| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 3 décembre 2003

Tendance révolutionnaire

par Yannick Demers






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Polytechnique 6 décembre 1989 - Se souvenir que la misogynie peut tuer
Sisyphe endosse la Déclaration du Comité de la Commémoration du 25ème anniversaire de la tragédie du 6 décembre 1989
Tuerie à Montréal - L’assassinat des femmes comme politique sexuelle
Un forum féministe se remémore le massacre de l’École Polytechnique
Louky Bersianik - Sortir de l’oubli
Polytechnique, 6 décembre - À la vie à la mort
Après le film Polytechnique, le dit et le non-dit
Marc Lépine, un tueur transformé en héros
6 décembre 1989 – Comme un volcan mal éteint
Thérèse Lamartine : Polytechnique, le roman
Polytechnique – Le contrôle de la représentation par les hommes
Le film Polytechnique – Impressions en forme de malaise
La tuerie de l’École polytechnique 20 ans plus tard - Appel de communications
Polytechnique - En souvenir de la féministe inconnue
Quatorze d’elles
Se souvenir du six décembre 1989
Lettre de Marc Lépine, meurtrier de 14 jeunes femmes à l’École polytechnique de Montréal en 1989
"Polytechnique" et le féminisme au Canada en 2009
L’angle mort
YWCA Canada demande au gouvernement fédéral un plan d’action pour mettre un terme à la violence contre les femmes et les filles
Marc Lépine, héros et martyr ?
Couvre-feu
La proie pour la lumière
Le massacre de l’École polytechnique de Montréal pourrait-il se produire à nouveau en 2005 ?
Défendre le féminisme, une question de justice et de démocratie
Contrer encore et toujours le ressac anti-féministe et la violence faite aux femmes
Polytechnique 15 ans plus tard : difficile de transcender l’analyse égocentrique
Il y a 15 ans, des meurtres misogynes et antiféministes
Lettres à Marie-France Bazzo concernant ses invités du 6 décembre 2004
Ode aux sur-vivantes
Une violence socialement construite, mais individuellement choisie
Il y a quinze ans le 6 décembre
Nous taire ? N’y comptez pas !
Décembre au coeur
C’était en décembre 1989
Des hommes veulent réhabiliter Marc Lépine
Sel et sang de la mémoire
Pour se souvenir que la misogynie peut tuer







Cette chanson appelle chaque homme à se responsabiliser pour le rôle qu’il occupe, que ce soit un " premier rôle " ou un rôle de soutien, dans l’oppression quotidienne que subissent les femmes " en tant que femmes ". Ce rôle qui permet que se produisent des " 6 décembre 1989 ", qui harasse celles qui se rappellent, qui souhaite qu’elles se taisent et que l’on oublie. Pour que plus jamais la haine ne se conjugue impunément au masculin…


L’homme que je suis en a plus qu’assez d’appartenir au masculin
À partir d’aujourd’hui vous parlerez de lui comme un membre du genre humain
En a plus qu’assez de bénéficier, ne serait-ce qu’indirectement
Du travail volé aux femmes exploitées du ménage à l’accouchement
Je ne veux pas d’un pouvoir que les femmes paient amèrement

L’homme que je suis en a plus qu’assez d’être le marcheur à l’aise
Qui vous fait vous rappeler dès la nuit tombée que vous pourriez être en danger
De la fille que l’on siffle au viol collectif nous profitons directement
De la peur créée qui vous fait plier devant nos commandements
Je ne veux pas d’un pouvoir qui contrôle tous vos mouvements

La contrainte à l’hétérosexualité qui vous fait appropriées
Cette loi qui vous fait vous retourner vers moi peu importe si je vous bats
De la pornographie aux meurtres en série la haine des femmes c’est la guerre
De la jalousie à la misogynie je sers le patriarcat
Si je me tais je collabore avec ce contre quoi je me bats

Allons-nous cesser de vous accuser des misères qu’on a créées
Allons-nous enfin nous responsabiliser pour tout ce qu’on vous fait endurer
C’est beau d’espérer le voir s’envoler mais il est ancré en moi
Le patriarcat j’en ai profité je dois maintenant m’en défaire
C’est pourquoi je suis proféministe tendance révolutionnaire

C’est beau de souhaiter être indifférencié mais il faut livrer combat
Pour y arriver il faut rejeter tous nos privilèges de guerre
Et devenir proféministe - radical - tendance révolutionnaire

(Chanson inédite - paroles et musique Yannick Demers)

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 décembre 2003


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Yannick Demers

L’auteur est candidat au Baccalauréat en Travail social, à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et membre du groupe Hommes contre le patriarcat, dont le site est antipatriarcat.org

Voici comment il décrit ce collectif : "Le collectif Hommes contre le patriarcat est un groupe affinitaire pro-féministe radical, contre le patriarcat et la différenciation sexuelle/genrée, dans une perspective anti-capitaliste, anti-État, anti-racisme ; bref contre tous les systèmes d’oppression."

Yannick Demers se définit depuis plusieurs années comme un chansonnier anarchiste.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2003
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin