| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







jeudi 5 août 2004
Le Prix John-Humphrey pour la liberté à une militante pour la défense des droits des femmes rwandaises

Montréal, le 8 juillet 2004 - C’est à Godeliève Mukasarasi (Rwanda) que le Prix John-Humphrey pour la liberté est décerné cette année pour souligner sa contribution exemplaire à la promotion des droits de la personne et du développement démocratique. Rescapée du génocide, fondatrice de SEVOTA (Structure d’Encadrement des Veuves et des Orphelins de Taba), travailleuse sociale au Réseau des femmes oeuvrant pour le développement rural, madame Mukasarasi est incontestablement une militante exceptionnelle pour la défense des droits des femmes rwandaises.

« Avec son courage, sa ferveur et son engagement inlassable, elle est parvenue à gagner la confiance des victimes de viols et de violence sexuelle, plus particulièrement auprès de celles qui ont contracté le VIH-sida, à briser le silence et la honte et contribuer à assurer que ces femmes obtiennent justice », souligne madame Kathleen Mahoney, présidente du Conseil d’administration de Droits et Démocratie, à propos de la lauréate.

Madame Mukasarasi oeuvre depuis plusieurs années comme militante pour améliorer le statut et le sort des femmes dans son pays. Son engagement est contagieux puisque SEVOTA chapeaute maintenant quelque 80 organismes dont l’Urunana composé de 230 femmes Tutsi et Hutu survivantes du génocide.

Elle a facilité les témoignages des victimes rwandaises devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) et a favorisé l’accès aux soins de santé des victimes de viol au niveau national. Grâce à la contribution des femmes de Taba à documenter les crimes de violence sexuelle, pour la première fois, le 2 octobre 1998, une cour internationale a puni la violence sexuelle perpétrée dans le cadre d’une guerre civile, et reconnu le viol comme un acte de génocide ainsi qu’un acte de torture.

Le travail de Droits et Démocratie au Rwanda a débuté avant le génocide de 1994 et se poursuit à ce jour. En ce sens, nous appuyons le travail des défenseurs des droits de la personne rwandais dans leurs efforts pour bâtir une société fondée sur la confiance, la tolérance et le respect de l’état de droit. Plus particulièrement, à travers son travail avec la Coalition sur les droits des femmes en situation de conflits qu’il coordonne, Droits et Démocratie s’est engagé dans la lutte contre l’impunité. Ainsi, avec nos partenaires, nous luttons et oeuvrons à assurer que les responsables des crimes de violences sexuelles soient poursuivis en justice devant le TPIR.

« Après avoir manqué à leur devoir au Rwanda, les grandes puissances et la communauté internationale ont aujourd’hui la responsabilité de faire barrage aux crimes contre l’humanité, de renforcer les mécanismes de prévention de conflit et le système de justice internationale incarné notamment par la Cour pénale internationale (CPI). Le Canada doit mettre tout son poids dans la balance pour que cessent les situations semblables ou voisines de celles qui ont fait basculer le Rwanda, il y a dix ans, dans l’incivilité et la violence extrêmes », précise monsieur Jean-Louis Roy, président de Droits et Démocratie.

Droits et Démocratie décerne chaque année, depuis 1992, le Prix John-Humphrey pour la liberté. Créé pour rendre hommage au Canadien John Peters Humphrey, professeur de droit qui a préparé le premier projet de la Déclaration universelle des droits de l’homme, le prix comprend une bourse de 25 000 $ et prévoit une tournée de villes canadiennes en décembre 2004 afin de sensibiliser le public au travail pour les droits humains de la lauréate.

Droits et Démocratie est un organisme non partisan investi d’un mandat international créé en 1988 par le Parlement canadien pour encourager et appuyer les valeurs universelles des droits humains et promouvoir les institutions et pratiques démocratiques partout dans le monde.

-30-

Relations extérieures : Louis Moubarak ou Steve
Smith Téléphone : (514) 283-6073. Télécopieur : (514) 283-3792.
Site internet


VOIR EN LIGNE : Droits et Démocratie


Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 3 décembre
Appel à communication pour colloque international - L’après-génocide, Trauma, transmission et réinventions
dimanche 16 novembre
Viols, armes de guerre dans les conflits armés : comment les associations de femmes et de féministes luttent contre l’impunité des coupables
mardi 7 octobre
Colloque "Les femmes déclarent la paix"
mardi 14 octobre
Une marche et une chaîne humaine contre la guerre, samedi le 18 octobre à Montréal
mardi 24 juin
Une opposition de rue à la guerre
mardi 27 novembre
Le déshonneur des Casques bleus
mardi 20 novembre
Un monde de femmes - Conférence de l’AFAI
mardi 1er août
Le Québec se mobilise pour la justice et la paix au Liban...maintenant !
lundi 24 octobre
Les Semaines éco-féministes du Centre des femmes d’ici et d’ailleurs
mardi 10 mai
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité a fait escale à Québec






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin