| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







jeudi 22 septembre 2011
Déportation de Paola Ortiz : ligne dure du gouvernement canadien. Vigile de solidarité à 18h, le 22 septembre

Suite à son rendez-vous ce matin avec l’agente des services frontaliers Liette Malenfant, Paola Ortiz a reçu une nouvelle date de déportation pour le 23 septembre à 6 heures du matin.

La nouvelle date de déportation de Paola est prévue pour ce vendredi le 23 septembre à 6 heures du matin. L’Agence des services frontaliers du Canada a demandé qu’elle se présente directement à leurs bureaux du centre-ville au 715 rue Peel. Des agents frontaliers l’escorteront directement jusqu’à son vol.

SVP CONTINUONS DE MAINTENIR LA PRESSION !

Mardi dernier, le ministre de la Sécurité publique Vic Toews a affirmé que
la décision de déporter Paola n’était plus entre ses mains. Mais nous savons
que ceci est faux et que les ministres Toews et Kenney ont encore le pouvoir
d’arrêter la déportation de Paola

COMMENT AIDER :

Continuez d’appeler les ministres Toews et Kenney. Dites-leur qu’ils SERONT tenus responsables de leurs actions. À ce stade, il est plus efficace d’appeler ou de faxer que d’envoyer des courriels.

Jason Kenney - Tél. : 613-992-3128 - Fax : 613-995-1049

Vic Toews - Tél. : 613-992-3128 - Fax : 613-995-1049

Vigile de solidarité organisée par Dignidad Migrante

Jeudi le 22 septembre à compter de 18 h
Devant le Complexe Guy-Favreau (200 boul
René-Lévesque Ouest)

SVP venez en grand nombre avec vos bannières, pancartes, instruments de musique, etc. Joignez-vous à nous pour dénoncer cette enième déportation, cette énième famille déchirée par les politiques injustes d’Immigration Canada !

Nous encourageons les individus et les groupes à continuer à écrire à
solidaritesansfrontieres@gmail.com pour signifier leur appui à la campagne de Paola. Nous nous excusons de ne pas pouvoir répondre aux courriels envoyés ; nous avons reçu un volume impressionnant de courriels dans les derniers jours.

Levée de fonds

Nous levons des fonds pour aider à défrayer les frais d’avocat et pour créer un petit fond pour Paola et sa famille étant donné qu’elle doit quitter le pays sans aucun sous. Si vous pouvez contribuer, faites un chèque au nom de Solidarité sans frontières avec Paola Ortiz dans la ligne mémo. Faites parvenir votre chèque à Solidarité sans frontières :

Solidarité sans frontières a/s GRIP-Concordia
c/o Université Concordia
1455 de Maisonneuve O.
Montréal, Québec H3G 1M8

Si vous voulez faire une contribution en argent comptant ou par d’autres
moyens, veuillez écrire à solidaritesansfrontieres@gmail.com.

Pour plus d’information : site de Solidarités sans frontières.

Communiqué

Le Canada maintient la ligne dure à l’endroit de Paola Ortiz, dont la
déportation est prévue pour vendredi

Montréal, le 21 septembre 2011 - L’État canadien maintient la ligne dure et
compte procéder à la déportation de Paola Ortiz en dépit de l’important
soutien populaire que la femme d’origine mexicaine a reçu depuis quelques
jours.

Lors de son rendez-vous de ce matin, auquel elle n’a pu être accompagnée,
Mme Ortiz a reçu un nouvel avis de déportation de la part de l’agente Mme
Liette Malenfant de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). Mme
Ortiz devra se présenter ce vendredi, le 23 septembre, aux bureaux de
l’ASFC, rue Peel, à 6h du matin, d’où elle sera escortée jusqu’à l’aéroport
Pierre-Elliot-Trudeau, en direction de Mexico.

Solidarité sans frontières dénonce l’ignominie de cette décision et le silence des autorités fédérales et provinciales. « Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a déclaré qu’il n’y avait aucune raison d’intervenir dans cet ordre d’expulsion, alors que les situations de violence vécues par de nombreuses femmes au Mexique et l’impunité presque complètes dans laquelle opèrent les agresseurs sont des réalités connues et documentées », rappelle Sophie Schoen, de Solidarité sans frontières. « Contrairement à ce qu’il a déclaré mardi, le ministre Toews a encore le pouvoir d’intervenir dans le dossier et d’accorder un sursis de déportation à Paola, ajoute Sophie Schoen. Il doit savoir qu’il sera tenu pour responsable du sort de Paola et de ses enfants si celle-ci est renvoyée au
Mexique. »

Mme Ortiz a décidé de partir sans ses deux enfants de 2 et 4 ans, souffrant
d’autisme et de problèmes auditifs, considérant qu’ils sont moins en danger
au Québec qu’au Mexique, et qu’ils pourront recevoir ici les soins médicaux
qu’ils requièrent.

Une manifestation a eu lieu ce matin devant l’ASFC, au moment du rendez-vous
de Paola Ortiz. Elle réunissait plusieurs représentants de groupes de
femmes, dont la Fédération des femmes du Québec (FFQ) et le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale. Toutes ont dénoncé le
déni du danger que représente cette déportation pour Paola Ortiz, victime de
violence de la part de son ancien conjoint, agent de la police fédérale du Mexique.

Était également présent rue Saint-Antoine, M. André Boulerice, ancien
ministre de l’Immigration du Québec : « Il s’agit d’une décision odieuse
sans aucune humanité. On nie à deux enfants, citoyens canadiens, le droit
d’être avec leur mère », a-t-il déclaré.

Pour Alexandra Pierre, de la FFQ, « En voulant expulser Mme Ortiz, les
autorités se font complices de la violence faite aux femmes et de sa
banalisation. Elles mettent aussi sous le tapis leurs obligations envers les
enfants nés sur le territoire canadien », a-t-elle affirmé.

Le cas de Paola Ortiz a reçu l’appui de plus d’une trentaine de groupes et
de plus de deux cent individus. Tous et toutes sont unanimes dans leur
dénonciation de la déportation de Mme Ortiz et demandent à ce qu’elle puisse
rester au Canada, avec ses enfants.

De plus, une vigile de solidarité se tiendra jeudi le 22 septembre à compter
de 18 heures devant le Complexe Guy-Favreau afin de continuer à dénoncer la
déportation de Paola.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 22 septembre 2011



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 24 mars
Mutilations génitales féminines : nous pouvons agir
jeudi 24 mars
L’assassinat de Berta Cáceres ne sera pas vain, par la MMF France
samedi 19 mars
Maroc - Plusieurs organisations dénoncent l’avant-projet de loi sur les violences contre les femmes
mardi 8 mars
JIF 2016 - L’avenir des femmes en Côte d’Ivoire
vendredi 4 mars
Ruptures - "Viols, armes de guerre : 9 mars 2016, pour un tribunal pénal international en République Démocratique du Congo (RDC)"
samedi 27 février
CNDF - Appel à un 8 mars de lutte pour l’égalité femmes/hommes au travail et dans la vie !
mardi 16 février
"Femmes et processus de paix". Le cas de la Bolivie
samedi 6 février
Congo - Le viol, une arme de terreur - Dans le sillage du combat du Docteur Mukwege
mardi 8 septembre
Les deux Aylan ou la compassion sélective, par Rudi Barnet
lundi 15 juin
Professions libérales - Les oubliées des politiques d’égalité femmes-hommes ? Le Laboratoire de l’égalité








Déportation de Paola Ortiz : ligne dure du gouvernement canadien. Vigile de solidarité à 18h, le 22 septembre
22 septembre 2011, par Suzanne



Déportation de Paola Ortiz : ligne dure du gouvernement canadien. Vigile de solidarité à 18h, le 22 septembre
22 septembre 2011, par Suzanne   [retour au début des forums]
Nous citoyens de la planète

Nous sommes tous des Citoyens de la terre.
Je suis Canadienne, Québecoise, j’ai été conçu de la même manière que Paola Ortiz.
Elle a eu la malchance de naître au Mexique.

Aucun de nous sur cette planète avons choisi l’endroit ou l’on est né.

Mais chaqu’un de nous devrions avoir la liberté de décider ou nous désirons vivre sans devoir laisser cette décision à un Juge de la cour fédéral.

Lorsque l’on constate que certaines lois ne font pas de sens c’est notre devoir d’amender ces lois.

[Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin