| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mercredi 6 octobre 2004
Le prix Nobel de littérature à l’Autrichienne Elfriede Jelinek

Elfriede Jelinek, inclassable et dérangeante

STOCKHOLM (AFP) - Inclassable et dérangeante, l’Autrichienne Elfriede Jelinek, 57 ans, récompensée jeudi par le prix Nobel de littérature, a évolué du roman vers l’art dramatique, et dénonce implacablement la violence sexuelle contre les femmes.

Auteur controversé dans son pays qu’elle critique régulièrement, vivant recluse, honnie par l’extrême droite, elle est née le 20 octobre 1946 dans la ville de Mürzzuschlag en Styrie, d’un père d’origine tchèque et juive et d’une mère issue de la haute bourgeoisie viennoise.

C’est à Vienne qu’elle grandit et fait ses études, apprenant aussi très tôt la musique et la composition au Conservatoire de Musique.

Après le lycée, elle suit des cours en théâtre et d’histoire de l’art à l’université de Vienne tout en continuant ses études musicales. En 1971 elle obtient son diplôme d’organiste au conservatoire.

Très tôt, Elfriede Jelinek écrit des poèmes. Elle débute avec le recueil de poésie "Lisas Schatten" (1967). Entrée en contact avec le mouvement étudiant, elle se lance dans la critique sociale et publie en 1970 son roman satirique "Wir sind Lockvögel, baby !" ("Nous sommes des appâts, baby !").

Ce livre, comme son roman suivant publié deux ans plus tard, montre une "résistance langagière dirigée contre la culture populaire et ses représentations mensongères sur la bonne vie", a noté le jury Nobel.

Après quelques années passées à Berlin et à Rome au début des années 70, Elfriede Jelinek s’est mariée en 1974 et a résidé alternativement à Vienne et à Munich.

Le public littéraire allemand accueille favorablement ses romans "Les amantes" (1975), "Les exclus" (1980) et "La pianiste" (1988), à fondement autobiographique et qui en 2001 a fait l’objet d’une adaptation remarquée à l’écran par Michael Haneke, avec Isabelle Huppert dans le rôle principal.

"Ces romans représentent chacun dans le cadre de leur problématique un monde sans grâce où le lecteur est confronté à un ordre bloqué de violence dominatrice et de soumission, de chasseur et de proie", selon l’académie suédoise.

"Jelinek montre comment les clichés de l’industrie du divertissement s’installent dans la conscience des êtres humains et paralysent leur résistance aux injustices de classe et à la domination sexuelle", a écrit le jury.

Dans "Lust" (1989), oeuvre qualifiée par certains de pornographique, elle cherche à montrer que la violence sexuelle contre les femmes est le modèle de base de notre culture.

Jelinek a particulièrement fustigé l’Autriche dans son roman fantasmagorique "Die Kinder der Toten" ("Les enfants des morts) en 1995 où elle la représente comme un royaume de morts.

Elle s’appuie néanmoins sur la longue tradition littéraire de son pays, utilisant un langage élaboré pour sa critique de la société, dans la lignée de Johann Nepomuk Nestroy, Karl Kraus, ou encore Thomas Bernhard et le groupe de Wiener.

L’originalité des textes de Jelinek est qu’ils "varient entre prose et poésie, incantation et hymne" et "contiennent des scènes théâtrales et des séquences filmiques", a estimé le jury Nobel, notant que l’essentiel de son écriture s’est déplacé de la forme du roman à celle de l’art dramatique.

Sa première pièce radiophonique en 1974 a été un succès qui ne s’est pas démenti depuis. Elle a depuis écrit un grand nombre de textes pour la radio et le théâtre, "où elle a progressivement abandonné le dialogue classique pour une sorte de monologue polyphonique".

Elle reste fidèle à elle-même sur son site internet provocateur qui aborde toutes les questions brûlantes du moment.

Source : AFP http://fr.news.yahoo.com/041007/202/434ze.html

Site Internet de la récipiendaire pour qui sait lire l’Allemand.

Lire aussi : http://www.lalibre.be/article.phtml?id=5&subid=103&art_id=187260
http://www.liberation.fr/page.php?Article=244316

Mis en ligne sur Sisyphe, octobre 2004.



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 25 septembre
Art pour la paix. Récital-conférence avec le pianiste Pierre Jasmin
samedi 3 juin
L’association franco-canadienne Wendo Provence fête ses 5 ans
jeudi 18 mai
20 ans du Théâtre Libre 4-5-6 juin 2017
jeudi 27 avril
Éditions du remue-ménage - "Partition pour femmes et orchestre. Ethel Stark et la Symphonie féminine de Montréal"
lundi 17 avril
Le Festival de films féministes de Montréal vous invite à sa première édition du 20 au 23 avril 2017
jeudi 2 mars
Livre - Femmes et cinéma
mercredi 22 février
Exposition Galerie AAPARS les 4 et 5 mars 2017
jeudi 16 février
PRENDRE LIEUX. Une exposition du 16 au 26 février 2017, à l’Écomusée du fier monde
jeudi 2 février
Festival d’ouverture à l’Euguélionne, librairie féministe
jeudi 24 novembre
"Toute femme est une étoile qui pleure", de Karim Akouche, à la scène du 29 novembre au 10 décembre






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin