| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







lundi 10 octobre 2016
Blessures de femme, par Nicole Moreau

Elle était amère et expliquait cela par une vie difficile ;

Elle avait été adoptée et, pour elle, découlait de cette décision de sa mère, un sentiment de rejet avec lequel elle était incapable de vivre ; ce sentiment semblait à l’origine de toutes ses difficultés avec les gens ;

Elle prenait systématiquement une position défensive, même avec les personnes dont elle pensait qu’elles étaient proches d’elle ;

Elle ne se rendait pas compte que cela pouvait s’avérer rébarbatif pour ces personnes ;

Pourtant, elle avait retrouvée sa mère biologique alors qu’elle avait l’âge adulte et disait clairement qu’elle n’aurait pas souhaité développer des liens avec elle ;

Elle sentait qu’elle avait eu une enfance meilleure avec sa famille d’adoption que ce qu’elle aurait eu avec sa famille biologique ;

Elle pensait avoir eu une vie professionnelle difficile, elle avait pour son dire qu’elle n’avait jamais été reconnue à sa juste valeur ;

Cependant, elle paraissait ne pas voir les marques de reconnaissance qu’elle rapportait de diverses origines qu’elle rapportait avoir reçues ;

Elle paraissait croire être la seule à s’être fait « voler » des idées ou des projets ;

Elle réagissait systématiquement en personne victime, mais ne s’en rendait pas vraiment compte ;

Pourtant, elle était maintenant à la retraite depuis plusieurs années ;

Elle semblait incapable de vivre avec ses blessures, qu’elles soient d’enfance, professionnelles ou sociales ;

Elle paraissait incapable d’aller vers l’avant, de passer à une autre étape de sa vie, toutes les activités dans lesquelles elle s’engageait ravivaient ses blessures, ce qui rendait la poursuite de celles-ci difficile ;

Pour elle, les blessures des autres ne pouvaient être aussi grandes que les siennes, estimant ainsi qu’elle était la femme la plus malheureuse qu’elle connaisse ;

Elle ne savait pas encore que les douleurs ne peuvent se comparer, chaque personne vit ses blessures de façon différente ;

Cette réaction défensive systématique l’amenait à vouloir exercer le plus grand contrôle sur les personnes et leurs paroles ;

Elle avait même de la difficulté à accepter que d’autres puissent penser dans le même sens qu’elle, semblant présumer que ceux-ci s’emparaient alors de ses dires et le même cycle recommençait.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 octobre 2016



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 25 septembre
Art pour la paix. Récital-conférence avec le pianiste Pierre Jasmin
samedi 3 juin
L’association franco-canadienne Wendo Provence fête ses 5 ans
jeudi 18 mai
20 ans du Théâtre Libre 4-5-6 juin 2017
jeudi 27 avril
Éditions du remue-ménage - "Partition pour femmes et orchestre. Ethel Stark et la Symphonie féminine de Montréal"
lundi 17 avril
Le Festival de films féministes de Montréal vous invite à sa première édition du 20 au 23 avril 2017
jeudi 2 mars
Livre - Femmes et cinéma
mercredi 22 février
Exposition Galerie AAPARS les 4 et 5 mars 2017
jeudi 16 février
PRENDRE LIEUX. Une exposition du 16 au 26 février 2017, à l’Écomusée du fier monde
jeudi 2 février
Festival d’ouverture à l’Euguélionne, librairie féministe
jeudi 24 novembre
"Toute femme est une étoile qui pleure", de Karim Akouche, à la scène du 29 novembre au 10 décembre






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin