| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mardi 27 mai 2008
Birmanie - Aung San Suu Kyi restera en isolement

La décision mardi de la junte birmane de prolonger d’un an l’assignation à résidence de la figure de proue de l’opposition Aung San Suu Kyi a été jugée « inacceptable » par un responsable européen, tandis que Washington et Londres faisaient part de leurs inquiétudes.

De son côté, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a déploré cette décision, tout en se disant disposé à poursuivre le dialogue avec le régime.

L’envoyé spécial de l’Union européenne (UE) pour la Birmanie, l’Italien Piero Fassino, a déclaré qu’il s’agissait d’une « décision d’autant plus inacceptable qu’elle viole même la durée maximum de cinq années prévue par les lois birmanes pour les assignations à résidence ».

Mme Suu Kyi, 62 ans, qui dirige la Ligue nationale pour la démocratie (LND), principal parti d’opposition en Birmanie, a été privée de liberté pendant plus de 12 des 18 dernières années.

L’« arrestation simultanée » de 16 militants de la LND « devant la maison d’Aung San Suu Kyi confirme une politique de répression qui ne peut que faire s’éloigner une solution politique à la crise birmane », a estimé M. Fassino dans un communiqué.

Le président américain George W. Bush s’est dit « profondément troublé » par le maintien en isolement de la dirigeante birmane.

« Les Etats-Unis appellent le régime à libérer tous les prisonniers politiques de Birmanie et à commencer un vrai dialogue avec Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie, et les autres groupes démocratiques et des minorités ethniques dans la transition vers la démocratie », a ajouté M. Bush dans un communiqué.

La décision de la junte intervient alors que la Birmanie peine à faire face à la grave crise humanitaire liée au passage du cyclone dévastateur Nargis (133.600 morts et disparus, 2,4 millions de sinistrés).

À ce propos, M. Bush a précisé que les Etats-Unis continueraient « à aider le peuple birman après la dévastation causée par le cyclone ». À Londres, le chef de la diplomatie britannique David Miliband s’est dit attristé par la décision de la junte.

Mme Suu Kyi « a maintenant passé plus de douze des dix-huit dernières années en détention. Le fait qu’elle célèbre son 63e anniversaire le mois prochain dans l’isolement total est un élément accablant contre le régime », a relevé M. Miliband dans un communiqué.

« J’enjoins le gouvernement birman de libérer Aung San Suu Kyi et de lui permettre d’occuper sa place légitime dans le processus d’une véritable réconciliation nationale », a-t-il poursuivi.

« Le retour à la démocratie en Birmanie est toujours vital pour l’avenir à long terme du pays », a-t-il affirmé, tout en estimant que la communauté internationale devait pour l’heure se concentrer sur l’aide aux victimes du cyclone.

« Je regrette la décision » de la junte militaire, a déclaré M. Ban à la presse à New York.

Il a indiqué que malgré cela, il poursuivrait ses efforts diplomatiques vis-à-vis des autorités birmanes, notamment par le truchement de son émissaire spécial pour la Birmanie, Ibrahim Gambari, afin d’obtenir la libération des détenus politiques.

« Plus tôt les restrictions imposées à Mme Suu Kyi et à d’autres personnalités politiques seront levées, plus tôt la Birmanie sera en mesure de progresser vers la réconciliation nationale, la restauration de la démocratie et le plein respect des droits de l’Homme », a-t-il affirmé.

Quant à la France, elle a exprimé sa « plus profonde consternation » et qualifié la décision de la junte d’« arbitraire », dans une déclaration commune du chef de la diplomatie Bernard Kouchner et de la secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme Ramama Yade.

(D’après AFP) - Le 27 mai 2008

Mis en ligne sur Sisyphe, le 27 mai 2008



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 19 juin
MMF - Libérez Ayse Gokkan et les autres militant-e-s
jeudi 25 mai
"Musow, dialogue de femmes", film documentaire sur l’excision
jeudi 24 mars
Mutilations génitales féminines : nous pouvons agir
jeudi 24 mars
L’assassinat de Berta Cáceres ne sera pas vain, par la MMF France
samedi 19 mars
Maroc - Plusieurs organisations dénoncent l’avant-projet de loi sur les violences contre les femmes
mardi 8 mars
JIF 2016 - L’avenir des femmes en Côte d’Ivoire
vendredi 4 mars
Ruptures - "Viols, armes de guerre : 9 mars 2016, pour un tribunal pénal international en République Démocratique du Congo (RDC)"
samedi 27 février
CNDF - Appel à un 8 mars de lutte pour l’égalité femmes/hommes au travail et dans la vie !
mardi 16 février
"Femmes et processus de paix". Le cas de la Bolivie
samedi 6 février
Congo - Le viol, une arme de terreur - Dans le sillage du combat du Docteur Mukwege






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin