| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mercredi 1er février 2012
Printemps arabe - Les Syriennes montent au front

Communiqué de la formation de l’unité Khawla Bint Al-Azwar pour les femmes à Deraa, province du Hauran, le 25 janvier 2012.

Vêtues de noir, le visage masqué et la Kalachnikov à la main, six femmes se présentent devant la caméra dans une posture guerrière. Originaires de Deraa, une ville de la province du Hauran située au sud-ouest de la Syrie, elles ont annoncé mercredi 25 janvier la formation de leur unité. L’unité Khawla Bint Al-Azwar, du nom d’une combattante des premiers temps de l’ère islamique. La première unité féminine à rejoindre l’Armée syrienne libre, composée des déserteurs des forces de sécurité syriennes qui protègent les manifestants et mènent la lutte armée contre le régime de Bachar Al-Assad.

L’image peut faire sourire. Et pourtant, le rôle des femmes dans la révolte qui fait rage en Syrie depuis le 15 mars 2011 n’est plus à démontrer. Et ce, même si elles sont moins visibles que les manifestantes des révoltes tunisienne, égyptienne ou même yéménite. Pour éviter les arrestations, les tortures et les viols, elles sont souvent cantonnées à l’arrière : à organiser les manifestations, s’occuper des blessés, préparer les banderoles et les drapeaux (en vidéo). Elles forment des cercles de solidarité pour collecter de l’argent, des kits médicaux, de la nourriture et d’autres biens pour les familles victimes de la répression. Certaines organisent de petites manifestations chez elles, qu’elles diffusent sur la Toile pour exprimer leur pleine solidarité au mouvement (en vidéo). D’autres vont au devant des observateurs de la Ligue arabe pour les intimer à venir à la rencontre des habitants.

Militantes, épouses, mères, sœurs, connues ou anonymes, elles sont de plus en plus nombreuses à participer au soulèvement, note Rima Allaf, chercheur à la Chatham House à Londres, sur le site Bitterlemons. De toute manière, poursuit-elle, "la répression meurtrière ne fait aucune distinction entre femmes et hommes, enfants et adultes. Il y a égalité dans l’oppression comme dans la souffrance". Les Syriens gardent en mémoire ces trois femmes abattues froidement début mai 2011 à Banias. Des manifestations avaient été organisées en leur mémoire et celle des femmes victimes de la répression.

- Lire la suite et visionner plusieurs vidéos dans Le Monde, 26 janvier 2012.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1 février 2012



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 24 mars
Mutilations génitales féminines : nous pouvons agir
jeudi 24 mars
L’assassinat de Berta Cáceres ne sera pas vain, par la MMF France
samedi 19 mars
Maroc - Plusieurs organisations dénoncent l’avant-projet de loi sur les violences contre les femmes
mardi 8 mars
JIF 2016 - L’avenir des femmes en Côte d’Ivoire
vendredi 4 mars
Ruptures - "Viols, armes de guerre : 9 mars 2016, pour un tribunal pénal international en République Démocratique du Congo (RDC)"
samedi 27 février
CNDF - Appel à un 8 mars de lutte pour l’égalité femmes/hommes au travail et dans la vie !
mardi 16 février
"Femmes et processus de paix". Le cas de la Bolivie
samedi 6 février
Congo - Le viol, une arme de terreur - Dans le sillage du combat du Docteur Mukwege
mardi 8 septembre
Les deux Aylan ou la compassion sélective, par Rudi Barnet
lundi 15 juin
Professions libérales - Les oubliées des politiques d’égalité femmes-hommes ? Le Laboratoire de l’égalité






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin