| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







jeudi 10 novembre 2011
À la mémoire de nos mortes

par Annie Ferrand

Contrairement aux autres mouvements sociaux - qui ont une mémoire de "leurs" "morts sur le champ de bataille" - rares sont les féministes qui font mémoire de nos mortes. Je ne parle pas de l’histoire des militantes, créatrices, femmes ordinaires. Je parle des sacrifiées, ces femmes ordinaires ou connues qui ont été éliminées parce que femmes. Pourtant ne pas oublier que le patriarcat vise notre élimination, sociale voire physique, est un moteur essentiel de notre mobilisation autant que de notre solidarité.

Voilà une importante initiative du Mouvement du NID :

"Meurtres, viols, agressions… Les personnes prostituées sont sans doute celles qui paient le tribut le plus lourd à la violence. Mais qui s’en soucie ? Loin d’être une question de société, le sujet n’alimente que la rubrique Faits divers. Face à ce qui relève d’un immense déni, d’une évidente injustice, nous avons donc décidé d’édifier ce "cénotaphe contre l’oubli". (...) nous n’abordons pas les violences et meurtres qui sont le fait des proxénètes, dont il serait tout simplement impossible de tenir la liste." Mouvement du Nid.

Et cette contribution à notre mémoire de classe par
Sisyphe.

Je rappelle aussi que l’année dernière, Paula Banerjee a présenté son travail sur l’élimination des filles en Asie, et, même si dans sa présentation elle a utilisé les euphémismes convenus (déséquilibre du sex ratio et problème démographique), le lendemain, elle a clairement affirmé que cette élimination constituait "un génocide et un crime contre l’humanité". Voir.

Je rajoute qu’il est probablement le plus important de toute l’histoire de l’humanité - même s’il n’est pas unique car l’élimination partielle des femmes est un rouage du patriarcat : on le retrouve dans l’Angleterre du 19e s. ou à Rome, lors de sa fondation (nécessitant le rapt des Sabines).

Mis en ligne sur Sisyphe, le 3 novembre 2011



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


vendredi 9 novembre
Pour garder vivante la mémoire des disparues de Polytechnique
jeudi 2 février
"Souvenez-vous, résistez, ne pliez pas"

jeudi 10 novembre
À la mémoire de nos mortes
lundi 10 août
Ces crimes sont tout sauf honorables
mardi 4 août
Une autre tuerie misogyne en Pennsylvanie, par Vancouver Rape Relief and Women’s Shelter
vendredi 8 décembre
Les meurtres sexistes depuis un an au Québec
mercredi 27 septembre
Affaire Sohane : une cour reconnaît qu’il s’agit d’un crime sexiste
dimanche 4 décembre
Depuis 1989, 615 femmes + 176 jeunes ou enfants tués par des hommes
dimanche 14 août
Mexique : Vérité et justice pour les femmes assassinées et enlevées à Ciudad Juárez et à Chihuahua
mercredi 25 mai
Un déficit de 66 millions de femmes






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin