| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







lundi 20 septembre 2010
Élections en Afghanistan : peu de succès

(REUTERS/Parwiz) - Les attaques des taliban contre les bureaux de vote n’auront finalement été que sporadiques. Mais il y a eu des fraudes et la participation n’a pas été massive. "Un bilan mitigé", reconnaissait, peu après la fermeture des bureaux de vote, le chef de la mission de l’ONU en Afghanistan, Staffan de Mistura. Ce samedi 18 novembre, un peu plus de dix millions et demi d’Afghans étaient appelés aux urnes pour élire les 249 députés de leur assemblée nationale parmi plus de 2500 candidats.

Ces élections législatives, les deuxièmes depuis 2001, se tenaient sous la menace des taliban. Ceux-ci n’auront toutefois pas réussi à perturber sérieusement les opérations, dont pas moins de 400 000 policiers et soldats, afghans et étrangers, assuraient la sécurité. La plupart des bureaux étaient ouverts - 15% environ seraient restés fermés- et les attaques ont été sporadiques, même si elles ont tout de même fait une dizaine de morts.

En revanche, la participation ne semblait pas très élevée, bien que supérieure à celle - 30%- relevée lors des élections présidentielles. Surtout, quelques heures seulement après l’ouverture du scrutin, la commission des plaintes électorales relevaient déjà des irrégularités dans certains bureaux de Kaboul... Il faut dire que, ces derniers jours plusieurs fausses cartes d’électeurs avaient été saisies dans la capitale ainsi que dans les provinces de Ghazni et de Ghor.

Karzaï souhaite une assemblée plus docile

L’enjeu politique de ces élections, dont les résultats doivent en principe être connus le 31 octobre, n’est pas très important. La quasi-totalité des pouvoirs est en effet concentrée dans les mains de la présidence. Hamid Karzaï n’en a pas moins suivi de près le scrutin de ce samedi. Lors de la dernière législature, les parlementaires étaient rentrés en conflit avec lui à plusieurs reprises, contestant notamment la nomination de certains ministres.

Le chef de l’Etat afghan souhaite de toute évidence que la nouvelle assemblée soit plus docile. D’autant qu’il pourrait avoir besoin du soutien des députés s’il réussissait à négocier un accord avec l’insurrection qui le conduise à proposer une réforme de la constitution et un partage du pouvoir avec les taliban. Un soutien qui pourrait ne pas être automatique dans une assemblée dont le quart des sièges est réservé à des femmes. Plusieurs élues du parlement sortant avaient ainsi critiqué l’été dernier la convocation par le chef de l’Etat d’une "jirga" - assemblée traditionnelle- censée examiner les conditions d’une éventuelle négociation avec les taliban.

Dominique Lagarde, 18/09-2010



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 10 mai
"De la burqa afghane à la hijabista mondialisée" (Carol Mann) - Recension d’Ana Pak
dimanche 18 mars
देवी - ELLE, une immersion dans la vie quotidienne des femmes indiennes, par Mélanie Dornier
mardi 6 mars
ONU Femmes - Femmes du monde, unissez-vous !
mardi 6 mars
Conseil des femmes francophones de Belgique - Le sexisme est hors-jeu
Contre la nomination du rappeur Damso comme porte-étendard au football

samedi 3 mars
JIF 2018 - "L’heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes" (ONU Femmes)
mardi 6 février
Conférence : Les enjeux humains de la migration, le 7 février à 19 h
mercredi 1er novembre
Choisir où vont nos solidarités - Yolande Geadah répond à Pascale Navarro
lundi 19 juin
MMF - Libérez Ayse Gokkan et les autres militant-e-s
jeudi 25 mai
"Musow, dialogue de femmes", film documentaire sur l’excision
jeudi 24 mars
Mutilations génitales féminines : nous pouvons agir






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin