| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mercredi 23 mars 2011
La Coalition féministe abolitionniste pancanadienne interviendra en Cour d’appel de l’Ontario dans la cause Bedford c. Canada

Montréal, 11 Mars 2011 - Une coalition pancanadienne de sept organisations de femmes soucieuses des garanties d’égalité inscrites dans la Constitution a obtenu aujourd’hui la permission d’intervenir en Cour d’appel de l’Ontario dans la cause Bedford c. Canada. Forte de l’expertise et de l’expérience exhaustive de ses membres, la Coalition fait le choix d’une voie différente. Ensemble, ses membres plaident pour une alternative aux lois prostitutionnelles qui criminalisent les femmes les plus pauvres et les plus défavorisées, mais elles rejettent la proposition de légitimer les proxénètes, les clients et les propriétaires de bordels au prix des droits constitutionnels des femmes à l’égalité.

La Coalition féministe abolitionniste pancanadienne soutient que le Canada a l’obligation constitutionnelle de protéger l’égalité des femmes et devrait par conséquent décriminaliser celles qui sont amenées à la prostitution, notamment en raison de leur sexe, de leur pauvreté ou de leur origine raciale – en d’autres termes, par une situation désavantagée.

« Les femmes autochtones sont surreprésentées et victimisées dans l’industrie du sexe, ce qui témoigne clairement du lien entre le racisme et la misogynie dans la prostitution », déclare Jeannette Corbière Lavell, présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada. D’autre part, ajoute-t-elle, « décriminaliser l’industrie ne fera qu’accroître le commerce illégal et légal d’achat et de vente de femmes ». Cela aura pour effet d’aggraver les conditions de vie des femmes les plus défavorisées.

La Coalition de femmes revendiquant l’égalité fait valoir que le droit canadien doit continuer à criminaliser les personnes qui en exploitent d’autres. Présentement, la loi n’accorde à personne le droit d’acheter du sexe ou de prostituer des femmes et des filles (ou les quelques hommes et garçons) dans l’industrie du sexe. Si elle le faisait, nous assisterions à une montée de la traite à des fins de prostitution, une multiplication de la prostitution de rue illégale et une augmentation du risque pour les enfants, particulièrement les très jeunes filles.

Au Canada, il est interdit aux hommes de solliciter des femmes en vue d’acheter du sexe, et il leur est interdit de prostituer d’autres personnes. « Nous départir de ces lois équivaudrait à commercialiser l’exploitation des femmes et à renforcer davantage l’inégalité des femmes. C’est interdit par la loi au Canada et c’est contraire au droit international », conclut Diane Matte de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle, porte-parole de la Coalition.

Membres de la Coalition :
1. La CLES – Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle
2. RQCALACS – Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel
3. ACCCACS – Association canadienne des centres contre les agressions à caractère sexuel
4. AOcVF – Action ontarienne contre la violence faite aux femmes
5. NWAC – Association des femmes autochtones du Canada
6. ACSEF – Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry
7. VRRWS – Vancouver Rape Relief and Women Shelter

Contact médias :

Axelle Beniey au 514 750-4535 ou Diane Matte au 514 601-4536
la CLES.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 mars 2011



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


mercredi 20 septembre
CSF - Pour atteindre l’égalité, il faut appeler une femme une femme !
mardi 30 mai
"Un trop Grand Prix pour les femmes et les filles", une campagne de sensibilisation à l’exploitation sexuelle
lundi 27 mars
Gai Écoute Panels 2017, le 21 avril
vendredi 17 mars
Revue Relations - Violences faites aux femmes : le Québec à un tournant ?
dimanche 5 mars
"Dis, c’est quoi le féminisme ?" par Nadia Geerts
mardi 24 janvier
Conférence - Le racisme systémique entre justice sociale et persistance
jeudi 19 janvier
Le groupe de recherche d’intérêt public du Québec (GRIP-Q) à McGill : Contre les mascu au Rialto !
samedi 3 décembre
L’Université de Montréal se mobilise contre la violence faite aux femmes
samedi 26 novembre
Condition féminine Canada - Appel de candidatures de groupes pour la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
vendredi 25 novembre
Condition féminine Canada - 16 jours d’actions contre les violences fondées sur le sexe






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin