| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







vendredi 18 juin 2010
Un historien prend l’exemple du féminisme

Il s’agit de Louis-Georges Tin, invité de l’excellente émission quotidienne d’Emmanuel Laurentin sur France-Culture, « La Fabrique de l’Histoire ». Chaque vendredi, un-e historien-ne répond à la question « À quoi ça sert, l’histoire ? » Voici le texte de Louis-Georges Tin, que je remercie pour son obligeance à me le communiquer pour diffusion dans notre réseau (et au-delà !) :

« A quoi ça sert l’histoire ? À faire apparaître des processus, là où ne voyons que des résultats.

Or, cette démarche singulière n’est pas sans conséquence. Pour illustrer cette idée, un exemple suffira. Il concerne l’histoire des femmes.

J’ai souvent rencontré des jeunes filles qui me disaient :

- Moi au moins, je ne suis pas féministe. Je suis même antifémiste.
Cette attitude me semblait assez étonnante. Je leur demandais alors :

- Mais êtes-vous contre le droit de vote pour les femmes, êtes-vous contre l’égalité salariale entre hommes et femmes, ou contre le droit à la contraception ?

Bien entendu, elles répondaient par la négative. Évidemment, elles étaient pour le droit de vote pour les femmes, elles étaient pour l’égalité salariale et pour le droit à la contraception.

- Mais d’après vous, leur demandais-je, à qui devons-nous tous ces progrès sociaux ? Ne serait-ce pas, par hasard, aux mouvements féministes ?...

Pourquoi ces jeunes filles vont-elles jusqu’à se dire antiféministes ? Parce que, au-delà du stigmate social qui pèse sur le féminisme en général, on leur a appris, dans le meilleur des cas, l’histoire des résultats. On leur a appris par exemple que, dans sa grande bonté, le général de Gaulle a « accordé » le droit de vote aux femmes à la fin de la seconde guerre mondiale. Or, si on leur avait appris l’histoire des processus, elles auraient entendu une tout autre version. Elles auraient appris que, après plusieurs décennies de combats acharnés, les mouvements féministes avaient finalement obtenu le droit de vote pour les femmes à la fin de la guerre.

Évidemment, si l’histoire des processus était mieux partagée, toutes ces jeunes filles auraient eu une autre vision du féminisme. Mais faute d’attribuer aux mouvements féministes le crédit qui leur revient, elles étaient plus accessibles au discrédit qui pèse sur le féminisme en général, qui leur apparaît tout au plus comme un mouvement d’emmerdeuses sans humour, un mouvement tout à fait inutile dans le meilleur des cas. Mais ce n’est ici qu’un exemple, et on pourrait en dire tout autant pour ce qui est de l’histoire des mouvements homosexuels, des mouvements noirs, des mouvements syndicaux, etc.

En ce sens, on le voit bien, la véritable Histoire consiste à faire apparaître « l’Ordre des processus » derrière « l’Ordre des résultats ». Et cette connaissance constitue bien souvent un enjeu politique. Mais il y a ceux qui ignorent ces processus, et ceux qui ont intérêt à ce qu’on ignore ces processus... »

* Louis-Georges Tin, maître de conférences à l’Université d’Orléans et à l’EHESS, a publié entre autres le Dictionnaire de l’homophobie (PUF 2003), et L’Invention de la culture hétérosexuelle (Autrement, 2008).

Vous pouvez écouter son intervention à cette page.

Transmis par Florence Montreynaud du réseau Encore féministes !

Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 juin 2010



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


samedi 3 décembre
L’Université de Montréal se mobilise contre la violence faite aux femmes
samedi 26 novembre
Condition féminine Canada - Appel de candidatures de groupes pour la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
vendredi 25 novembre
Condition féminine Canada - 16 jours d’actions contre les violences fondées sur le sexe
samedi 19 novembre
Le Conseil du statut de la femme demande une enquête indépendante sur le racisme systémique envers les Premières Nations
mercredi 9 novembre
MMF - 25 novembre 2016 : Debout contre les violences contre les femmes !
lundi 31 octobre
Question trans - Moratoire sur le projet de loi C-16, pétition
vendredi 28 octobre
Secrétariat à la condition féminine du Québec - Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles 2016-2021
jeudi 27 octobre
Le Conseil du statut de la femme présente la recherche "L’engagement des femmes dans la radicalisation violente"
jeudi 20 octobre
Agressions sexuelles - Le Conseil du statut de la femme presse le gouvernement d’agir
mardi 18 octobre
Des Canadiennes honorées par le gouverneur général pour leur contribution à l’avancement de l’égalité entre les sexes






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin