temps de craindre
La violence qui partout le suit


Le corps plié à la fenêtre
Il y a trois jours que j’ai dormi
Et j’ai si peur qu’il revienne
Mais je ne peux vivre sans lui

Et puis un jour il se ramène
Et pour un moment j’ai espoir
Car c’est des fleurs qu’il déchaîne
Des promesses auxquelles je veux croire

Les excuses jaillissent à la pelle
C’est moi qui porte les remords
Pour l’aider il faut que je l’aime
Amour trop grand n’a jamais tort


Et notre histoire reprend racine
Avec mes plaies pour fondation
Je n’ai que lui pour seule estime
Et il me sert d’isolation

Et puis aux caresses passagères
Succède le dénigrement
Les résolutions éphémères
Masquent les armes du conquérant

C’est de moi une image obscène
Qu’il me renvoie tel un miroir
Et je m’effondre dans la haine
De celle qui ne peut plus se voir

Il n’a plus besoin de cogner
Pour que j’acquiesce à demi-voix
Plus même besoin de m’engueuler
Les menaces volent au bout du doigt


En signe de la peur qui me traîne
Au fond de son amour-prison
J’ai fixé à mes pieds des chaînes
Je me suis faite caméléon

Mais jamais bonne, toujours cruelle
Les coups au pas sont revenus
Pour une mauvaise nouvelle
Ou un regard mal rendu


Coup à coup, le silence endure
Mais l’autre jour j’ai dû crier
À ce rythme ce n’est plus la peine
Il va finir par me tuer


De l’hôpital je suis sortie
C’est lui qui m’a raccompagnée
Aux spécialistes je n’ai rien dit
Qu’est-ce que ça aurait bien changé ?

Depuis doublement il me guette
Je suis tendrement isolée
Je ne sais plus pourquoi je l’aime
Mais comment pourrais-je le quitter ?

Comment pourrais-je, moi acrobate
Trouver un plus juste destin
Que cette attention maladroite
Qu’il m’accorde avec les poings ?...


C’est dans les yeux d’une fillette
Exposée dans l’écran télé
Que je me suis vue aussi morte
Que son corps qu’on avait violé

Au fond c’est du pareil au même
Elle et moi sommes toutes deux liées
Femmes victimes de la haine
De celui qui croit posséder


J’ai devant moi le vide immense
Et à me refaire une vie
Quand il remarquera mon absence
Depuis longtemps je serai partie

Je laisse pendus à la fenêtre
La peur et son amour aigri
Quand il se réveillera peut-être
Je serai déjà loin d’ici

(Chanson inédite : paroles et musique de Yannick Demers)

Mis en ligne sur Sisyphe en octobre 2003


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Yannick Demers

L’auteur est candidat au Baccalauréat en Travail social, à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et membre du groupe Hommes contre le patriarcat, dont le site est antipatriarcat.org

Voici comment il décrit ce collectif : "Le collectif Hommes contre le patriarcat est un groupe affinitaire pro-féministe radical, contre le patriarcat et la différenciation sexuelle/genrée, dans une perspective anti-capitaliste, anti-État, anti-racisme ; bref contre tous les systèmes d’oppression."

Yannick Demers se définit depuis plusieurs années comme un chansonnier anarchiste.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2003
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin