| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 12 janvier 2004

Dessins de l’U

par Cristina Castello, poète d’Argentine






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


J’ai déposé mes ailes
Le réveil de la sacrifiée
Enfance violée
Chemins de patience
Comme un cœur qui pleure
Elle marche
Mémoires de femmes
À Nadia Ajuman
Trop près pour que tu me voies
La magie de toi
Haïti - Des énergies positives existent encore
J’ai pas choisi
Dans la peau d’un Noir
Quatre chrysanthèmes
Tu es présente
Femmes-mères
Le coeur au centre
"Nous sommes tous des guerriers", de Sébastien Bec
Je crois en la femme
Envol et autres poèmes
Eux-elles et nous
Dans la Médina
Discernement
Quatre chrysanthèmes
Feux de langue
Le coeur au centre
Luminance
Feu sage
Effritement
Dissolution
Être prostituée, j’en ai jamais rêvé
La peur
Parole de louve
Illustre Mahomet !
Avril et ses vents
Chuchotements écrits
Poèmes de Kaboul
Funeste
Les longs chemins
Sous les cendres
Abnégation
Note finale
Mon bout du monde
L’étoile la plus fade
Comment (version rap)
Bas salaire
Lisse comme une pierre blanche
Chair, chère
Némésis
Intervalle
Fer et feu







Art s’écrit avec U,
La vie se recrée sur U,
La poésie existe à cause de l’U,
La liberté rêve d’U,
La bouche devient veille de baisers
quand elle dit U.

Chopin s’écrit avec U
Redon s’écrit avec U
Desnos s’écrit avec U
Les cloches sonnent en U
La révolte nous sauve par U
Deux U s’attirent dans l’immensité amour.
Ils sont recherche. Rencontre. Épanouissement de l’incomplet.
U est le mythe de l’androgyne primitif de Platon
Fer à cheval, aimant.
Deux U qui se touchent, se vibrent, c’est l’amour.
Ils deviennent cieux.
Deux U
qui construisent un monde
et qui changent le monde, c’est l’amour.

U est dessin d’absence des mots qu’il peuple.
Rares sont ceux qu’il habite.
Mais il est présent quand la parole est confiance.
Pluriel.
Quand le mot n’est pas "moi" mais "nous".
C’est rond le pied à terre de l’U.
Abri. Pain frais. Amour.
Révolution d’innocence, il livre sa lutte,
Armé de mots et de proues célestes,
L’U.
Il s’est battu contre Hitler, la guerre et la mort,
Dans le "H", dans le "M", dans le "G".
La paix est un U,
Colombe, message,
D’Utopie,
D’Union.
Résistance
Toujours dans la résistance
Dans tous les Mais qui ont été
Et qui seront.
Jusqu’à la Liberté.
Contre les oiseaux sans ailes.
Contre les responsables
D’estomacs gémissants
D’yeux en ombres.
De rêves mutilés.
D’obscurité.
Cerf-volant à l’insaisissable, ouverture à l’infini, les bras de
l’U.
Mains à l’inmensité du chef d’orchestre quand la musique arrive,
L’U.
Des yeux au ciel,
Verticaux contre les automnes,
Noces quand l’été,
Bras aux étoiles,
L’U.

L’Univers est l’U.
Et Beethoven à la Neuvième.
Et Picasso au Guernica.
Et Celan quand Celan.

Gourmandise du soleil quand il est désert,
U se plonge avec tréma en ombres.
Des lunettes par honte
De ceux qui décident,
Que le chant s’achève
Que la musique meure
Que la poésie, c’est du lyrisme
Que pour quoi la peinture
Et que le miracle et le mystère sont profanes.
U. Utopie, Univers, Unique,
Se dépouille de lunettes,
Et sans vêtements, il lutte,
Armé
De mots et de proues célestes.

Et alors,
Des yeux bulles d’espoir
Et visages cartes d’êtres en veille
Et certitudes d’allégresse
Et âmes enfants d’adultes innocents.

Azur.
L’azur est un U inverse sur la Terre.
Et dans la Terre, ciel et U, qui sont le même Bien,
donnent le jour à Paris.
L’U, Paris.
Somme de Beauté.
Baie où les bâteaux se moquent de froids,
Sur le dos, sourire à l’Absolu
Des masques grecs
Avec faim d’U.
Art, vie, poésie,
Justice,
S’écrivent avec U.
U.
U est oiseaux en vol,
Avance de baisers,
Utérus de Bien.

Espoir, Embrassement, Caresse, Nid,
Hymne, Soif.
Miroir où l’Univers sourit à la Lumière.

© Cristina Castello

Mis en ligne sur Sisyphe le 13 janvier 2004

19 / 20 "LITTERA lement". En librairie à partir du 15 janvier
2004.
Traduction : Raquel Chazki
Courriel

Voir le site de Cristina Castello


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Cristina Castello, poète d’Argentine
cristinacastello.com

Cristina Castello, poète et journaliste, a réalisé un grand nombre d’entrevues et participé à des chroniques sur l’art et la littérature dans plusieurs journaux et revues en Argentine et à l’étranger. Elle a également travaillé pour la radio et la télévision où, jusqu’en 2001, elle animait la populaire émission Sans masque consacrée à la culture et à des sujets politiques et sociaux. Elle a fait paraître ses poèmes dans diverses publications et sites internet. Elle compte publier bientôt :
Argentine sans masque, un recueil d’ entretiens à la manière d’un portrait de l’Argentine.
Technique et secret de l’entretien journalistique
Prose poétique et poésie
Soif (Poésie)



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin