| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mercredi 15 mai 2013
"Les femmes de droite", un livre d’une vérité vibrante

par Alexandra K.

Hier, plantée dans la foule, j’ai lu les 3 ou 4 premières pages ... chose
aussi inattendue qu’unique, j’ai pleuré. Et chose plus inconcevable, j’ai
pleuré sur moi. Elle a trouvé en quelques mots le miroir où mon fantôme
s’est dévisagé et plaint.

Non pas tristesse, mais vérité pure. Et la vérité est triste. J’ai retrouvé
la vibrante vérité qu’elle avait laissée en moi, comme une veilleuse
insoupçonnable, comme un chemin déjà fait et refait, promenade de prison ou
rêve, mais ouverts pour moi … j’ai retendu ma main vers cette Présence qui
n’était donc jamais partie de ce jour où elle m’a parlé pour la première
fois.

J’ai été saisie par sa force politique et poétique. Aux premiers mots, déjà
l’écho des meilleures trouvailles de Césaire - certains de ses poèmes
politiques ou quand il prend la voix de Lumumba pour parler à son Peuple.
Puis la puissance prend une autre dimension. Intime et universelle, comme
pour la première fois. Là, pour une fois, comme pour la première, c’était
moi que le Désespoir prenait à témoin pour se dépasser, c’était mon
expérience de la tyrannie qu’une Voix éclairait du plus vif espoir.

Andrea Dworkin saisit à mains nues la racine incandescente de nos vies :
tenant par ses cheveux d’atome le néant, elle nous présente cette énigme
perpétuelle qui rend ma vie si térébrante quand j’aspirerais au répit.

J’ai été touchée, profondément émue aussi de voir l’empathie qu’elle a pour
toutes les caricatures qu’a brossées d’un geste rageur et mensonger le
patriarcat : la femme au foyer, la femme de droite, etc. Elle ne cède rien à la critique politique de ces positions, et pourtant, elle le fait de leur
point de vue de survivantes.

Je ne sais si un jour je m’aventurerai plus avant dans ce livre jusqu’à le
finir - quand des livres me bouleversent, je ne les finis pas - mais je sais qu’une part immense et ténue de mon âme a révélé son existence en frémissant sous tes mots.

Reproduit de Facebook avec l’autorisation de l’auteure.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 mai 2013



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 15 août
La 7e saison de l’Académie internationale de quatuor à cordes de Montréal (MISQA)
samedi 18 juin
Égalité pour les femmes dans les postes clés de création du domaine culturel au Québec et au Canada
jeudi 26 mai
"La bataille de l’avortement. Chronique québécoise", par Louise Desmarais
dimanche 15 mai
Montréal - Théâtre Libre 2016 - 29-30-31 mai
lundi 11 avril
La lesbienne et la Noire : spectacle d’humour au féminin
dimanche 21 février
Projection et débat le 7 mars : film "Autour de Maïr", de Hejer Charf
jeudi 19 novembre
Science-Fiction. "La Coureuse de Remma", par Lawrence-Thierry Bernard
dimanche 15 novembre
Grand solde de livres des éditions Sisyphe
jeudi 24 septembre
"Demande au miroir", un premier roman de Chahla Chafiq
mercredi 19 août
"Autour de Maïr", sélectionné pour le Festival international des films du monde






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin