| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







lundi 10 octobre 2016
Blessures de femme, par Nicole Moreau

Elle était amère et expliquait cela par une vie difficile ;

Elle avait été adoptée et, pour elle, découlait de cette décision de sa mère, un sentiment de rejet avec lequel elle était incapable de vivre ; ce sentiment semblait à l’origine de toutes ses difficultés avec les gens ;

Elle prenait systématiquement une position défensive, même avec les personnes dont elle pensait qu’elles étaient proches d’elle ;

Elle ne se rendait pas compte que cela pouvait s’avérer rébarbatif pour ces personnes ;

Pourtant, elle avait retrouvée sa mère biologique alors qu’elle avait l’âge adulte et disait clairement qu’elle n’aurait pas souhaité développer des liens avec elle ;

Elle sentait qu’elle avait eu une enfance meilleure avec sa famille d’adoption que ce qu’elle aurait eu avec sa famille biologique ;

Elle pensait avoir eu une vie professionnelle difficile, elle avait pour son dire qu’elle n’avait jamais été reconnue à sa juste valeur ;

Cependant, elle paraissait ne pas voir les marques de reconnaissance qu’elle rapportait de diverses origines qu’elle rapportait avoir reçues ;

Elle paraissait croire être la seule à s’être fait « voler » des idées ou des projets ;

Elle réagissait systématiquement en personne victime, mais ne s’en rendait pas vraiment compte ;

Pourtant, elle était maintenant à la retraite depuis plusieurs années ;

Elle semblait incapable de vivre avec ses blessures, qu’elles soient d’enfance, professionnelles ou sociales ;

Elle paraissait incapable d’aller vers l’avant, de passer à une autre étape de sa vie, toutes les activités dans lesquelles elle s’engageait ravivaient ses blessures, ce qui rendait la poursuite de celles-ci difficile ;

Pour elle, les blessures des autres ne pouvaient être aussi grandes que les siennes, estimant ainsi qu’elle était la femme la plus malheureuse qu’elle connaisse ;

Elle ne savait pas encore que les douleurs ne peuvent se comparer, chaque personne vit ses blessures de façon différente ;

Cette réaction défensive systématique l’amenait à vouloir exercer le plus grand contrôle sur les personnes et leurs paroles ;

Elle avait même de la difficulté à accepter que d’autres puissent penser dans le même sens qu’elle, semblant présumer que ceux-ci s’emparaient alors de ses dires et le même cycle recommençait.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 octobre 2016



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 24 novembre
"Toute femme est une étoile qui pleure", de Karim Akouche, à la scène du 29 novembre au 10 décembre
mercredi 23 novembre
"Femmes des casernes" de Louise Leroux, en postproduction
vendredi 21 octobre
Le Chantier des possibles, un film d’Ève Lamont
mercredi 12 octobre
Appel de textes de Recherches féministes pour "Femmes et pouvoir érotique"
lundi 10 octobre
Blessures de femme, par Nicole Moreau
lundi 15 août
La 7e saison de l’Académie internationale de quatuor à cordes de Montréal (MISQA)
samedi 18 juin
Égalité pour les femmes dans les postes clés de création du domaine culturel au Québec et au Canada
jeudi 26 mai
"La bataille de l’avortement. Chronique québécoise", par Louise Desmarais
dimanche 15 mai
Montréal - Théâtre Libre 2016 - 29-30-31 mai
lundi 11 avril
La lesbienne et la Noire : spectacle d’humour au féminin






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin