| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







lundi 17 août 2015
L’Amicale du Nid - Amnesty International a choisi la violence envers les femmes !

En effet, cette organisation, qui dit lutter pour le respect des droits humains et qui a mis du temps à inclure dans ses objectifs les droits des femmes, montre aujourd’hui qu’elle lutte en fait pour les droits des hommes contre les femmes.

Malgré l’opposition de certain-e-s délégué-e-s, dont la présidente et le directeur d’Amnesty International France, Amnesty International vient d’émettre un texte confus qui désigne la prostitution comme travail.

Le terme de travailleurs ou travailleuses du sexe ("sex worker") est constamment employé dans la déclaration, ce qui montre qu’Amnesty International n’a pas vraiment mené une réflexion sur la prostitution.

De plus cette déclaration indique que les États peuvent imposer des restrictions de vente de services sexuels, une position incompréhensible qui entraînerait le maintien du délit de racolage, par exemple, et qui ne dit rien de l’action des prostitueurs clients et proxénètes.

Les personnes prostituées ne sont donc pas considérées comme des victimes qui ont des droits. Dans cet affichage d’apparent respect des droits humains des « travailleurs du sexe », Amnesty International refuse de tirer les conclusions du fait que la prostitution n’est pas une liberté, n’est pas un choix et que la traite à des fins d’exploitation sexuelle est la conséquence directe de l’existence de la prostitution.

Amnesty International condamne la traite mais refuse de voir qu’elle est l’organisation violente d’un marché qui a une demande forte, celle des clients, des hommes qui s’octroient le droit d’acheter l’usage du corps des femmes.

Les personnes prostituées soumises à la traite ou non, vulnérables pour des raisons psychologiques, de violences de toutes sortes connues dans l’enfance et l’adolescence, d’addictions et de pauvreté, subissent d’abord la violence de l’imposition d’actes sexuels non désirés, la violence des prostitueurs.

C’est cette violence qu’il faut faire cesser le plus vite possible au lieu d’envoyer un message confus et destructeur aux personnes prostituées « vous faites un métier, continuez ! » et aux clients « allez-y vous pouvez consommer des prostituées "libres", comme s’ils étaient concernés par l’histoire des personnes qu’ils violent !

Il est difficile de croire qu’une organisation de l’envergure d’Amnesty International puisse détruire de cette façon l’idée de liberté et, donc, son exercice.

Aujourd’hui, il est devenu incompatible de soutenir l’action de Amnesty International et de lutter contre le système prostitutionnel.

Il est devenu incompatible de soutenir Amnesty International et de lutter pour les droits des femmes et l’égalité entre les femmes et les hommes.

L’Amicale du Nid, Paris, le 12 août 2015.

- Site - Courriel.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 17 août 2015



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 12 septembre
Appel de textes pour les Cahiers de la femme - La violence faite aux femmes dans les universités et les collèges
mercredi 7 septembre
Un automne pour lutter contre les violences sexuelles - la CLES, le RQCALACS et alliées
jeudi 18 août
Condition féminine Canada - Votre opinion sur la Stratégie fédérale contre la violence fondée sur le sexe. Avant le 1 septembre
jeudi 9 juin
Montréal - "Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont, en ouverture de l’édition 2016 du Cinéma urbain à la belle étoile
jeudi 2 juin
"Acheter du sexe n’est pas un sport" - Campagne de sensibilisation visant à contrer l’exploitation sexuelle
vendredi 27 mai
CSF - Portrait statistique Égalité femmes-hommes : les femmes sans diplôme ont des salaires beaucoup plus bas que les hommes dans la même situation
jeudi 26 mai
La FFQ célèbre son 50e anniversaire
mercredi 25 mai
La CLES - Lancement de la campagne : Je lutte pour l’égalité, je soutiens le Fonds de solidarité
mercredi 6 avril
HCÉ - Permettre la sortie du système prostitutionnel
lundi 4 avril
Prostitution - CAP international soutient l’adoption par la France d’une loi historique globale et cohérente !








L’Amicale du Nid - Amnesty International a choisi la violence envers les femmes !
17 août 2015, par Lucienne Lehouillier



L’Amicale du Nid - Amnesty International a choisi la violence envers les femmes !
17 août 2015, par Lucienne Lehouillier   [retour au début des forums]

J’appuie l’Amicale du nid qui remet les pendules à l’heure relativement à la prostitution. Il m’est impossible de croire que les prostitué.e.s choisissent librement et en pleine conscience ce métier. Elles. ils ont besoin de notre support.

Je souhaite vivement qu’Amnistie internationale se rétracte.

[Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin