| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mercredi 4 septembre 2013
Faut-il se préoccuper des demandes d’émission de certificats de virginité dans le réseau de la santé et des services sociaux ?

Éthiquement vôtre - Conférence-midi

Faut-il se préoccuper des demandes d’émission de certificats de virginité dans le réseau de la santé et des services sociaux ?

Mardi 24 septembre 2013 – De 12 à 13 h

Direction de santé publique
Agence de la santé et des services sociaux de Montréal
Pavillon Lafontaine – Salle 12
1301, Sherbrooke Est, Montréal (Québec) H2L 1M3

Marie-Ève Bouthillier - Ph.D. en sciences humaines appliquées option bioéthique

Chef de l’unité d’éthique clinique du CSSS de Laval et chercheure associée au Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes (CRI-VIFF).

Claire Faucher - Médecin néphrologue

Chef intérim de l’unité d’éthique clinique du CSSS de Laval et professeure adjointe de clinique au Département de médecine de l’Université de Montréal.

Au cours de l’année 2012, le comité d’éthique clinique (CÉC) du CSSS de Laval a reçu deux questions portant sur la rédaction de certificats de virginité. Ce type de demandes est assez récent au Québec et loin d’être un phénomène marginal et isolé.

La conférence a pour objectif de détailler la démarche et l’avis du CÉC du CSSS de Laval. Ce dernier s’est penché notamment sur les conséquences découlant de la rédaction d’un tel certificat : ne peuvent-elles pas mettre le médecin, la femme concernée et/ou ses proches dans une situation délicate ? Il a abordé aussi les enjeux sociétaux que soulèvent les demandes de rédaction des certificats : des actions de prévention et de protection seraient-elles requises ?

Entrée libre – Apportez votre lunch – Cafétéria sur place

Inscription : imondou@santepub-mtl.qc.ca ou 514-528-2400, poste 3262.

Pour en savoir plus : http://agence.santemontreal.qc.ca/cer

Une invitation du Comité d’éthique de la recherche de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, du Centre de recherche Léa-Roback et du GRÉAS

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 septembre 2013



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


mardi 13 septembre
Webinaire de PDF Québec - L’enfantement pour autrui : du désir d’enfant au blanchiment d’enfant
dimanche 31 juillet
PDF Québec - Le recours aux mères porteuses débattu le 10 août au Forum mondial 2016
mardi 3 mai
Frais accessoires : l’opposition monte d’un cran, par la Coalition Solidarité Santé
mercredi 24 février
Le Conseil du statut de la femme et les mères porteuses : avis et résumé
lundi 11 janvier
Appuyons le mouvement pour l’abolition de la maternité de substitution (GPA, mère porteuse)
mardi 24 novembre
Le Conseil de l’Europe va-t-il admettre le principe de la maternité de substitution (GPA) ?
jeudi 14 mai
Les organismes communautaires ne sont pas les sous-traitants de l’État responsable de dispenser soins de santé et services sociaux
mercredi 4 septembre
Faut-il se préoccuper des demandes d’émission de certificats de virginité dans le réseau de la santé et des services sociaux ?
vendredi 1er mars
Journée Internationale Tolérance Zéro aux MGF-excision 2013
mardi 5 février
5 février 2013 - Un grand bond en avant : l’ONU interdit les MGF-excision - Au Québec, le combat se poursuit…








Faut-il se préoccuper des demandes d’émission de certificats de virginité dans le réseau de la santé et des services sociaux ?
4 septembre 2013, par Minona



Faut-il se préoccuper des demandes d’émission de certificats de virginité dans le réseau de la santé et des services sociaux ?
4 septembre 2013, par Minona   [retour au début des forums]

Les médecins doivent absolument refuser d’émettre des certificats de virginité ! Ouvrir une telle boîte de pandore ne peut que contribuer à faire courir des risques aux jeunes filles et jeunes femmes issues d’une culture qui fait de la virginité la pierre d’assise de l’honneur familial.

Certaines filles naissent sans hymen et dans certaines familles, une célibataire qui ne peut pas prouver qu’elle est vierge s’expose à des représailles pouvant aller jusqu’au meurtre. On peut aussi l’obliger à subir une reconstruction d’hymen, voire même plusieurs reconstructions de suite.

Essayons d’imaginer combien il doit être humiliant pour une femme adulte de devoir rencontrer un médecin devant prouver sa virginité, pendant qu’un fiancé sceptique ou un parent attend dans la salle d’attente (quand ce n’est pas carrément dans le bureau du médecin), priant pour que son hymen ne se soit pas déchiré à force d’utiliser des tampons hygiéniques. Demanderait-on au fiancé de se soumettre à une enquête sur son passé sexuel ?

Le corps médical ne doit pas se faire complice de la répression sexuelle des femmes et de leur infantilisation. Un test de virginité d’une femme n’est pas un acte médical.

[Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin