| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







lundi 10 août 2009
Ces crimes sont tout sauf honorables

par Micheline Carrier

Refuser de voir que des crimes soi-disant d’honneur se commettent au Canada, afin de protéger les fondamentalistes religieux de présumées attaques racistes, c’est se faire complice de la violence à l’égard de certaines femmes.

Après l’adolescente Aqsa Pervez tuée par son père, il y a moins de deux ans, parce qu’elle ne se conformait pas rigoureusement aux préceptes islamistes sur la tenue vestimentaire et les fréquentations des jeunes filles et des femmes musulmanes, il y a eu récemment les meurtres de trois sœurs adolescentes afghano-canadiennes et de la première femme de leur père à Kingston, Ontario. Il s’est commis d’autres crimes dits d’honneur au Canada, au cours des dernières années, et il y en aura d’autres, mais on essaiera encore d’empêcher leur médiatisation.

Heureusement, il y a des hommes comme Tarek Fatah, ce musulman progressiste qui défie depuis plusieurs années les menaces de mort des extrémistes islamistes - et fait son possible pour éveiller la conscience de certaines féministes. Ce sont des porte-parole musulmans comme lui que je considère d’authentiques pro-féministes, même s’ils ne revendiquent pas ce titre, que les féministes devraient écouter. Tarek Fatah explique que ces meurtres n’ont rien à voir avec l’islam. Ils ont à voir avec « la loi de la Charia, instituée par l’homme, et qui a illégitimement acquis un statut divin, autorise le meurtre des femmes si elles se laissent tenter par des relations sexuelles consentantes avant ou en dehors du mariage. C’est précisément pourquoi de nombreux musulmans progressifs et libéraux se sont opposés à l’introduction de la Charia au Canada. On ne peut nier que l’islam, dans sa version contemporaine, soit obsédé par la sexualité des femmes et la considère comme un problème capital. Le hijab, le niqab, la burka et la polygamie sont tous des manifestations de cette phobie. »

« Les crimes d’honneur ont lieu parce que certains musulmans ont été influencés par leurs mollahs : pour eux, le fardeau de l’honneur familial et de la religion est acquis par la virginité de leurs filles et de leurs sœurs. La plupart des mollahs admettent que, selon la Charia, une femme qui a des relations sexuelles consentantes avec un homme hors du mariage mérite d’être fouettée en public ou lapidée jusqu’à la mort par un État ou un tribunal islamique. Ces islamistes ne voient-ils pas comment cette interprétation peut être perçue par les hommes comme une permission de prendre la loi en main ? »
Lire le texte intégral : « Comment guérir le "cancer" des crimes d’"honneur" », par Tarek Fatah.

La chercheuse et auteure Yolande Geadah est une femme qui ne craint pas, elle non plus, d’affirmer ses opinions sur ces questions, bien qu’elle soit consciente qu’on tente d’empêcher le discours critique sur les dérives islamistes en accusant les auteur-es d’islamophobie ou de racisme.

« Il faut bien réaliser que nous sommes sur une pente très glissante lorsqu’on se porte à la défense de valeurs patriarcales, au nom du respect de la diversité et du multiculturalisme. Le Canada, signataire de nombreuses conventions internationales, a non seulement le droit mais l’obligation de tout mettre en œuvre pour changer les mentalités qui contribuent à nier les droits fondamentaux des femmes. Comment le faire, sans pour autant verser dans le racisme ni marginaliser davantage les membres d’une minorité, est une question cruciale qui mérite réflexion.

« Chose certaine, la pénalité infligée pour de tels crimes au Canada doit être exemplaire et non atténuée pour des considérations culturelles, si on veut lancer un message clair à l’effet que ces crimes ne doivent pas être tolérés. Mais la réponse juridique, aussi ferme soit-elle, ne peut suffire à elle seule à opérer les changements de mentalités qui s’imposent. »
Lire le texte intégral : « Canada - Crime d’"honneur", des mentalités à changer », par Yolande Geadah

D’autres articles récents

* Signes religieux dans les services publics - « La FFQ ne me représente pas », par Édith Guilbert, immigrante

Dans sa lettre à la présidente de la Fédération des femmes du Québec, l’auteure d’origine française écrit : "Tout comme bien d’autres, je considère la religion comme une affaire privée. Il me semble que le Québec s’est battu intensément pour en arriver là. Cette bataille, je la respecte et j’y adhère. Je ne suis pas contre les religions (les gens qui me connaissent en savent quelque chose !!!), mais j’estime que ces dernières relèvent de l’intimité, de la sphère privée."
Lire la lettre.

* « Une autre tuerie misogyne en Pennsylvanie », par Vancouver Rape Relief and Women’s Shelter

Il est troublant de constater que certains dénoncent et répertorient les crimes commis contre des femmes en Amérique ou au Québec seulement quand ces dernières sont des nord-américaines ou québécoises de souche. Cela en dit long sur leur pseudo-engagement féministe contre la violence faite aux femmes et sur la forme de racisme qu’ils pratiquent, en en accusant les autres. Lire la lettre.

* « Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand »
Lettre ouverte des Chiennes de garde au ministre de la Culture au sujet du soutien qu’il a donné au rappeur misogyne Orelsan
Lire la lettre.

* Arabie saoudite - « L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place », par Ahmed Halli
L’écrivaine saoudienne contestataire Wajiha Al-Howeidar sait mieux que quiconque les conditions draconiennes imposées aux femmes du royaume. Elle refuse notamment de s’estimer satisfaite parce qu’on annonce quelques timides réformes dans ce pays fermé. Alors, sommée de modérer ses critiques et de revoir ses exigences concernant la condition féminine, elle pose ses conditions. Savoureux.
Lire l’article.

* « Israël - Deux femmes ministres effacées d’une photo »
Il n’y a pas que les intégristes islamistes à être "dérangés" par la présence, le corps et parfois l’existence même des femmes. Partout où sévissent les extrémismes religieux, des hommes se convainquent que les femmes sont un danger pour eux. Alors, à défaut de les faire disparaître sous un nikab ou une burqa, ils effacent leur "portrait".
Lire la brève.

Site Sisyphe.
Courriel.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 août 2009



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


vendredi 9 novembre
Pour garder vivante la mémoire des disparues de Polytechnique
jeudi 2 février
"Souvenez-vous, résistez, ne pliez pas"

jeudi 10 novembre
À la mémoire de nos mortes
lundi 10 août
Ces crimes sont tout sauf honorables
mardi 4 août
Une autre tuerie misogyne en Pennsylvanie, par Vancouver Rape Relief and Women’s Shelter
vendredi 8 décembre
Les meurtres sexistes depuis un an au Québec
mercredi 27 septembre
Affaire Sohane : une cour reconnaît qu’il s’agit d’un crime sexiste
dimanche 4 décembre
Depuis 1989, 615 femmes + 176 jeunes ou enfants tués par des hommes
dimanche 14 août
Mexique : Vérité et justice pour les femmes assassinées et enlevées à Ciudad Juárez et à Chihuahua
mercredi 25 mai
Un déficit de 66 millions de femmes






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin