| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 7 mars 2004


Le Regroupement des femmes québécoises
Mettre le féminisme au coeur du politique

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La parité hommes-femmes en politique, une question de démocratie et de justice
Élection Québec 2014 - Je ne tairai pas ma colère
Sommet sur l’enseignement supérieur au Québec - Y aller ou ne pas y aller ?
Lise Payette - Poursuivre sa route avec une farouche indépendance d’esprit
"Un Québec pour tous" (et pour toutes...) - Discours inaugural de la première ministre du Québec à l’Assemblée nationale
Journée historique pour les femmes du Québec : entre fierté et consternation
Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
Voter vrai
"La Marois" pour qui je vote
Élections 2012 - Le NMQ appelle à choisir le projet de pays avant la partisanerie
Où sont les femmes dans le débat ?
Québec 2012 - Lettre ouverte d’Andrée Ferretti à Pauline Marois
Pauline Marois : l’étoffe d’un premier ministre ?
La remarquable campagne de Pauline Marois
Les Libéraux et l’angoisse de la défaite
Mentir : l’arme corrosive du pouvoir libéral, aujourd’hui comme en octobre 1970
Derrière l’arrestation et la détention de Yalda Machouf-Khadir
Grève étudiante - Les origines d’une rébellion printanière
Honte à vous, Jean Charest
Conflit étudiant - De l’argent pour les étudiantEs … et les autres !
L’"entente" entre le gouvernement et les étudiantEs - Quelle supercherie !
L’égalité hommes-femmes dans la représentation : un objectif collectif
Deuxième Rendez-vous mensuel de la démocratie : "Le taux de participation sous des modes de scrutin proportionnels"
Nous unir et soutenir Pauline Marois pour réaliser l’indépendance du Québec
Les membres du Parti québécois peuvent agir pour que leur parti mérite à nouveau sa réputation démocratique
Encore du chemin à parcourir au Québec pour une pleine participation des femmes à la société
Pas de religion dans les garderies du Québec à compter de juin 2011
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle demande à l’ADQ et à QS d’exiger une réforme électorale complète
La meute est lâchée
Recrutement militaire dans les écoles – Le recul de la FFQ injustifié
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - Il faut des amendements
Les membres du Parti libéral du Québec peuvent compléter la réforme du mode de scrutin
Les membres du Parti québécois doivent préserver l’héritage de René Lévesque
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - L’arbre qui cache la forêt (bis)
Le "old boys network" toujours actif - Une commission à reculons
Égalité - Il est temps de joindre le geste à la parole !
Encore une fois, de nombreuses voix réclament un nouveau mode de scrutin
Pour une représentation équitable des femmes et des hommes en politique - Mémoire du Conseil du statut de la femme sur le projet de loi no 78
14 semaines pour s’engager à améliorer la représentation des femmes dans la députation
Les intérêts de Lucien Bouchard
L’égalité durable - Mémoire déposé à la Commission parlementaire relative à la loi électorale
Urgence démocratique - Il ne reste que 26 semaines pour une réforme du mode de scrutin
Réforme du mode de scrutin - Un consensus citoyen écarté au profit de voix influentes
Ne nous résignons pas à l’idée de subir une démocratie déficiente
Mouvement pour une démocratie nouvelle au Forum social québécois
Islamisme au Canada - "Gardiennes de l’Identité" …non, plutôt gardiennes de l’égalité 
Un budget n’est jamais neutre !
De l’importance des quotas dans les conseils d’administration : réponse à Stephen Jarislowsky
Réforme du mode de scrutin : ne ratons pas les prochaines élections
Le Collectif pour un Québec sans pauvreté inquiet des hausses de tarifs annoncées dans le budget du Québec
Investissons les lieux de pouvoir
Budget du gouvernement du Québec - Le Conseil du statut de la femme énonce ses attentes
"L’équité salariale devient un droit acquis au Québec" - Christiane Pelchat, présidente du CSF
Travailleuses de services de garde et de soins de santé. Résumé du jugement de la Cour supérieure du Québec blâmant le gouvernement
Jean Charest et Pauline Marois : les personnalités politiques les plus utiles à l’égalité des femmes en 2008
PPP - Une dernière occasion d’en parler avant longtemps
La parité au Conseil des ministres : une injustice faite aux hommes ??!!
La parité, un concept aussi important que la territorialité
Des distorsions et des iniquités dues au mode de scrutin
Le 8 décembre, votons contre l’indifférence à la pauvreté
Le Directeur général des élections appelle les Québécois et les Québécoises à exercer leur droit de vote
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle interpelle les partis politiques sur la réforme du mode de scrutin
Les promesses de Jean Charest : une insulte pour les jeunes professionnelles en soins
La Cour supérieure du Québec donne raison à 25 000 travailleuses de la santé et des services de garde dont le gouvernement avait suspendu les droits
"La diversité : une valeur ajoutée". Politique gouvernementale pour favoriser la participation de tous (et de toutes*) à l’essor du Québec
Stratégie gouvernementale d’intégration des personnes immigrantes - Il reste beaucoup à faire, dit la FFQ
Le Parti québécois dépose un projet de loi pour l’accès des enfants à leur pleine pension alimentaire
Tous les votes doivent être égaux, quel que soit le lieu où ils s’exercent et quel que soit le parti choisi
Les organismes communautaires du Québec exigent une rétractation du journal "La Presse"
Pensions alimentaires : Québec pige dans les poches des enfants !
Cocorico de mâles péquistes
Le gouvernement n’a plus aucune raison de priver le Québec d’un mode de scrutin véritablement proportionnel
Québec détourne 46,5 millions par année destinés aux enfants les plus pauvres !
Des dizaines de personnalités appellent à se mobiliser pour la défense d’un système public, accessible et de qualité au Québec
Groupe de travail Castonguay : des groupes de femmes réclament un débat public d’urgence
Boisclair parti, le Parti québécois toujours en quête d’un "sauveur"
Parti québécois - Marois ou Duceppe
Scrutin proportionnel - Dumont et l’ADQ respecteront-ils leur engagement ?
Pour en finir avec le mode de scrutin - Lancement d’une campagne
Le véritable changement viendra lorsque les résultats électoraux seront proportionnels
Élections Québec 2007 - Un véritable séisme, par Michel David, "Le Devoir"
Élection au Québec lundi 26 mars
Élections Québec 2007 - Voter progressiste, c’est voter solidaire
Services de garde - Pourquoi ne pas laisser payer les riches ?
Dossier Élections Québec 2007
La mondialisation menace-t-elle notre culture ? Forum de l’INM
Moi aussi, ma décision est prise
Une politique industrielle au détriment d’une réelle politique du médicament
Politique Québec : dossier principal
Les femmes dérangent
La Loi 57 : la hargne de l’État contre les pauvres
Conséquent ?
Prestation clownesque
Revendications des femmes pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes
Le PQ, un parti à deux étages
Lettre ouverte à André Boisclair - Pourquoi je voterai libéral
Colloque "Des partis et des femmes", les 20 et 21 octobre à Québec
L’élection d’André Boisclair : une élection complimentaire
L’argent plus tôt que prévu en éducation... les élections aussi
Il faut s’attaquer aux mœurs politiques
Projet de réforme du mode de scrutin : un premier bilan
Femmes et élections : de la pluralité des analyses des modes de scrutin
Réforme électorale - Le Conseil du statut de la femme erre complètement !
En prônant le statu quo, le Conseil du statut de la femme fait fi des véritables enjeux pour les femmes
Louise Harel s’oppose à l’instauration d’un scrutin proportionnel au Québec
La Commission spéciale sur la loi électorale : consultations pour la révision du mode de scrutin au Québec
Le gouvernement du Québec doit faire mieux que dans son avant-projet de loi
Manifeste pour un Québec solidaire
Le Groupe Femmes, Politique et Démocratie reçoit le prestigieux "Prix Condorcet-Aron" du Centre de recherche et d’étude politique de Belgique
L’incohérence de Québec dans les services aux familles sème l’inquiétude
Revendications des mères étudiantes et des ménages étudiants du Québec
Une nouvelle ministre de la Condition féminine à Québec
Comment fabriquer un problème
C’est assez !
Prioriser la proportionnelle pour garantir enfin la pleine citoyenneté des femmes
Les travailleuses des services de garde expriment leur colère
Apolitiques, les jeunes femmes ?
Les femmes ont besoin du régime des rentes du Québec
« À bâbord » se penche sur la "réingénierie" de Charest
Un budget équitable au service d’un Québec d’abord solidaire
Appui à la Coalition Solidarité Santé contre le projet de loi 25 à Québec
Le cabinet Charest marque un recul pour les femmes
Des femmes exigent leur place dans les institutions démocratiques au Québec
Au Québec, une consultation bidon sur la pauvreté







Plus ça change, plus c’est pareil, diront celles qui liront l’histoire du Regroupement des femmes québécoises (1976-81) que nous livre Andrée Yanacopoulo de ces "années de luttes passionnées, d’appropriation de notre territoire et d’affirmation de soi". Durant ce périple de cinq ans, hier comme aujourd’hui, des femmes veulent agir sur le plan politique et infléchir le processus de l’indépendance afin qu’il se fasse dans le sens de leurs revendications et des intérêts collectifs de plus de la moitié de la population.

C’est à partir d’un noyau de trois femmes, "le trimmulierat", composé d’Andrée Lavigne, Denise Lavigne et Andrée Yanacopoulo, que s’élabore, au fil des réunions, ce qui deviendra le RFQ, défini comme "un mouvement politique de pression, féministe et autonome, c’est-à-dire libre de toute attache politique autre que celles qu’il se donnera". Pour les organisatrices, l’important est de faire passer la lutte spécifique des femmes avant toutes les autres formes de lutte sociales ou nationales.

Elles partent du postulat de base que les quelque 53% de Québécoises ne sont pas adéquatement représentées dans le PQ et le gouvernement ni leurs besoins pris en considération. Il s’agit donc de veiller à la qualité de l’indépendance, car cette dernière risque fort de se faire sans les femmes et de perpétuer la société patriarcale dans laquelle elles vivent. Pour le RFQ, le féminisme doit transcender toutes les autres idéologies ou lignes de parti et c’est l’affirmation radicale de cette priorité dans le choix des actions qui fera son originalité.

Le congrès de fondation

Parce qu’elles sont indépendantistes, elles envisagent dans un premier temps de s’allier "avec celles qui militent au sein du parti et de les regrouper afin de faire pression sur ce dernier lors de son prochain congrès". Leurs espoirs sont vite déçus parce que les femmes du Comité national de la condition féminine du PQ croient plus efficace de lutter à l’intérieur qu’à l’extérieur du parti. Les militantes du RFQ se contentent donc de faire le bilan du congrès du PQ (27 mai 1977) dans le but de commencer à exercer des pressions sur son exécutif et de l’amener à prendre en compte explicitement et concrètement les demandes des femmes.

Elles entreprennent également une vaste campagne de recrutement et d’autofinancement, car il leur semble de la plus haute importance de ne dépendre de personne d’autre que d’elles-mêmes. Le RFQ prend enfin son envol lors du Colloque du 4 et 5 février 1978. Elles y réaffirment leur autonomie par rapport à l’État, au pouvoir et aux institutions et la volonté de prise en charge complète des processus de solution des problèmes spécifiques des femmes en dénonçant la présence de rapports sexuels de domination dans les domaines politique, économique, social et culturel.

En juin 1978, environ 250 militantes enthousiastes assistent au congrès d’orientation du Regroupement et affirment leur volonté de "travailler à instaurer une société sans exploitation ni oppression, à laquelle les femmes participent à titre de citoyennes à part entière, et en pleine coopération avec les hommes". Elles y font le choix de la non-mixité et de la lutte contre la violence faite aux femmes comme priorité.

Dans le feu de l’action

En 1978, elles participent à la lutte pour le rapatriement de Dalila Maschino, enlevée par son frère algérien, et prennent la tête du mouvement contre la censure de la pièce Les fées ont soif de Denise Boucher, frappée d’une injonction pour sa dénonciation virulente de l’aliénation des femmes par le patriarcat qui les réduits au statut de vierge ou putain.

Leur action la plus spectaculaire reste toutefois l’organisation d’un tribunal populaire contre le viol, précédé par la projection du film Mourir à tue-tête d’Anne-Claire Poirier devant une salle comble. Le 5 juin 1979, en présence de 750 femmes, le tribunal entend les témoignages bouleversants de femmes violées, auxquels viennent s’ajouter ceux de plusieurs spectatrices. Cette expérience illustre combien les victimes de viol sont réduites à l’impuissance lorsqu’il leur faut affronter ces trois systèmes essentiellement masculins que sont les appareils policier, médical et judiciaire. Pour Andrée Yanacopoulo, c’est une belle réussite. Pour la première fois au Québec, le viol faisait figure d’accusé sur la place publique.

Le comité référendaire

En dépit de la volonté du RFQ de mener la lutte des femmes sur le terrain politique, ce n’est que lors du référendum de 1980, après avoir perdu beaucoup de ses membres, qu’il y consacre toutes ses énergies. Il forme un comité qui a pour tâche de déterminer les priorités du regroupement et d’élaborer une stratégie et des moyens concrets afin de s’inscrire efficacement dans le débat référendaire

Les membres du comité référendaire arrivent à la conclusion que les femmes doivent se prendre en main, prendre leurs pouvoirs et désormais penser et agir en femmes. C’est cette priorité qu’elles recommandent d’inscrire au débat référendaire en écrivant "femme" sur leur bulletin de vote. Cette proposition est rejetée par la cinquantaine de militantes présentes sous prétexte qu’un tel mot d’ordre ne sera pas suivi, qu’elles veulent l’indépendance en dépit des blocages du PQ sur la question des femmes, qu’annuler leur vote serait contradictoire avec leur volonté d’être des citoyennes à part entière et qu’un tel geste favorisera le NON.

De leur côté, les éditions du Remue-ménage, appuyés par neuf autres groupes autonomes de femmes optent pour un "oui critique". Nicole Lacelle, en entrevue à l’émission radiophonique Présent Québécois (7-05-80), déclare : "Annuler, pour nous, c’est exempt d’efficacité parce que, le terrain politique, nous ne l’occupons pas, et il s’occupe de nous. […] Après le rassemblement des Yvettes, on aurait été peureuses de ne pas se prononcer. S’il n’y avait pas, je pense, de groupe féministe qui se prononce sur cette question, ça laisserait l’impression que toute la question politique est une affaire qui ne concerne que les hommes alors que ça règle autant la vie des femmes que celle des hommes".

Pour le comité référendaire du RFQ, annuler un vote, de manière concertée et délibérée, c’est refuser d’être complice de la société, c’est affirmer son autonomie et poser la lutte des femmes comme prioritaire. Selon A. Yanacopoulo : " Il faudrait qu’une bonne fois, les femmes utilisent leur pouvoir politique pour faire valoir leurs intérêts à elles".

Oppression spécifique, sociale, nationale

Le débat sur la position référendaire du RFQ ne fera que cristalliser les divergences qui le minent depuis sa création. La cause de son échec est de n’avoir pas su articuler sa lutte prioritaire contre l’oppression spécifique des femmes avec l’oppression sociale et nationale que subissent les Québécoises. En cela, il n’est pas le seul, car telle est la pierre d’achoppement de tous les rassemblements politiques féministes et de gauche au Québec.

Plusieurs militantes ont invoqué pour justifier leur démission : les luttes de pouvoir au sein du comité de coordination, l’absence de collégialité, le manque de cohésion, les divergences idéologiques et fonctionnelles, la priorité accordée aux actions ponctuelles par rapport aux objectifs initiaux du regroupement. Andrée Yanacopoulo pense qu’il s’agit plutôt, dès le départ, d’une contradiction entre celles qui voyaient dans le regroupement une sorte de groupe de conscientisation où prédominaient les rapports personnels plutôt qu’un lieu révolutionnaire pour inscrire les femmes en tant que citoyennes à part entière dans le destin collectif du Québec.

D’intenses débats ont aussi eu lieu en 1980 au sujet de la proposition d’amender la plate-forme pour y lire que, pour le RFQ, "l’objectif premier est de lutter contre l’oppression spécifique des femmes, sans distinction de classe sociale ni d’origine ethnique ni de race". Cet amendement est rejeté par l’assemblée du 25-26 janvier 1980 et remplacé par "l’oppression spécifique des femmes, laquelle atteint tout particulièrement les femmes moins privilégiées". Pour Andrée, Yanacopoulo, il s’agit là d’un "net recul du radicalisme".

Certaines militantes du RFQ considèrent les femmes comme une classe sociale en soi, évacuant ainsi complètement les différences socio-économiques entre celles-ci. Par rapport à une telle position, les féministes marxistes "reconnaissent que les deux systèmes de pouvoir s’articulent dans la réalité et, en partant des acquis du féminisme, elles essaient de développer une perspective de classe à l’intérieur du mouvement". Plusieurs cherchent à articuler les différentes facettes de leur identité comme fondement inaliénable de leur intégrité.

Aujourd’hui, l’ex-fondatrice du RFQ pense que "féminisme et nationalisme, loin d’être antagonistes, sont à vrai dire indissociables. […] On ne saurait être féministe au Québec sans être indépendantiste". C’est sur ce terrain que la rejoint Louise Harel, qui signe la préface.

Il faut savoir gré à Andrée Yanacopoulo d’avoir pu, dans une langue claire, précise, dénuée de toute lourdeur, tirer de l’oubli ce moment important de l’histoire des femmes en le situant de manière très vivante dans les débats de l’époque. L’auteure a puisé dans ses archives personnelles de nombreux documents qui viennent illustrer et renforcer la narration. Une réflexion qui s’impose au moment où le mouvement féministe est à nouveau confronté à diverses options politiques qui engagent son avenir.

Andrée Yanacopoulo est psychiatre, essayiste et éditrice. Elle a dirigé avec Nicole Brossard des collections consacrées à des productions de femmes dans diverses maisons d’édition et, pendant plus de dix ans, a assuré la recension de livres féministes au magazine Spirale.

Andrée Yanacopoulo, Le Regroupement des Femmes Québécoises 1976-1981, Montréal, Point de fuite et Remue-ménage, 2003.

Mise en ligne sur Sisyphe, le 28 février 2004


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin