| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







jeudi 15 juillet 2010
La "tentative" d’ordonner une femme, un "délit" plus grave que les actes de prêtres agresseurs d’enfants

Ordonner une femme entraîne l’excommunication automatique, mais ce n’est pas le cas des actes de prêtres pédophiles. Ils "pourraient" être renvoyés, mais ne le sont pas forcément. Dans la pratique, ils restent dans l’Église catholique, qui les protège. On voit où se situent les valeurs du Vatican. (Voir les nouvelles normes sur les délits graves.) Quoi qu’il en soit, ces prêtres devraient être automatiquement traduits devant les tribunaux non civils et criminels et être traités comme n’importe quel individu qui se rend coupable d’agressions contre des mineur-es. Le Vatican est un État, il adopte sa propre politique. Mais pourquoi accepterions-nous davantage qu’il juge les criminels de son État selon ses propres lois que nous n’accepterions que des tribunaux islamiques jugent d’autres criminels ? Micheline Carrier

____________________

Toute « tentative d’ordonner une femme » constitue « un délit grave contre la foi », affirme le Vatican dans un document présenté jeudi à la presse, qui durcit par ailleurs les règles contre la pédophilie au sein du clergé.

Dans ce document baptisé « normes sur les délits les plus graves », le Vatican a mis à jour ses règles vis-à-vis des sacrements.

Ainsi, la tentative d’ordination de femmes, qui entraîne déjà l’excommunication automatique, figure parmi les délits les plus « graves » qui seront traités par la Congrégation pour la doctrine de la Foi.

Toutefois, en présentant ce texte, le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a fait la distinction entre l’ordination des femmes, « un délit contre le sacrement », et les actes pédophiles, des offenses « à la morale ».

- Nouvelle de l’Agence France-Presse Cité du Vatican relayé par Cyberpresse.

Ce texte cite aussi parmi les « délits contre la foi » « l’hérésie, l’apostasie et le schisme ».

Mise en ligne sur Sisyphe, le 15 juillet 2010



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


mercredi 18 février
"Blasphémateur", récit d’un emprisonnement, par Ana Pak
lundi 7 janvier
Les folies des religions devriendront-elles la folie des juges ?
jeudi 15 juillet
La "tentative" d’ordonner une femme, un "délit" plus grave que les actes de prêtres agresseurs d’enfants
mercredi 16 juin
Une lettre au cardinal Ouellet : cessez de vouloir contrôler les femmes
mercredi 20 janvier
13 malentenduEs, la part manquante des Évangiles.
samedi 7 avril
Importance des religions dans la société québécoise
lundi 2 avril
La religion dans l’espace public (Revue Relations de mai)
dimanche 1er avril
Droits des femmes et pratiques religieuses - Quels accommodements raisonnables ?
samedi 1er avril
La lutte contre les droits des victimes du clergé catholique, par Martin Dufresne
vendredi 27 mai
Défiant le pape, neuf femmes seront ordonnées prêtres ou diacres au Québec






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin