| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mercredi 9 février 2011
Islamistes politiques et médias.
Mise à jour de la revue de presse, par Micheline Carrier

Après s’être montrés discrets au début des soulèvements populaires en Égypte, les Frères musulmans, un puissant groupe intégriste créé dans les années 20, ont progressivement affirmé leur présence. Ce groupe fait maintenant partie des interlocuteurs principaux du régime dans les discussions censées aboutir à une transition satisfaisante pour le peuple. Et il appelle à une grande manifestation*, demain, le 8 février. Une volonté de leadership et d’encadrement des contestations non structurées qui contraste avec son soi-disant "profil bas" du début des manifestations. L’organisation prétend ne pas aspirer au pouvoir et ne pas avoir l’intention de présenter un candidat lors d’une élection présidentielle. Qui les croit ?

Je me préoccupe, quant à moi, du fait que les jeunes et les femmes pourraient ne pas tirer profit de cette révolution si des groupes religieux intégristes imposent leurs exigences en retour de leur collaboration. Le peuple les suivrait-il ? Non, disent plusieurs spécialistes de la question. Je n’en suis pas si sûre. Certain-es parlent de "l’épouvantail islamiste", comme si la présence des islamistes était une vue de l’esprit. Le groupe est très bien organisé et sait attendre son heure, selon les spécialistes qui observent les stratégies de ce mouvement depuis des décennies. On peut me traiter d’alarmiste, mais il faut reconnaître que les Frères musulmans n’ont pas un passé très rassurant en ce qui concerne la place des femmes dans la société et dans le monde.

Les médias du Québec, Radio-Canada en tête, se sont employés depuis une semaine à nier la possibilité que les Frères musulmans profitent des soulèvements populaires et de la désorganisation des autres groupes d’opposition pour asseoir leur pouvoir. On a insisté sur la marginalité de l’organisation - 20 à 30% d’appuis fermes, est-ce si marginal ? On a dit que les Frères musulmans étaient plutôt effacés. Si effacés que tout le monde parle d’eux depuis trois jours et en oublie presque les motifs de la révolte populaire. On a dit qu’on brandissait le spectre de l’islamisme radical pour faire peur, que cela faisait le jeu des États-Unis, et même que c’étaient peut-être les États-Unis et Israël qui agitaient ce spectre pour discréditer l’islamisme. On a affirmé que les Frères musulmans étaient des modérés - un animateur de Radio-Canada a vu dans le fait qu’ils se rasent la barbe pour participer aux manifestations un signe qu’ils sont devenus plus modérés, "et il faut le souligner", a-t-il précisé. Absolument risible. Cela fait simplement partie d’une stratégie pour se fondre dans la masse, se faire accepter afin de mieux réaliser leur agenda à moyen terme.

On a dit aussi que si l’on cherchait vraiment à instaurer un régime démocratique, il faudrait les inclure dans le processus politique. Un pays qui aspire à la démocratie est-il obliger d’accepter qu’un groupe intégriste, antidémocratique par définition, et dont le programme se résume en substance à la soumission à la volonté d’Allah, qui prône la charia comme politique d’État, soit reconnu comme parti politique ? Étant donné la répression qu’imposent toutes les religions, on peut difficilement concevoir que la démocratie éclose au sein d’un régime politique autre que laïque. Ce qui ne veut pas dire qu’un régime laïque est nécessairement garant de la démocratie et de la liberté. Le peuple égyptien ne se révolte-t-il pas contre un dictateur laïque ? Il se pourrait aussi que le gouvernement Moubarak fasse alliance avec les islamistes pour constituer un gouvernement de coalition. Ou que l’armée et les islamistes prennent ensemble le pouvoir. Dans tous ces scénarios, où est la démocratie, où est l’instauration d’un régime fondé sur les libertés civiles et les droits ?

Le peuple égyptien voudra-t-il remplacer une dictature laïque par une dictature religieuse ou militaire ?

Qui sont les frères musulmans ?

« L’organisation islamiste des Frères Musulmans est la plus ancienne et la plus puissante d’Egypte. La confrérie, créée en 1928 par Hassan al-Banna, le grand-père de Tariq Ramadan, est aujourd’hui le principal mouvement d’opposition à Hosni Moubarak. Mais les Frères Musulmans égyptiens sont aussi bien plus que cela. Ils sont le mouvement islamiste le plus influent du monde arabe, celui qui a donné naissance au djihad (guerre sainte) moderne et l’a marié au salafisme (le désir de retour à un Islam des origines) venu d’Arabie saoudite. La devise des Frères Musulmans résume bien leur idéologie : « Dieu est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution, le djihad notre voie, le martyr notre plus grande espérance ». Tout un programme. Lire la suite.

Le journaliste François Brousseau reconnaissait les Frères musulmans comme groupe intégriste, hier sur les ondes de Radio-Canada. Il estimait qu’ils étaient marginaux, tout en concédant qu’ils se rapprochent des manifestants et s’affirment davantage depuis quelques jours. Je souhaite simplement qu’ils ne récupèrent pas à leurs fins la révolte du peuple égyptien. Si c’est le cas, verrons-nous les médias, qui ont minimisé l’importance de ces intégristes, reconnaître leur insouciance et rappeler l’aspiration du peuple à la liberté ? Peut-être se tairont-ils tout simplement, par perte d’intérêt pour le sort du peuple égyptien, et iront-ils au coeur d’une autre crise quelque part dans le monde. En attendant, à plusieurs émissions, notamment à Christiane Charette, on se spécialise dans les témoignages de journalistes attaqués et brimés. On présente maintenant les journalistes comme des acteurs à l’avant-scène de cette révolution. Comme si cela était l’essentiel de la révolution populaire. Information spectacle. C’est peut-être autant par les médias que par les intégristes que le peuple se fera voler sa révolution.

* Lire le compte-rendu de cette manifestation sur le site de Radio-Canada, le 9 février. On n’y mentionne plus l’initiative des Frères musulmans dans cet événement.

Revue de presse mise à jour

- "Les Frères musulmans veulent créer un parti politique", Le Monde, le 15 février 2011. "Samedi, au lendemain de la démission du raïs, les Frères musulmans ont annoncé qu’ils ne brigueraient pas la présidence et ne viseraient pas une majorité dans le futur Parlement."

- "Révolution post-islamiste", par Olivier Roy, Les Monde, Point de vue, le 12 février 2011
- Plaidoyer de Sophie Langlois en faveur des Frères musulmans, RDI Radio-Canada, émission spéciale sur l’Égypte avec Simon Durivage, vendredi, le 11 février 2011. "J’espère qu’on va laisser les Frères musulmans se présenter aux élections", etc.
- "Droits des femmes en Tunisie et en Égypte - Le cœur et la pensée ailleurs", par Micheline Carrier, Sisyphe
- "En Egypte, les Frères musulmans inspirent méfiance ou déférence", AFP, 10 février 2011
- "La presse arabe inquiète du retour en force des Frères musulmans", Le Monde, 6 février 2011.
- "La revanche des Frères musulmans en Égypte", Mondeactu.com, 8 février 2011
- "Egypte : qui sont les Frères musulmans ?", Matière et Révolution, 7 février 2011.
- "Printemps arabe, le risque est pour demain. La menace islamiste n’est pas qu’un fantasme des Occidentaux", Le Point
- "De la démocratie en terme d’islam", Le Point, 10 février 2011
- "Les Frères musulmans et la transition égyptienne", dans Mondeactu.com, 7 février 2011.
- "Les revendications des Frères musulmans sont plus politiques que religieuses", L’Express, 4 février 2011.
- "Egypte : que veulent les Frères musulmans ?", L’Express, le 9 février 2011.
- http://fr.wikipedia.org
- "Le grand retour des frères musulmans", Michèle Ouimet, La Presse.
- "Qui sont les Frères musulmans ?"
- "Égypte : le régime discute avec les Frères musulmans"
- "L’Égypte en quelques chiffres"
- "Tarik Ramadan et les Frères musulmans", par Caroline Fourest.
- "En Egypte, les Frères musulmans cherchent surtout une reconnaissance", Le Monde.
- "Amr Moussa : l’analyse des Occidentaux sur le rôle des Frères Musulmans "est fausse", Le Monde, 9 février 2011. Amr Moussa est secrétaire général de la Ligue arabe depuis 2001.
- Les « Frères » face à l’armée, par Lysiane Gagnon, La Presse.
- "L’islamisation touche les femmes de toutes les couches de la société égyptienne", L’Express, le 9 février 2011.
- "Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom", par Micheline Bail, écrivaine
- "Tariq le terrible", par Nathalie Petrowski

Aussi :
- "The Muslim Brotherhood’s Penetration of the Obama Administration", dans FrontPagemag.com, et sa version française sur http://www.pointdebasculecanada.ca/...> http://www.pointdebasculecanada.ca/article/1453-la-penetration-de-ladministration-obama-par-les-freres-musulmans.php"target="blank">Point de bascule.
- "Les Tunisiennes redoutent le retour des islamistes".

Mis en ligne sur Sisyphe, le 7 février 2011



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 24 mars
Mutilations génitales féminines : nous pouvons agir
jeudi 24 mars
L’assassinat de Berta Cáceres ne sera pas vain, par la MMF France
samedi 19 mars
Maroc - Plusieurs organisations dénoncent l’avant-projet de loi sur les violences contre les femmes
mardi 8 mars
JIF 2016 - L’avenir des femmes en Côte d’Ivoire
vendredi 4 mars
Ruptures - "Viols, armes de guerre : 9 mars 2016, pour un tribunal pénal international en République Démocratique du Congo (RDC)"
samedi 27 février
CNDF - Appel à un 8 mars de lutte pour l’égalité femmes/hommes au travail et dans la vie !
mardi 16 février
"Femmes et processus de paix". Le cas de la Bolivie
samedi 6 février
Congo - Le viol, une arme de terreur - Dans le sillage du combat du Docteur Mukwege
mardi 8 septembre
Les deux Aylan ou la compassion sélective, par Rudi Barnet
lundi 15 juin
Professions libérales - Les oubliées des politiques d’égalité femmes-hommes ? Le Laboratoire de l’égalité






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin