| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







jeudi 5 août 2004
Le Prix du courage dans le journalisme 2004 à trois femmes

Washington, DC, le 3 juin 2004 – La Fondation internationale des femmes dans les médias/International Women’s Media Foundation a annoncé aujourd’hui que trois femmes journalistes de l’Algérie, de la Namibie et du Paraguay qui ont risqué leurs vies pour leurs reportages sur la corruption, les violations des droits de l’homme et le terrorisme recevront le Prix du courage dans le journalisme/Courage in Journalism Awards pour 2004.

"Les lauréates du Prix du courage dans le journalisme de cette année ont prouvé leur engagement au reportage de la vérité sur l’injustice, la corruption et les violations des droits de l’homme, malgré les risques mortels de ce travail", a déclaré Judy Woodruff, présentatrice principale et correspondante principale de CNN, et présidente du Prix du courage dans le journalisme. "En leur rendant l’hommage qu’elles méritent, nous attirons l’attention sur certaines régions du monde où la lutte pour la liberté de la presse fait rage."

Les lauréates du Prix du courage dans le journalisme pour 2004 sont :

- Salima Tlemcani, 40 ans, reporter au journal El Watan, à Alger (Algérie). Salima Tlemcani assure la couverture de groupes islamistes armés en Algérie depuis plus de 12 ans. Pendant les huit années de la guerre civile en Algérie, elle a écrit des articles sur les viols et les meurtres commis. Elle a été inscrite sur une liste de 22 personnes à abattre pour le Groupe islamique armé, qui a déjà assassiné 10 de ces journalistes. C’est la raison pour laquelle elle signe ses articles de son pseudonyme, Salima Tlemcani, et elle a demandé à recevoir son prix sous ce nom. Elle se défend à l’heure actuelle contre plusieurs procès et contre une condamnation à une peine de prison qu’elle doit à son courage journalistique.

- Gwen Lister, 50 ans, fondatrice du journal The Namibian à Windhoek (Namibie). Elle a commencé sa carrière au Windhoek Observer où elle a critiqué la politique de l’apartheid du gouvernement de l’Afrique du Sud, qui contrôlait à l’époque la Namibie. En 1985, elle a fondé le journal The Namibian, et a continué à faire l’objet d’un harcèlement constant. À un moment, les services du renseignement militaire de l’Afrique du Sud ont même envoyé un mercenaire pour l’assassiner. Depuis l’indépendance de la Namibie, Gwen a continué sa tradition de publication indépendante, au grand dam du gouvernement actuel de son pays. En 2000, le cabinet namibien a interdit toute publicité par le gouvernement dans son journal étant donné son franc-parler sur des questions d’importance critique. Quelques mois plus tard, une directive présidentielle a interdit l’acquisition d’exemplaires du journal avec des fonds publics. En outre, le SWAPO, le parti au pouvoir, a interdit toute publicité dans le journal The Namibian. Malgré cette pression politique, Gwen Lister n’a perdu aucun de ses commanditaires privés qui maintiennent leur soutien au Namibian.

- Mabel Rehnfeldt, 40 ans, rédactrice d’enquêtes pour le journal ABC Color et animatrice d’une émission de radio quotidienne sur Radio Primero de Marzo à Asunción, au Paraguay. Mabel Rehnfeldt assure l’information sur la corruption au sein du gouvernement dans un des pays les plus politiquement corrompus du monde, selon Transparency International, une organisation à but non lucratif oeuvrant à l’éradication de la corruption dans le monde entier. En 1989, elle a été agressée par un inconnu après avoir publié un article sur la corruption au sein des services de police. En 2003, sa fille de 11 ans a été la victime d’une tentative de kidnapping à la suite de son enquête sur les accusations de sévices sexuels et de détournement de fonds à l’encontre de l’un des principaux évêques du Paraguay.

L’IWMF a également annoncé la remise de son Prix couronnant l’ensemble d’une carrière/Lifetime Achievement Award à Belva Davis, 71 ans, l’une des pionnières du journalisme télévisé en Californie. Belva Davis est journaliste chargée des projets spéciaux pour la chaîne KRON-TV et elle anime l’émission This Week in Northern California pour KQED-TV, toujours à San Francisco. Depuis plus de 30 ans, elle assure la couverture des affaires urbaines et des besoins des communautés ethniques de la région de la Baie de San Francisco. En 1966, elle devint la première journaliste de télévision africaine-américaine de la Côte Ouest lorsqu’elle fut engagée comme présentatrice par KPIX-TV, le correspondant de CBS à San Francisco.

La Fondation internationale des femmes dans les médias a créé le Prix du courage dans le journalisme en 1990 pour rendre hommage aux femmes journalistes qui ont fait preuve d’un courage et d’une bravoure exceptionnels face à un grave danger. Depuis 1990, 47 journalistes ont reçu ce prix. Cette année, il sera remis lors de cérémonies organisées à Los Angeles le 14 octobre et à New York le 19 octobre. Le Prix du courage dans le journalisme de 2004 donnera aussi le coup d’envoi des célébrations du 15e anniversaire de l’IWMF.

La Fondation internationale des femmes dans les médias a été établie en 1990, avec pour mission le renforcement de la présence féminine dans les réseaux médiatiques du monde entier, suivant l’idée qu’il n’existe pas de presse vraiment libre tant que les femmes n’ont pas la même possibilité de se faire entendre que les hommes. Le réseau de l’IWMF se compose de plus de 1,500 femmes travaillant avec les médias dans plus de 130 pays.

Source : La Fondation internationale des femmes dans les médias</a.


VOIR EN LIGNE :
La Fondation internationale des femmes dans les médias


Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 19 juin
MMF - Libérez Ayse Gokkan et les autres militant-e-s
jeudi 25 mai
"Musow, dialogue de femmes", film documentaire sur l’excision
jeudi 24 mars
Mutilations génitales féminines : nous pouvons agir
jeudi 24 mars
L’assassinat de Berta Cáceres ne sera pas vain, par la MMF France
samedi 19 mars
Maroc - Plusieurs organisations dénoncent l’avant-projet de loi sur les violences contre les femmes
mardi 8 mars
JIF 2016 - L’avenir des femmes en Côte d’Ivoire
vendredi 4 mars
Ruptures - "Viols, armes de guerre : 9 mars 2016, pour un tribunal pénal international en République Démocratique du Congo (RDC)"
samedi 27 février
CNDF - Appel à un 8 mars de lutte pour l’égalité femmes/hommes au travail et dans la vie !
mardi 16 février
"Femmes et processus de paix". Le cas de la Bolivie
samedi 6 février
Congo - Le viol, une arme de terreur - Dans le sillage du combat du Docteur Mukwege






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin