| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







jeudi 14 mai 2015
Les organismes communautaires ne sont pas les sous-traitants de l’État responsable de dispenser soins de santé et services sociaux

Montréal, le 14 mai 2015. Plusieurs regroupements nationaux du domaine de la santé et des services sociaux rappellent au gouvernement Couillard que les services publics et les programmes sociaux relèvent de sa responsabilité. Ces regroupements se disent fort inquiets du transfert de services publics pour personnes aînées et proches aidantes vers le communautaire, information rapportée hier dans Le Devoir. La population doit continuer d’avoir accès autant à un système de santé public qu’aux activités et services proposés au sein des organismes communautaires.

Par La Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles

Déjà, en octobre dernier, le ministre Leitao annonçait, devant l’Association des économistes du Québec, qu’il envisageait faire appel aux organismes communautaires pour sous-traiter des services du réseau. Devant le tollé suscité par ces propos, le Premier ministre Couillard ramenait le ministre à l’ordre, affirmant qu’un tel scénario n’était pas envisagé, et surtout pas dans le domaine de la santé et des services sociaux. « Il appert que le Premier ministre revient sur sa parole, puisque des CISSS de plusieurs régions ferment actuellement des centres de jour par dizaine, pour ensuite rediriger les personnes aînées et proches aidantes vers les organismes communautaires » de dire Mercédez Roberge, coordonnatrice de la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles (Table). « Doit-on rappeler au Premier ministre que les organismes ne sont pas les sous-traitants du réseau de la santé et des services sociaux ? » ajoute-t-elle.

« Les organismes communautaires sont autonomes. Dirigés par, pour et avec leurs membres, ils travaillent particulièrement au développement et au maintien du pouvoir d’agir des personnes. Ils le font sans que cela passe par la dispensation de soins de santé, ce qui est de la responsabilité de l’État. Il ne faut pas confondre leurs missions respectives » de souligner André Guérard, directeur général de l’Association québécoise des centres communautaires pour aînés.

« Fermer un centre de jour, en réduire l’accessibilité, c’est réduire le peu de répit disponible pour les proches aidants. L’État abandonne de plus en plus ses responsabilités envers les familles des personnes malades et vulnérables. » de s’indigner Mario Tardif, coordonnateur du Regroupement des aidants naturels du Québec. Soulignons que ces choix budgétaires sont faits dans le contexte de restructuration du réseau, sans en avoir évalué les conséquences sur le long terme. Que restera-t-il de l’État avec le démantèlement actuel des services publics et des programmes sociaux ?

« Il est regrettable que le gouvernement remette en question les programmes de centre de jour. Ils sont un élément essentiel au niveau du soutien à domicile des aînés et ont un impact direct sur la diminution des coûts d’hébergement » de préciser Robert Beauparlant, vice-président du Regroupement des popotes roulantes.

« Alors que le gouvernement n’a pas encore répondu aux revendications financières des organismes communautaires, leur demander d’en faire davantage est tout simplement inacceptable. De plus en plus de personnes cognent aux portes d’organismes qui sont tout simplement à bout de souffle. » de dire Fatima Ladjadj, directrice de l’Association l’amitié n’a pas d’âge. Ces regroupements réitèrent que l’État doit répondre aux besoins financiers des organismes communautaires pour leur permettre de réaliser pleinement leur mission ; il ne doit pas utiliser ces groupes comme s’ils étaient ses sous-traitants.

* La Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles (Table) regroupe 40 regroupements provinciaux, actifs dans le domaine de la santé et des services sociaux. Ses actions et celles de ses membres rejaillissent sur plus de 3 000 groupes communautaires de base de toutes les régions du Québec et de tous les secteurs.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 mai 2015



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


mardi 13 septembre
Webinaire de PDF Québec - L’enfantement pour autrui : du désir d’enfant au blanchiment d’enfant
dimanche 31 juillet
PDF Québec - Le recours aux mères porteuses débattu le 10 août au Forum mondial 2016
mardi 3 mai
Frais accessoires : l’opposition monte d’un cran, par la Coalition Solidarité Santé
mercredi 24 février
Le Conseil du statut de la femme et les mères porteuses : avis et résumé
lundi 11 janvier
Appuyons le mouvement pour l’abolition de la maternité de substitution (GPA, mère porteuse)
mardi 24 novembre
Le Conseil de l’Europe va-t-il admettre le principe de la maternité de substitution (GPA) ?
jeudi 14 mai
Les organismes communautaires ne sont pas les sous-traitants de l’État responsable de dispenser soins de santé et services sociaux
mercredi 4 septembre
Faut-il se préoccuper des demandes d’émission de certificats de virginité dans le réseau de la santé et des services sociaux ?
vendredi 1er mars
Journée Internationale Tolérance Zéro aux MGF-excision 2013
mardi 5 février
5 février 2013 - Un grand bond en avant : l’ONU interdit les MGF-excision - Au Québec, le combat se poursuit…






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin